Rapport 2013
La situation des droits humains dans le monde

9 avril 2009

Des chefs rebelles condamnés à de lourdes peines de prison en Sierra Leone

Des chefs rebelles condamnés à de lourdes peines de prison en Sierra Leone
Le 8 avril, trois hauts responsables du Front révolutionnaire uni (RUF), un groupe rebelle sierra-léonais, ont été condamnés à de lourdes peines d'emprisonnement par le Tribunal spécial pour la Sierra Leone. Issa Hassan Sesay, Morris Kallon et Augustine Gbao avaient été déclarés coupables en février de crimes contre l'humanité et de crimes de guerre commis pendant le conflit armé interne qui a déchiré la Sierra Leone entre 1991 et 2002.

Issa Sesay, chef par intérim du RUF, a été condamné à près de sept cents années d'emprisonnement. Le juge a décidé que les peines individuelles correspondant aux 16 chefs de crimes de guerre et de crimes contre l'humanité retenus contre lui devaient être purgées simultanément ; Issa Sesay sera donc incarcéré pendant cinquante-deux ans au maximum.

Morris Kallon, ancien commandant du RUF, passera tout au plus trente-neuf ans derrière les barreaux. Le commandant Augustine Gbao purgera quant à lui une peine de vingt-cinq ans de réclusion.

Amnesty International a déclaré en février que si ces condamnations constituaient une avancée positive, elles restaient insuffisantes pour combattre l'impunité dans ce pays. L'organisation tient cependant à souligner que seuls quelques-uns des principaux responsables présumés du conflit armé en Sierra Leone ont été traduits devant le Tribunal spécial.

L'orgnisation estime que de nombreuses autres personnes – peut-être plusieurs centaines – devraient faire l'objet d'une enquête en Sierra Leone ou dans tout autre pays disposé à exercer sa compétence universelle et, en cas de preuves suffisantes, être jugées dans le cadre de procès équitables sans encourir la peine de mort.

La chambre de première instance du Tribunal spécial a déterminé en février qu'Issa Hassan Sesay, Morris Kallon et Augustine Gbao étaient pénalement responsables, entre autres, d'homicides illégaux, de viol, de mariage forcé, d'actes de terrorisme, d'attaques contre des forces de maintien de la paix, de réduction en esclavage et d'autres actes inhumains – ce qui vient renforcer la condamnation internationale des crimes de violence sexuelle.

Pour en savoir plus :

Sierra Leone. Malgré les condamnations prononcées dernièrement, l'impunité reste la règle (communiqué de presse, 25 février 2009)

Thème

Crimes contre l'humanité et crimes de guerre 
Exécutions extrajudiciaires et autres homicides illégaux 
Justice internationale 
Torture et mauvais traitements 
Femmes 

Pays

Sierra Leone 

Région ou pays

Afrique 

@amnestyonline sur Twitter

Nouvelles

15 septembre 2014

La nouvelle mission de maintien de la paix des Nations unies en République centrafricaine doit être déployée de toute urgence dans son intégralité pour être en mesure d’assurer... Pour en savoir plus »

04 septembre 2014

Depuis plusieurs années, Amnesty International enquête et recueille des éléments de preuve sur la torture au Mexique. Voici quelques-uns des faits les plus troublants. 

Pour en savoir plus »
11 août 2014

Les familles de milliers de civils afghans tués par les forces américaines et de l’OTAN en Afghanistan ont été privées de justice, écrit Amnesty International dans un nouveau... Pour en savoir plus »

02 septembre 2014

Les poursuites engagées par les autorités turques contre des personnes les ayant critiquées sur Twitter mettent en évidence la profonde hypocrisie du pays hôte du Forum sur la... Pour en savoir plus »

03 septembre 2014

La décapitation du journaliste américain Steven Sotloff par des militants de l’État islamique est le dernier en date d’une série de crimes de guerre perpétrés par le groupe... Pour en savoir plus »