Rapport 2013
La situation des droits humains dans le monde

11 novembre 2009

Les forces saoudiennes et yéménites doivent protéger les civils pris dans le conflit de Saada

Les forces saoudiennes et yéménites doivent protéger les civils pris dans le conflit de Saada
Amnesty International demande à toutes les parties au conflit qui fait rage dans la province de Saada, dans le nord du Yémen, de traiter les prisonniers avec humanité et de protéger la population civile.

Les combats opposant les forces gouvernementales du Yémen aux partisans armés de feu Hussein al Houthi, dignitaire chiite zaïdite, auraient gagné l'Arabie saoudite, amenant les troupes saoudiennes à affronter directement les rebelles yéménites.

Amnesty International exhorte tous les belligérants à se conformer strictement aux exigences du droit international humanitaire.

Ces derniers jours, au moins 100 partisans d'al Houthi seraient détenus en Arabie saoudite, après avoir été capturés ou s'être rendus aux forces saoudiennes.

Les rebelles, de leur côté, affirment qu'ils ont capturé plusieurs soldats saoudiens. Aucun des belligérants n'aurait pour l'instant autorisé le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) à entrer en contact avec ces prisonniers, ce qui fait craindre pour leur sécurité.

Le 5 novembre 2009, l'aviation saoudienne aurait bombardé les forces d'al Houthi qui avaient franchi la frontière près de Jabal al Dukhan, tuant un soldat saoudien et en blessant 11 autres.

Les médias se sont faits l'écho d'allégations selon lesquelles les avions saoudiens ont largué des bombes au phosphore. On ignore si ce bombardement a fait des victimes, notamment parmi la population civile. Toutefois, quelque 300 familles auraient ensuite fui la région.

Armes hautement incendiaires, les bombes au phosphore constituent de graves menaces pour les civils et ne doivent en aucun cas être utilisées à proximité de civils.

Le lendemain du raid aérien, Amnesty International a écrit au ministre saoudien de la Défense, le prince Sultan Bin Abdul Aziz al Saoud, lui demandant si des bombes au phosphore avaient été larguées et, le cas échéant, le priant de préciser dans quelles conditions et quelles précautions avaient été prises pour épargner la vie des civils. L'organisation n'a pas encore reçu de réponse à sa demande.

Le conflit qui fait rage dans le gouvernorat de Saada, au Yémen, a éclaté en 2004 et se poursuit depuis lors de manière intermittente. Les combats ont repris avec une nouvelle intensité en août 2009. Depuis, des milliers de citoyens parmi la population majoritairement chiite ont été déplacés et un grand nombre d'autres personnes, probablement des centaines, dont des civils, ont été tuées.

Le gouvernement yéménite ayant bouclé la région, il s'avère extrêmement difficile d'obtenir des informations indépendantes sur la situation – ce qui nourrit les inquiétudes quant à la sécurité et au bien-être de la population civile.

Thème

Conflit armé 
Groupes armés 
Détention 
Équipement militaire, de sécurité et de police 

Pays

Arabie saoudite 
Yémen 

Région ou pays

Moyen-Orient et Afrique du Nord 

@amnestyonline sur Twitter

Nouvelles

15 janvier 2015

Dans un rapport rendu public jeudi 15 janvier, Amnesty International appelle les autorités de transition du Burkina Faso à ouvrir une enquête sur l’utilisation d’une force... Pour en savoir plus »

12 janvier 2015

Un nouveau rapport d’Amnesty International décrit le manque tragique de progrès réalisés dans la reconstruction du pays depuis le tremblement de terre de 2010, il y a cinq ans... Pour en savoir plus »

26 janvier 2015

Dans un lieu de détention secret de la province de Laguna, située au sud de la capitale Manille, la Commission a découvert une roue multicolore, inspirée de la Roue de la... Pour en savoir plus »

16 janvier 2015

Au moins 69 arrestations se sont succédé en France cette semaine, les prévenus comparaissant pour « apologie du terrorisme », infraction dont la définition reste vague. Le... Pour en savoir plus »

12 décembre 2014

L’avocat Mohammed al Roken a été condamné à 10 ans d’emprisonnement en juillet 2013 à la suite d’une vague de répression contre les militants politiques et les... Pour en savoir plus »