Rapport 2013
La situation des droits humains dans le monde

1 juin 2011

La police jouerait un rôle dans les attaques incessantes visant une famille vénézuélienne

La police jouerait un rôle dans les attaques incessantes visant une famille vénézuélienne

Les autorités vénézuéliennes doivent s'attaquer à la culture de l'impunité qui prévaut au sein des forces de sécurité du pays, a déclaré Amnesty International mercredi 1er juin après que le 7e membre d'une même famille eut semble-t-il été tué par la police au cours du weekend des 28 et 29 mai.

Juan José Barrios aurait été assassiné par deux hommes cagoulés dans l'État d'Aragua, à l'ouest de Caracas, samedi 28 mai, ce qui fait de lui le 7e membre de la famille Barrios à être tué dans des circonstances suspectes depuis 1998. Des policiers de l'État d'Aragua sont soupçonnés d'avoir été impliqués dans chacun de ces homicides.

Chaque fois qu'elle a tenté d'obtenir justice pour ces homicides, la famille Barrios a été la cible de menaces et d'agressions continuelles.

« Les autorités vénézuéliennes, tant au niveau fédéral que de l'État d'Aragua, doivent clairement faire comprendre que les violences incessantes visant la famille Barrios sont inacceptables », a déclaré Guadalupe Marengo, directrice adjointe du programme Amériques d'Amnesty International.

« Sept membres de cette famille sont morts tandis que leurs meurtriers sont toujours en liberté – les auteurs de ces crimes doivent être traduits en justice et les autorités vénézuéliennes doivent fournir une protection suffisante aux membres de la famille Barrios encore en vie. »

Depuis 1998, des policiers de l'État d'Aragua auraient été impliqués dans l'homicide de six hommes de la famille de Juan José Barrios - Benito, Narciso, Luis Alberto, Rigoberto, Oscar et Wilmer José.

Des policiers y auraient tué Benito Barrios le 28 août 1998. Depuis le signalement de ce meurtre, la famille Barrios est victimes des manœuvres policières de harcèlement et d'intimidation, prenant notamment la forme d'arrestations arbitraires, de menaces, de harcèlement, d'actes de torture et d'autres formes de mauvais traitements.

Témoin de l'homicide de Narciso en décembre 2003 à l'issue d'une dispute avec des policiers de l'État d'Aragua, Néstor Caudi Barrios a par la suite été menacé de mort à plusieurs reprises par des policiers, et ne s'est pas vu offrir de protection lorsqu'il l'a signalé. Il garde des séquelles permanentes de l'agression qu'il a subie le 2 janvier 2011 lorsque deux motards lui ont tiré dessus.

À la connaissance d'Amnesty International, les enquêtes ouvertes sur l'agression de Néstor Caudi Barrios et sur l'homicide de sept membres de sa famille n'ont pas avancé.

Les menaces et violences incessantes ont forcé des membres de la famille Barrios à déménager, à vivre loin de leurs proches et à quitter leur emploi.

À la demande de la Commission et de la Cour interaméricaines des droits de l'homme, certains membres de cette famille bénéficient d'une protection policière depuis juin 2004, mais cette mesure n'est pas appliquée en continu et s'est montrée inefficace. Cinq membres de la famille ont été tués depuis qu'elle a été mise en place.

En avril 2010, la Commission interaméricaine des droits de l'homme a estimé que l'État du Venezuela avait bafoué les droits à la vie, à l'intégrité physique et à la liberté de plusieurs des membres de cette famille, dont plusieurs mineurs. La Commission a ordonné aux autorités vénézuéliennes d'enquêter et de traduire en justice les responsables présumés, et d'accorder des réparations suffisantes aux victimes. Le Venezuela n'en a rien fait et l'affaire a été soumise à la Cour interaméricaine des droits de l'homme en juillet 2010.

« Les droits fondamentaux des membres de la famille Barrios ont fait l'objet de nombreuses violations cruelles – celles-ci doivent cesser immédiatement et les autorités vénézuéliennes doivent veiller à ce que ce type d'agressions, qu'elles visent la famille Barrios ou toute autre famille, ne puissent plus jamais se produire », a conclu Guadalupe Marengo.

Pour en savoir plus :

Venezuela. Réclamez des mesures de protection pour un homme et sa famille (action urgente, 20 janvier 2011)
Venezuela. Une famille en danger à la suite d'un homicide (action urgente, 15 décembre 2009)

Thème

Exécutions extrajudiciaires et autres homicides illégaux 
Impunité 
Application des lois 

Pays

Venezuela 

Région ou pays

Amériques 

@amnestyonline sur Twitter

Nouvelles

18 septembre 2014

Les policiers et les militaires nigérians torturent couramment des hommes, des femmes et des adolescents – parfois âgés de seulement 12 ans – au moyen de diverses méthodes... Pour en savoir plus »

04 septembre 2014

Depuis plusieurs années, Amnesty International enquête et recueille des éléments de preuve sur la torture au Mexique. Voici quelques-uns des faits les plus troublants. 

Pour en savoir plus »
11 août 2014

Les familles de milliers de civils afghans tués par les forces américaines et de l’OTAN en Afghanistan ont été privées de justice, écrit Amnesty International dans un nouveau... Pour en savoir plus »

02 septembre 2014

Les poursuites engagées par les autorités turques contre des personnes les ayant critiquées sur Twitter mettent en évidence la profonde hypocrisie du pays hôte du Forum sur la... Pour en savoir plus »

03 septembre 2014

La décapitation du journaliste américain Steven Sotloff par des militants de l’État islamique est le dernier en date d’une série de crimes de guerre perpétrés par le groupe... Pour en savoir plus »