Rapport 2013
La situation des droits humains dans le monde

9 octobre 2007

Le monde manifeste pour le Myanmar

Le monde manifeste pour le Myanmar

Des personnes du monde entier sont descendues dans la rue ce week-end pour soutenir la population du Myanmar, qui continue d’être victime d’arrestations massives et d’une répression brutale.

Amnesty International, comme d’autres ONG, a organisé des manifestations dans de nombreux pays, notamment en Mongolie, en Malaisie, en Thaïlande, en Autriche, en Belgique, en France, en Irlande, au Royaume-Uni, en Australie, en Nouvelle-Zélande, au Canada et aux États-Unis.

À Londres, la secrétaire générale d’Amnesty International a participé à une marche en solidarité avec les moines birmans. Elle a déclaré: «Il faut maintenant apporter un soutien maximum pour maintenir une pression visible sur les autorités du Myanmar afin qu’elles cessent de recourir à la violence contre les manifestants, qu’elles veillent à la sécurité des détenus et qu’elles libèrent les prisonniers d’opinion.»

Les communications en direction et à partir du Myanmar étant très perturbées, il est difficile de suivre l’évolution de la situation en matière de droits humains dans le pays. Dans ce contexte, il est d’autant plus crucial que la communauté internationale exprime son indignation pour faire comprendre aux autorités du Myanmar que le monde a toujours les yeux braqués sur elles.

Les arrestations se sont poursuivies tout le week-end au Myanmar. Selon la radio d’État, au moins 78 personnes ont été emmenées pour être interrogées sur leur participation aux manifestations.

La presse officielle a averti que toutes celles qui sont détenues dans le cadre des manifestations pourraient être condamnées à des peines d’emprisonnement. Le journal New Light of Myanmar a indiqué: «Toute personne arrêtée pour avoir enfreint la loi doit être inculpée et devra purger une peine de prison si elle est reconnue coupable.»

Le manque d'information concernant le sort des détenus reste très inquiétant. La radio d'État a indiqué qu'au total 1 215 détenus (sur 2 171) avaient été libérés jusqu'à présent, mais ces chiffres ne concordent pas avec ceux présentés vendredi 5 octobre par les autorités du Myanmar à l'émissaire de l'ONU Ibrahim Gambari et au Conseil de sécurité: le représentant du Myanmar avait alors déclaré que 2 095 personnes avaient été libérées, dont 722 moines. La peur des arrestations reste très présente et de nombreuses personnes continueraient de se cacher.

Le gouvernement du Myanmar a donné pour mission au vice-ministre du Travail, le général Aung Kyi, de se charger des contacts avec Aung San Suu Kyi.

Parallèlement, des informations laissent entendre que la Chine tenterait d’atténuer la déclaration du Conseil de sécurité sur le Myanmar. Le Conseil devrait de nouveau se réunir ce mercredi pour examiner les modifications proposées.

Certaines connexions Internet au Myanmar auraient été rétablies lundi, mais elles ne fonctionneraient que la nuit, pendant le couvre-feu, ce qui restreint le nombre de personnes susceptibles d’accéder à Internet.

Pays

Myanmar 

Région ou pays

Asie - Pacifique 

@amnestyonline sur Twitter

Nouvelles

29 juillet 2014

Le parti au pouvoir au Burundi mène une campagne musclée d’intimidation contre les détracteurs du gouvernement, et son organisation de jeunesse commet des crimes en toute... Pour en savoir plus »

05 juin 2014

Les manifestants descendant dans la rue au Brésil durant la Coupe du monde risquent d’être victimes de violences policières et militaires aveugles, les autorités renforçant les... Pour en savoir plus »

03 juin 2014

Dans la deuxième partie de cette série en deux volets, deux personnes dont le nom figurait sur la liste des « personnes les plus recherchées » en Chine pour leur rôle dans le... Pour en savoir plus »

11 juillet 2014

Sasha, militant pro-ukrainien âgé de 19 ans, a été enlevé par des séparatistes à Louhansk et frappé à maintes reprises pendant 24 heures.

Pour en savoir plus »
25 juillet 2014

Des experts d'Amnesty International répondent à certaines des questions soulevées par le conflit Israël/Gaza.

Pour en savoir plus »