Le système scolaire slovaque manque à ses obligations envers les enfants roms

© Amnesty International


14 novembre 2007

En Slovaquie, les enfants roms ne bénéficient pas du droit à une instruction de qualité et ils sont systématiquement en butte à la discrimination au sein du système scolaire.

Un grand nombre d’entre eux doivent se rendre dans des établissements réservés aux Roms et certains sont placés dans des écoles «spécialisées» alors même qu’ils ne présentent aucun handicap mental ni aucun trouble de l’apprentissage. Dans certaines régions de l’est de la Slovaquie, toutes les écoles pratiquent cette ségrégation.

Les enfants roms reçoivent souvent un enseignement au rabais et leurs chances de poursuivre leurs études au-delà de l’école obligatoire sont très faibles. Ainsi, en 2006, seuls trois pour cent des enfants roms suivaient un enseignement secondaire.

«Quelles que soient leurs capacités personnelles, de nombreux enfants roms n'ont droit qu'à un enseignement au rabais, dans des classes où règne la ségrégation, a déclaré Nicola Duckworth, directrice du programme Europe et Asie centrale d'Amnesty International. Le fait que le gouvernement n'assure pas une scolarité satisfaisante à tous les enfants roms compromet leurs perspectives d'emploi plus tard et ne fait que perpétuer la marginalisation et la pauvreté des Roms.»

De nombreux Roms considèrent que l’éducation joue un rôle essentiel pour obtenir une meilleure place dans la société. Or, les parents roms subissent des pressions afin qu’ils acceptent cette ségrégation et la considèrent comme normale voire même bénéfique pour leurs enfants.

Des études ont pourtant montré que pas moins de la moitié des enfants roms placés dans des écoles ou des classes spécialisées y avaient été dirigés de manière abusive, et que 10 pour cent d’entre eux pouvaient immédiatement intégrer des écoles ou des classes ordinaires.

Les enfants roms qui commencent à aller à l’école à l’âge de la scolarisation obligatoire sont immédiatement désavantagés car ils ne parlent généralement pas le slovaque et n’ont pas bénéficié de l’éducation dispensée à l’école maternelle.

Lorsqu’ils sont scolarisés dans des écoles spécialisées, il leur est souvent impossible d’intégrer par la suite des établissements scolaires ordinaires.

Des mesures positives ont été prises, comme la création de classes préparatoires, le recrutement d'auxiliaires pédagogiques et la mise en place d’incitations financières encourageant les écoles classiques à accueillir des enfants roms. Toutefois, comme aucune de ces mesures n'est obligatoire, elles sont rarement appliquées au niveau local et le gouvernement central n’exerce pas de contrôle.

Le gouvernement slovaque doit prendre des initiatives et jouer un rôle moteur dans la lutte contre la discrimination au sein du système scolaire. Pour commencer, il devrait immédiatement prendre l’engagement politique de mettre fin à la ségrégation dont sont victimes les Roms dans le domaine de l’éducation.

L’Union européenne devrait apporter son soutien aux initiatives visant à faire cesser les violations du droit à l’éducation en fournissant l’aide financière et technique nécessaire et en contrôlant l’utilisation qui en est faite. Il est indispensable qu’elle veille à ce que la communauté rom soit pleinement associée à l'élaboration et à la mise en œuvre des politiques et des programmes la concernant.

La discrimination qui s’exerce dans le système éducatif perpétue la marginalisation de la communauté rom.

La pauvreté et l'absence de perspectives au seuil de la vie ne doivent pas condamner les enfants roms à ne jamais pouvoir changer de vie.

Slovaquie. Toujours séparés, toujours inégaux. Les violations du droit à l'éducation des enfants roms en Slovaquie. Synthèse

Télécharger :
Index AI : EUR 72/002/2007
Date de publication : 15 novembre 2007
Catégorie(s) : Slovaquie

Cette synthèse (du rapport EUR 72/001/2007) montre que les enfants roms de Slovaquie continuent de subir les effets de la ségrégation et, en pratique, reçoivent une éducation de moindre qualité. Les raisons profondes des violations du droit à l'éducation des enfants roms n'ont pas été suffisamment reconnues et combattues. Amnesty International demande au gouvernement slovaque de s'engager dans la lutte contre la ségrégation.


Ce document est également disponible en :

Anglais :
Espagnol :
Slovaque: