Rapport 2013
La situation des droits humains dans le monde

12 décembre 2008

Dans le domaine des droits humains, il n’y a pas de place pour des spectateurs

Dans le domaine des droits humains, il n’y a pas de place pour des spectateurs
Irene Khan a indiqué au Conseil des droits de l'homme des Nations unies qu’il avait un rôle fondamental à jouer en tant que voix morale de la communauté internationale. S’exprimant lors d’une session commémorative à l’occasion du 60e anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’homme (DUDH), la secrétaire générale d’Amnesty International a déclaré au Conseil des droits de l’homme qu’il devait s’occuper des violations des droits humains avec force, clarté et cohérence.

« À cette fin, il importe que tous les États membres jouent pleinement leur partition, a affirmé Irene Khan à Genève. Dans le domaine des droits humains, il n’y a pas de place pour des spectateurs. Nous engageons les gouvernements, particulièrement les plus influents, à promouvoir ensemble au sein de ce Conseil des mesures visant à concrétiser les droits humains sur le terrain. »

Depuis l’adoption de la DUDH, il y a soixante ans, la promotion et la protection des droits humains se sont grandement améliorées, a déclaré Irene Khan.

« Il existe une riche mosaïque de normes internationales, régionales et nationales en matière de droits humains et une multitude d’institutions chargées de les mettre en application. Une société civile dynamique mobilisée en faveur des droits humains a désormais pris une ampleur inimaginable en 1948.

« L'égalité entre hommes et femmes, et entre personnes de couleur de peau différente, les droits des enfants, la liberté de la presse ou l'équité au sein des systèmes judiciaires ne sont plus contestés. Il s'agit désormais de normes reconnues, appliquées dans de nombreux pays, en passe de l'être dans d'autres. »

La plus belle réussite de la DUDH, a poursuivi la secrétaire générale d'Amnesty International, réside dans le fait que les droits humains sont maintenant profondément ancrés dans la conscience collective de l’humanité.

« Ils constituent un critère à l’aune duquel sont jugés les comportements des gouvernements.

« Pourtant, ce n’est pas le moment de se reposer sur des lauriers. Tout en célébrant les réussites, nous devons également prendre acte des échecs et des défis qui restent à relever en matière de droits humains.

« Un gouffre sépare les promesses de la DUDH et la réalité vécue aux quatre coins du globe. Notre époque reste profondément marquée par l'injustice, l'impunité et l'inégalité. »

Évoquant la question du terrorisme, Irene Khan a condamné avec la plus grande fermeté les attentats, qui constituent de graves atteintes aux droits humains.

« Il incombe aux gouvernements de protéger les populations contre ces attentats – mais au sein d’un système de défense des droits humains et non à ses dépens. Si nous restreignons les libertés au nom de la sécurité, nous concédons une victoire au terrorisme. »

Bien d’autres atteintes aux droits humains ne retiennent guère l’attention des médias, a poursuivi Irene Khan. Il en va ainsi de la discrimination généralisée fondée sur la couleur de la peau, la religion, l’orientation sexuelle et d’autres critères liés à l’identité et à l’opinion.

« Parmi ces scandales cachés, citons la violence contre les femmes, les jeunes filles et les fillettes, qui s’exerce dans leur foyer, sur leur lieu de travail et dans les écoles, en temps de guerre comme en temps de paix. Le viol est, de manière ignominieuse, devenu une arme de guerre dans nombre de conflits. Il est plus qu’urgent de faire des droits des femmes et des fillettes une réalité. »

Le plus vaste problème en matière de droits humains est actuellement la pauvreté, qui touche des milliards de gens dans le monde, a aussi déclaré la secrétaire générale d’Amnesty International.

« Au regard de la conjoncture économique actuelle, des millions de personnes risquent fort de retomber dans la pauvreté. Les plus démunis et les plus vulnérables paient pour l’avidité des riches et des puissants. »

Irene Khan a demandé au Conseil des droits de l’homme d’examiner les répercussions de la crise financière sur les droits humains et de proposer des mesures pour remédier à ces conséquences.

« Dans cette salle, ce matin, des enfants ont joint leurs voix aux attentes en matière de droits humains. Dans dix ans, que diront-ils de l’héritage que nous préparons aujourd’hui ? », a demandé Irene Khan.

« En 1948, face à d'énormes difficultés, les dirigeants mondiaux ont fait preuve de courage et de prévoyance dans leur vision de la DUDH. Aujourd’hui, les dirigeants doivent transposer leur courage et leur détermination en actes », a conclu la secrétaire générale d’Amnesty International.

Pour en savoir plus :

Il est urgent de donner une réponse mondiale aux problèmes mondiaux (article, 10 décembre 2008)

Thème

Discrimination 
Pauvreté 
Nations unies 

Pays

Suisse 

Région ou pays

Europe et Asie centrale 

@amnestyonline sur Twitter

Nouvelles

15 janvier 2015

Dans un rapport rendu public jeudi 15 janvier, Amnesty International appelle les autorités de transition du Burkina Faso à ouvrir une enquête sur l’utilisation d’une force... Pour en savoir plus »

12 janvier 2015

Un nouveau rapport d’Amnesty International décrit le manque tragique de progrès réalisés dans la reconstruction du pays depuis le tremblement de terre de 2010, il y a cinq ans... Pour en savoir plus »

26 janvier 2015

Dans un lieu de détention secret de la province de Laguna, située au sud de la capitale Manille, la Commission a découvert une roue multicolore, inspirée de la Roue de la... Pour en savoir plus »

16 janvier 2015

Au moins 69 arrestations se sont succédé en France cette semaine, les prévenus comparaissant pour « apologie du terrorisme », infraction dont la définition reste vague. Le... Pour en savoir plus »

12 décembre 2014

L’avocat Mohammed al Roken a été condamné à 10 ans d’emprisonnement en juillet 2013 à la suite d’une vague de répression contre les militants politiques et les... Pour en savoir plus »