Rapport 2013
La situation des droits humains dans le monde

17 juin 2011

Guatemala. Il ne faut pas que la campagne électorale soit marquée par la violence politique

Guatemala. Il ne faut pas que la campagne électorale soit marquée par la violence politique

Les autorités guatémaltèques doivent mener une enquête approfondie dans les meilleurs délais sur une série d'homicides à caractère manifestement politique, a déclaré Amnesty International vendredi 17 juin à la suite du dernier meurtre en date, celui d'un candidat aux élections municipales près de la capitale.

Enrique Dardón a été abattu jeudi 16 juin à bout portant dans la boutique d'un barbier à Guatemala, la capitale.

Il se présentait à la mairie de San José Pinula, à Guatemala. Il s'agit du troisième candidat politique à être tué depuis mai, lorsque le coup d'envoi de la campagne pour les élections présidentielle et législatives - qui auront lieu en septembre - a été donné.

« La montée de la violence à caractère politique en amont des élections est une conséquence de l'incapacité ou de la réticence de l'État à régler le problème persistant de l'impunité », a déclaré Sebastian Elgueta, spécialiste de l'Amérique centrale à Amnesty International.

« Les autorités doivent faire clairement comprendre que la violence politique ne sera pas tolérée, en identifiant tous les responsables présumés et en les traduisant en justice dans le cadre de procédures équitables qui respectent les normes internationales. »

Augusto Ovalle Barrera, un médecin lui aussi candidat aux municipales à San José Pinula, a été abattu samedi 11 juin avec deux de ses assistants.

Le 8 mai, Darwin Gallardo, qui se présentait comme maire à Atescatempa (département de Jutiapa), a été tué par balle devant son bureau.

Les services du procureur guatémaltèque des droits humains indiquent que la violence politique a fait 20 morts et 15 blessés entre janvier et mai 2011.

Amnesty International a également condamné la violence à caractère politique qui a sévi tout au long de la campagne électorale de 2007 dans ce pays.

« Les informations faisant état d'une escalade de la violence sur le terrain politique n'annoncent rien de bon concernant la protection globale des droits humains au Guatemala, en particulier au cours de la campagne électorale des prochains mois », a ajouté Sebastian Elgueta.

« Quels que soient le parti ou le programme, l'ensemble des candidats politiques guatémaltèques doivent pouvoir faire campagne sans avoir à craindre pour leur sécurité, et les autorités doivent agir pour que la violence soit éradiquée des campagnes électorales. »

Pour en savoir plus :

Guatemala: Open Letter from Amnesty International to Guatemalan Presidential Candidates for the September 2007 Elections (lettre ouverte, 29 août 2007)

Thème

Exécutions extrajudiciaires et autres homicides illégaux 
Impunité 
Application des lois 

Pays

Guatemala 

Région ou pays

Amériques 

@amnestyonline sur Twitter

Nouvelles

10 juillet 2014

Amnesty International rend publics les noms de certaines des personnes soupçonnées d’avoir ordonné ou commis les atrocités qui se déroulent actuellement en République... Pour en savoir plus »

05 juin 2014

Les manifestants descendant dans la rue au Brésil durant la Coupe du monde risquent d’être victimes de violences policières et militaires aveugles, les autorités renforçant les... Pour en savoir plus »

03 juin 2014

Dans la deuxième partie de cette série en deux volets, deux personnes dont le nom figurait sur la liste des « personnes les plus recherchées » en Chine pour leur rôle dans le... Pour en savoir plus »

11 juillet 2014

Sasha, militant pro-ukrainien âgé de 19 ans, a été enlevé par des séparatistes à Louhansk et frappé à maintes reprises pendant 24 heures.

Pour en savoir plus »
07 juillet 2014

La condamnation à 15 ans de prison d’un éminent avocat saoudien, défenseur des droits humains, est un nouveau coup porté au militantisme pacifique et à la liberté d’... Pour en savoir plus »