Rapport 2013
La situation des droits humains dans le monde

19 mars 2009

La visite du pape au Cameroun soulève des questions sur les droits des gays et des lesbiennes

La visite du pape au Cameroun soulève des questions sur les droits des gays et des lesbiennes
Lors de son premier voyage en Afrique dans la semaine du 16 au 22 mars, le pape Benoît XVI se rend au Cameroun, pays qui criminalise les relations entre personnes de même sexe.

Amnesty International a demandé au pape Benoît XVI d'exhorter, lors de sa visite, le gouvernement du Cameroun à éliminer la discrimination fondée sur l'orientation sexuelle.

En décembre 2005, un haut responsable de l'Église catholique camerounaise a été cité dans la presse locale comme ayant publiquement condamné l'homosexualité. De nombreuses personnes ont été persécutées avant et depuis cette déclaration.

Le Saint-Siège a confirmé lors d'une réunion de l'Assemblée générale des Nations unies en décembre 2008 que « toute discrimination des homosexuels doit être évitée » et il a demandé « aux États de supprimer l'appareil criminel pouvant regarder ces personnes ».

« Le pape devrait se saisir de l'occasion importante que constitue sa visite au Cameroun pour faire savoir clairement que le Saint-Siège rejette toute agression ou persécution contre les personnes en raison de leur orientation sexuelle, et pour appeler le gouvernement de ce pays à dépénaliser l'homosexualité », a déclaré Tawanda Hondora, directeur adjoint du programme Afrique d'Amnesty International.

Amnesty International a recensé plusieurs dizaines de cas d'arrestation et de détention de jeunes hommes et de jeunes femmes dont certains, au cours des trois dernières années, ont été condamnés à des peines d'emprisonnement et des amendes parce qu'ils étaient soupçonnés de relations sexuelles entre adultes consentants du même sexe.

Le cas de deux hommes accusés de pratiques homosexuelles qui ont été arrêtés par les gendarmes à Yaoundé le 16 août 2007 est emblématique. Les suspects ont été placés en détention à la gendarmerie de Nlongkak jusqu'au 31 août 2007, date à laquelle ils ont été transférés à la prison de Kondengui.

Alors qu'ils étaient incarcérés, ils ont subi des examens rectaux humiliants visant à permettre aux autorités d'établir s'ils avaient eu des rapports sexuels.

Les deux hommes ont comparu le 23 novembre 2007 et ont plaidé non coupables des pratiques homosexuelles qui leur étaient reprochées. Le tribunal les a déclarés coupables de rapports homosexuels le 13 mars 2008 et les a condamnés à une peine de six mois d'emprisonnement et à une amende de 25 000 francs CFA (environ 38 euros). Les condamnés ont été remis en liberté peu de temps après leur procès car ils avaient déjà passé plus de six mois en détention.

En mars 2006, douze jeunes femmes ont été exclues définitivement d'un établissement scolaire à Douala parce qu'elles étaient soupçonnées de rapports sexuels entre personnes de même sexe. Amnesty International craint que ces jeunes filles, qui sont ainsi privées de leur droit à l'éducation, aient été expulsées uniquement en raison de leur orientation sexuelle.

Amnesty International et d'autres organisations de défense des droits humains ont appelé à maintes reprises les autorités, les organisations religieuses et les médias camerounais à défendre, respecter et protéger les droits fondamentaux de tous les Camerounais, quelle que soit leur orientation sexuelle.

Jeudi 19 mars, le souverain pontife rencontrera des membres du Conseil spécial pour l'Afrique du Synode des évêques à la nonciature apostolique (ambassade) du Vatican à Yaoundé.

« Il est tout simplement inacceptable que des dizaines de Camerounais et de Camerounaises aient été incarcérés uniquement en raison de rapports sexuels présumés ou avérés avec une personne consentante de même sexe, a déclaré Tawanda Hondora. Nous espérons que le pape fera valoir cela clairement auprès du gouvernement, des dirigeants ecclésiastiques et des nombreux fidèles camerounais lors de sa visite dans le pays. »

Pour en savoir plus :

Cameroun. Inventaire préoccupant des violations des droits humains (communiqué de presse, 29 janvier 2009)
Répression violente de la dissidence au Cameroun (rapport, 29 janvier 2009)

Pays

Cameroun 

Région ou pays

Afrique 

Thème

Orientation sexuelle et identité de genre  

@amnestyonline sur Twitter

Nouvelles

18 septembre 2014

Les policiers et les militaires nigérians torturent couramment des hommes, des femmes et des adolescents – parfois âgés de seulement 12 ans – au moyen de diverses méthodes... Pour en savoir plus »

04 septembre 2014

Depuis plusieurs années, Amnesty International enquête et recueille des éléments de preuve sur la torture au Mexique. Voici quelques-uns des faits les plus troublants. 

Pour en savoir plus »
23 septembre 2014

Le commerce, la fabrication et l’exportation des instruments de torture par des entreprises chinoises, en plein essor, alimentent les violations des droits humains en Afrique... Pour en savoir plus »

02 septembre 2014

Les poursuites engagées par les autorités turques contre des personnes les ayant critiquées sur Twitter mettent en évidence la profonde hypocrisie du pays hôte du Forum sur la... Pour en savoir plus »

03 septembre 2014

La décapitation du journaliste américain Steven Sotloff par des militants de l’État islamique est le dernier en date d’une série de crimes de guerre perpétrés par le groupe... Pour en savoir plus »