Rapport 2013
La situation des droits humains dans le monde

10 avril 2008

L’opposition attaquée au Zimbabwe

L’opposition attaquée au Zimbabwe
Les partis d’opposition du Zimbabwe affirment que les personnes perçues comme leurs sympathisants sont la cible de violences. La police et l’armée seraient impliquées dans certaines agressions commises après les élections de fin mars.

Amnesty International a reçu des informations qui font état de nombreuses violences récentes et qui sembleraient indiquer que les sympathisants connus et présumés de l’opposition font l’objet de représailles coordonnées. Des violences ont été signalées dans les provinces d’Harare, du Mashonaland-Est, des Midlands, du Matabeleland-Nord et du Manicaland.

Selon les informations disponibles, des victimes de violences politiques ont été tirées hors des bus et attaquées chez elles dans des zones rurales, des quartiers pauvres et des exploitations agricoles.

À Gweru, le dimanche 6 avril ou autour de cette date, des soldats s’en seraient pris à des personnes dans un bar du centre commercial de Mkoba 6. Les victimes ont déclaré aux groupes locaux de défense des droits humains que les militaires les avaient accusées de « ne pas avoir voté correctement ».

Le lundi 7 avril ou autour de cette date, des soldats ont également attaqué des clients du centre commercial de Mkoba 14, à Gweru. Ils portaient apparemment des tenues antiémeutes et ont agressé leurs victimes avec des bâtons.

Dimanche, vers minuit, une dizaine de soldats et deux personnes vêtues d’un uniforme de police se sont rendus au domicile d’un militant bien connu du Mouvement pour le changement démocratique (MDC), dans le quartier Mkoba 14 de Gweru. Ils ont attaqué ce dernier et deux de ses amis en leur donnant des coups de bâton et des coups de pied. Le militant du MDC a été blessé et a dû recevoir des soins. L’agression a été signalée à la police, mais personne n’a été arrêté jusqu’à présent.

Dans une déclaration publiée jeudi, Amnesty International a salué l’annonce par la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC) d’une réunion d’urgence le 12 avril à Lusaka, en Zambie, qui permettra de discuter de la crise au Zimbabwe. Amnesty International a appelé les dirigeants de la SADC à redoubler d’efforts diplomatiques afin d’éviter une nouvelle dégradation de la situation des droits humains dans ce pays.

« Les dirigeants de la SADC doivent sortir de leur silence et reconnaître publiquement les violations des droits humains qui sont en train d’être commises par les organes chargés de la sécurité, par des vétérans de la guerre et par des sympathisants de partis politiques. Ils doivent insister sur la nécessité de mettre fin aux violences politiques, a déclaré Simeon Mawanza, chercheur d’Amnesty International sur le Zimbabwe.

« La SADC doit aussi admettre au grand jour que le retard dans la proclamation des résultats de l’élection présidentielle est l’une des causes de la montée des tensions au Zimbabwe. Elle doit exhorter la commission électorale zimbabwéenne à publier immédiatement les résultats.

« Pendant trop longtemps, le Zimbabwe a été autorisé à agir en dehors du cadre de protection des droits humains défini par l’Union africaine et l’Organisation des Nations unies, ce qui a renforcé la culture d’impunité dans ce pays. »

Thème

Militants 
Discrimination 
Liberté d'expression 
Application des lois 

Pays

Zimbabwe 

Région ou pays

Afrique 

@amnestyonline sur Twitter

Nouvelles

22 juillet 2014

Le gouvernement gambien doit abolir les lois et pratiques draconiennes à l’origine de deux décennies de violations généralisées des droits humains, a déclaré Amnesty... Pour en savoir plus »

05 juin 2014

Les manifestants descendant dans la rue au Brésil durant la Coupe du monde risquent d’être victimes de violences policières et militaires aveugles, les autorités renforçant les... Pour en savoir plus »

03 juin 2014

Dans la deuxième partie de cette série en deux volets, deux personnes dont le nom figurait sur la liste des « personnes les plus recherchées » en Chine pour leur rôle dans le... Pour en savoir plus »

11 juillet 2014

Sasha, militant pro-ukrainien âgé de 19 ans, a été enlevé par des séparatistes à Louhansk et frappé à maintes reprises pendant 24 heures.

Pour en savoir plus »
07 juillet 2014

La condamnation à 15 ans de prison d’un éminent avocat saoudien, défenseur des droits humains, est un nouveau coup porté au militantisme pacifique et à la liberté d’... Pour en savoir plus »