Le document mentionné n'est pas disponible en français.

La peur gagne les hôpitaux syriens : patients et personnel soignant sont pris pour cibles

Cliquez ici pour télécharger le rapport

25 octobre 2011

Le gouvernement syrien a transformé les hôpitaux en instruments de répression alors qu'il met tout en œuvre pour écraser l'opposition, écrit Amnesty International dans un nouveau rapport publié le 25 octobre.

Intitulé Syrie. La santé attaquée. Le gouvernement syrien s'en prend aux blessés et au personnel soignant, ce document de 39 pages dénonce le fait que des patients soignés dans au moins quatre hôpitaux publics ont été soumis à des actes de torture et autres mauvais traitements, y compris de la part de professionnels de la santé.

Les personnels hospitaliers soupçonnés de soigner les manifestants et autres personnes blessées dans le cadre des troubles sont eux-mêmes en butte aux arrestations et à la torture.

« Nous sommes extrêmement préoccupés par le fait que les autorités syriennes auraient donné carte blanche aux forces de sécurité dans les hôpitaux, et que dans bien des cas le personnel hospitalier aurait infligé des actes de torture et des mauvais traitements aux personnes même dont ils sont censés s'occuper, a indiqué Cilina Nasser, chercheuse sur l'Afrique du Nord et le Moyen-Orient à Amnesty International.

« Étant donné le nombre de Syriens qui souffrent de blessures graves à travers le pays, il est inquiétant de constater que beaucoup pensent qu'il est plus sûr de ne pas se faire soigner que de se rendre dans des centres médicaux adaptés. »

D'après les informations recueillies par Amnesty International, des patients ont été agressés par des médecins, des professionnels de santé et des agents de sécurité dans les hôpitaux nationaux de Banias, Homs et Tell Kalakh, et dans l'hôpital militaire de Homs.

Un médecin de l'hôpital militaire de Homs a raconté à Amnesty International qu'il avait vu quatre médecins et plus de 20 infirmières infliger des violences à des patients.

Ahmed a été amené inconscient à l'hôpital national de Tell Kalakh le 22 août, après avoir été frappé par des membres des forces de sécurité. Un témoin l'a vu dans la salle des urgences :

« Il était entouré par sept ou huit agents de sécurité, dont certains armés de fusils, et par des infirmières en blouse blanche. Il a ouvert les yeux et a demandé : " Où suis-je ? " Tout à coup, ils se sont rués sur lui et ont commencé à le rouer de coups. »

En outre, certains patients ont été arrêtés dans les hôpitaux. Le 7 septembre, des membres des forces de sécurité qui recherchaient un opposant au gouvernement, commandant sur le terrain présumé, ont fait une descente dans l'hôpital al Birr wa al Khadamat à Homs. Ne le trouvant pas, ils ont emmené 18 blessés.

Un professionnel de la santé présent au moment du raid a raconté à Amnesty International qu'il avait vu au moins un patient inconscient se faire enlever son respirateur artificiel avant d'être emmené.

Ayant peur de se rendre dans un hôpital du gouvernement, de nombreux Syriens choisissent de se faire soigner soit dans des cliniques privées, soit dans des hôpitaux de campagne de fortune, sous-équipés.

Des médecins de l'hôpital national de Homs ont expliqué que le nombre d'admissions pour blessures par balles avait sensiblement chuté depuis le mois de mai, lors même que le nombre de victimes et de blessés ne cesse d'augmenter dans les rues.

En Syrie, la Banque centrale du sang est seule habilitée à fournir du sang. Elle est sous la coupe du ministère de la Défense, ce qui plonge les cliniques privées dans un cruel dilemme. Un médecin qui travaillait dans une clinique privée de Homs a expliqué à Amnesty International :

« Nous étions confrontés à un dilemme à chaque fois qu'un patient blessé par balle arrivait et avait besoin d'une transfusion de toute urgence : si nous envoyions une demande à la Banque centrale du sang, les services de sécurité apprendraient où il se trouvait et il courrait le risque d'être arrêté et torturé, voire de mourir en détention. »

Les travailleurs médicaux sont eux-mêmes pris pour cibles par les forces de sécurité, certains parce qu'ils soignent les blessés, d'autres parce qu'ils sont soupçonnés d'avoir participé à des manifestations ou d'avoir filmé les manifestants.

Le 7 août, une vingtaine de soldats et de membres des forces de sécurité ont attaqué un hôpital gouvernemental dans le gouvernorat de Homs et arrêté sept membres du personnel. L'un d'entre eux a décrit à Amnesty International leur interrogatoire, au cours duquel certains de ses collègues ont été passés à tabac :

« La personne chargée de l'interrogatoire a demandé : " Tu veux être torturé ou tu veux parler ? " Il m'a accusé ainsi que mes collègues de soigner les blessés sans en avertir les autorités et m'a demandé les noms des blessés. »

Amnesty International a invité les autorités syriennes à donner des instructions précises et claires à tous les hôpitaux, qui doivent accueillir et soigner tous les blessés sans délai, et accorder la priorité à l'intérêt des patients avant toute autre préoccupation.

« Les professionnels de la santé syriens se retrouvent dans une situation impossible, contraints de choisir entre soigner les blessés et préserver leur propre sécurité, a déploré Cilina Nasser.

« Les autorités syriennes doivent entendre raison et prendre de toute urgence les mesures qui s'imposent afin que tous les patients bénéficient de soins, sans discrimination fondée sur leurs affiliations ou activités politiques présumées.

« Toute personne, qu'il s'agisse d'un membre du personnel de santé ou d'un membre des forces de sécurité, soupçonnée d'avoir retardé, entravé ou interféré dans le travail des professionnels de santé prodiguant des soins aux blessés, doit être tenue de rendre des comptes. »


POUR EN SAVOIR PLUS
Le blocage de la résolution du Conseil de sécurité sur la Syrie est une « trahison choquante » (nouvelle, 5 octobre 2011)
Syrie : révélations sur une campagne menée pour réduire au silence les Syriens vivant à l'étranger (rapport et vidéo, 3 octobre 2011)
Eyes on Syria (carte interactive, en anglais)
Les exigences de changement en Afrique du Nord et au Moyen-Orient (page spéciale)