Rapport 2013
La situation des droits humains dans le monde

11 mars 2008

Des habitations palestiniennes détruites sans avertissement

Des habitations palestiniennes détruites sans avertissement
Mardi matin, l’armée israélienne a de nouveau démoli des maisons dans des villages palestiniens de la Cisjordanie occupée. Il s’agissait de logements et de biens de familles palestiniennes vivant dans les villages de Hadidiya, Jiftlik et Furush Beit Dajan, dans la vallée du Jourdain.

La représentante d’Amnesty International qui s’occupe des recherches sur Israël et les territoires palestiniens occupés a été témoin de ces démolitions. Donatella Rovera a décrit les scènes qui se sont déroulées sous ses yeux :

« Partout, la plupart des gens sont des enfants. Le plus souvent, les maisons abritent trois générations – les grands-parents, les parents et les enfants. Il y avait quatre familles à Hadidiya, et cinq à Furush Beit Dajan.

« Tous les habitants ont déjà vu les maisons être démolies auparavant, mais cette fois ils n’ont reçu aucun avertissement. Ils étaient très très perturbés. Ils couraient pour sortir leurs affaires de leur maison, mais le bulldozer poursuivait son travail de destruction. »

Des soldats de l’armée israélienne sont arrivés tôt le matin dans des jeeps accompagnées d’un bulldozer et ont détruit les bâtiments où vivaient les quatre familles. Les biens en question appartenaient à Mohammed Fahed Bani Odeh, Mohammed Ali Shaikh Bani Odeh, Ali Shaikh Musleh Bani Odeh et Omar Arif Mohammed Bisharat et leurs proches – au moins 34 personnes, dont quelque 26 enfants.

Les soldats ont ensuite continué leur route pour détruire des maisons et des moyens de subsistance à Jiftlik et à Furush Beit Dajan, où des habitations ont déjà été rasées ces derniers mois.

« À Jiftlik, ils détruisent une ferme – c’est l’une des rares fermes par ici et les gens n’ont guère d’autres moyens de gagner leur vie. Il y a deux mois ils ont commencé par détruire le potager, et le mois dernier ils ont abattu la maison, a indiqué Donatella Rovera.

« La famille de Mahmud Matab Daish, sa femme et ses sept enfants avaient reçu une tente de la Croix-Rouge et ils avaient recommencé à planter des légumes. Aujourd’hui, l’armée a détruit les jeunes pousses.

« Dans les trois villages, les soldats ne nous ont pas autorisés à nous approcher, je ne sais même pas s’ils ont reçu un ordre militaire de tout détruire. Nous leur avons demandé mais il ne nous ont montré aucun document. »

Les familles à Hadidiya vivent dans ce secteur depuis des générations, élevant des moutons et des chèvres et cultivant la terre des collines de la vallée du Jourdain. Mais l’armée israélienne les soumet à des pressions croissantes pour qu’elles quittent la région. Les maisons des quatre familles ont déjà été détruites en février 2008, et d’autres habitations ont été démolies plusieurs fois par l’armée israélienne pendant l’année 2007.

Les destructions font partie des efforts accrus de l’armée israélienne pour expulser les Palestiniens de la vallée du Jourdain. Une grande partie de cette région, y compris le secteur de Hadidiya, a été déclarée par les autorités militaires « zone militaire fermée » et l’armée intensifie les pressions sur les villageois palestiniens pour les pousser à partir.

Depuis des années, les autorités israéliennes mènent une politique discriminatoire. D’un côté, elles autorisent la construction de très nombreuses colonies israéliennes sur les terres palestiniennes occupées, en violation du droit international, et de l’autre elles confisquent des terres palestiniennes, refusent des permis de construire à des Palestiniens et détruisent leurs habitations. Les terrains rendus ainsi disponibles sont souvent utilisés pour bâtir des colonies israéliennes illégales. Le droit international interdit en effet à une puissance occupante d’installer ses propres citoyens sur le territoire qu’elle occupe.

La veille des démolitions, le gouvernement israélien a essuyé des critiques de la part de la communauté internationale pour avoir approuvé la construction de centaines de nouveaux logements destinés à des Israéliens dans la colonie de Givat Zeev, au nord de Jérusalem. Le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a appelé le gouvernement à « mettre fin à l’expansion de ses colonies » en Cisjordanie. Javier Solana, le chef de la politique étrangère de l’Union européenne, a déclaré que l’UE était opposée à la décision d’étendre cette colonie.

Pour en savoir plus :

L’armée israélienne détruit des habitations palestiniennes (article, 14 février 2008)

Thème

Crimes contre l'humanité et crimes de guerre 
Discrimination 
Équipement militaire, de sécurité et de police 

Pays

Israël et territoires palestiniens occupés 

Région ou pays

Moyen-Orient et Afrique du Nord 

@amnestyonline sur Twitter

Nouvelles

18 septembre 2014

Les policiers et les militaires nigérians torturent couramment des hommes, des femmes et des adolescents – parfois âgés de seulement 12 ans – au moyen de diverses méthodes... Pour en savoir plus »

04 septembre 2014

Depuis plusieurs années, Amnesty International enquête et recueille des éléments de preuve sur la torture au Mexique. Voici quelques-uns des faits les plus troublants. 

Pour en savoir plus »
11 août 2014

Les familles de milliers de civils afghans tués par les forces américaines et de l’OTAN en Afghanistan ont été privées de justice, écrit Amnesty International dans un nouveau... Pour en savoir plus »

02 septembre 2014

Les poursuites engagées par les autorités turques contre des personnes les ayant critiquées sur Twitter mettent en évidence la profonde hypocrisie du pays hôte du Forum sur la... Pour en savoir plus »

03 septembre 2014

La décapitation du journaliste américain Steven Sotloff par des militants de l’État islamique est le dernier en date d’une série de crimes de guerre perpétrés par le groupe... Pour en savoir plus »