Rapport 2013
La situation des droits humains dans le monde

21 février 2011

Appel à la retenue au Kurdistan irakien après la mort de nouveaux manifestants

Appel à la retenue au Kurdistan irakien après la mort de nouveaux manifestants

Amnesty International appelle le gouvernement régional du Kurdistan à reprendre en main les milices affiliées à des partis politiques qui ont tué deux manifestants dimanche 20 février. Les manifestations antigouvernementales se poursuivent dans le nord de l'Irak.

Un garçon de 17 ans, Serkho Mohammed, a été abattu dimanche 20 février lorsque des centaines de manifestants se sont heurtés aux forces de sécurité gouvernementales et à la milice armée du Parti démocratique du Kurdistan (PDK) dans la ville de Sulaymaniyah.

Un second manifestant est mort à l'hôpital lundi 21 février après avoir été blessé par balles durant la manifestation. Au moins 30 autres personnes ont été blessées. D'autres ont été arrêtées, semble-t-il.

« Ces morts aggravent une situation déjà instable à Sulaymaniyah; elles reflètent une évolution très inquiétante et en même temps très tragique, des évènements », a déclaré Malcolm Smart, directeur d'Amnesty International pour le Moyen Orient et l'Afrique du Nord.

« Il est impératif que les autorités interviennent pour empêcher de nouvelles violences et de nouveaux morts, qu'elles reprennent le contrôle de la milice du PDK et l'obligent à rendre compte de ses actes devant la justice. »

Les forces de sécurité auraient ouvert le feu et fait usage de gaz lacrymogène contre des manifestants qui tentaient d'accéder au bâtiment du PDK dans l'intention d'y mettre le feu semble-t-il.

La milice armée du PDK a tué trois personnes, parmi lesquelles un garçon de 15 ans, à Sulaymaniyah depuis qu'a débuté le mouvement de protestation devant le siège du parti le 17 février. Les manifestants réclament la fin de la corruption.

« Les autorités kurdes doivent immédiatement ordonner l'ouverture d'une enquête indépendante sur ces homicides et traduire en justice leurs auteurs s'il s'avère, comme cela semble manifeste, qu'il s'agit d'homicides illégaux », a déclaré Malcolm Smart.

Depuis le début des manifestations le 17 février, plusieurs bâtiments abritant les locaux du parti de l'opposition Goran (Changement), ainsi que le siège s'une station de radio et de télévision récemment créée auraient été incendiés.

Le PDK forme avec un autre parti kurde le gouvernement de la région semi-autonome du Kurdistan irakien.

« Les deux partis politiques qui gouvernent conjointement les trois provinces kurdes d'Irak continuent d'entretenir des milices privées qui dictent leur loi et commettent des atteintes aux droits humains en toute impunité », a déclaré Malcolm Smart.

Une "journée de la colère" est prévue le 25 février dans tout l'Irak. Des manifestations coordonnées ont été organisées pour réclamer des réformes et la fin de la corruption.

Pour en savoir plus :

Les exigences de changement en Afrique du Nord et au Moyen-Orient (page spéciale)

Thème

Militants 
Exécutions extrajudiciaires et autres homicides illégaux 
Application des lois 
Crise Moyen-Orient et Afrique du Nord 

Pays

Égypte 
Irak 

Région ou pays

Moyen-Orient et Afrique du Nord 

@amnestyonline sur Twitter

Nouvelles

15 décembre 2014

Militante exemplaire, Maria Shongwe a surmonté un certain nombre d’obstacles auxquels sont confrontées de nombreuses femmes et jeunes filles en Afrique du Sud, notamment... Pour en savoir plus »

16 décembre 2014

Chelsea Manning purge une peine de 35 ans de prison pour avoir communiqué des informations confidentielles du gouvernement américain au site Internet Wikileaks. Depuis sa... Pour en savoir plus »

08 décembre 2014

Une démarche généreuse a transformé l’ouvrière chinoise Liu Ping en militante anticorruption acharnée. Liao Minyue, sa fille, raconte ce qui s’est passé.

 

Pour en savoir plus »
11 décembre 2014

Le commandant de sous-marin John Remø prenait soin de dissimuler toutes les preuves, cachant les vêtements de femme à la cave. Ce n’est qu’au bout de 30 ans que le... Pour en savoir plus »

12 décembre 2014

L’avocat Mohammed al Roken a été condamné à 10 ans d’emprisonnement en juillet 2013 à la suite d’une vague de répression contre les militants politiques et les... Pour en savoir plus »