Rapport 2013
La situation des droits humains dans le monde

24 novembre 2009

L'augmentation du nombre de victimes du massacre électoral aux Philippines rend plus criante la nécessité d'ouvrir une enquête

L'augmentation du nombre de victimes du massacre électoral aux Philippines rend plus criante la nécessité d'ouvrir une enquête
Amnesty International a exhorté les autorités philippines à mener une enquête exhaustive sur l'attaque à caractère politique qui a fait au moins 46 victimes dans la province de Maguindanao.

Un grand nombre des victimes étaient des proches et des sympathisants d'une personnalité de l'opposition qui l'accompagnaient pour l'enregistrement de sa candidature aux élections provinciales de 2010.

Des sources ont indiqué à Amnesty International qu'au moins 12 journalistes se trouvaient aussi dans le groupe pris pour cible. On ignore combien de journalistes ont été tués.

Selon les informations dont on dispose, le groupe de personnes a été pris en embuscade et enlevé par une centaine d'hommes armés.

Le bilan de l'attaque s'est alourdi mardi 24 novembre à la découverte de nouveaux corps sommairement enterrés. L'état d'urgence a été déclaré dans la province de Maguindanao pour permettre à la police de rechercher les hommes armés.

« Ces homicides illustrent les dangers auxquels sont confrontés les civils à l'approche des élections nationales, a déclaré Donna Guest, directrice adjointe du programme Asie-Pacifique d'Amnesty International. Il faut que les autorités lancent immédiatement une enquête indépendante sur ces meurtres et fassent tout ce qui est en leur pouvoir pour empêcher d'autres homicides et violences. »

La sœur et la femme d'Esmael Mangudadatu, maire adjoint de la ville de Buluan, faisaient partie des personnes attaquées.

La province de Maguindanao a été le théâtre de nombreux actes de violence lors de scrutins précédents.

Des milices privées, souvent employées par des familles riches et influentes de Mindanao, se sont rendues coupables de violences en toute impunité.

« Le gouvernement doit interdire et démanteler immédiatement ces milices privées et les forces paramilitaires, a déclaré Donna Guest. Les autorités doivent également fixer des normes précises pour la protection des droits humains et veiller à ce que ceux-ci soient respectés, tout particulièrement en période électorale où les homicides à caractère politique sont susceptibles de se multiplier. »

Thème

Militants 
Groupes armés 
Exécutions extrajudiciaires et autres homicides illégaux 
Liberté d'expression 

Pays

Philippines 

Région ou pays

Asie - Pacifique 

@amnestyonline sur Twitter

Nouvelles

21 août 2014

Les mineurs accusés d’être des membres de groupes armés dans le cadre du conflit qui perdure au Mali croupissent dans des prisons pour adultes, tandis que les violations des... Pour en savoir plus »

11 août 2014

Les familles de milliers de civils afghans tués par les forces américaines et de l’OTAN en Afghanistan ont été privées de justice, écrit Amnesty International dans un nouveau... Pour en savoir plus »

11 août 2014

Les familles de milliers de civils afghans tués par les forces américaines et de l’OTAN en Afghanistan ont été privées de justice, écrit Amnesty International dans un nouveau... Pour en savoir plus »

06 août 2014

Oleg Liachko, député et ancien candidat à l'élection présidentielle, place en « détention » – enlève, en réalité – et maltraite des personnes dans tout l'... Pour en savoir plus »

19 août 2014

La reprise des frappes aériennes israéliennes et des tirs de roquettes en provenance de Gaza souligne à quel point il est important de permettre aux groupes de défense des... Pour en savoir plus »