Rapport 2013
La situation des droits humains dans le monde

23 septembre 2011

La découverte du corps mutilé d'une femme témoigne une nouvelle fois de la brutalité des forces syriennes

La découverte du corps mutilé d'une femme témoigne une nouvelle fois de la brutalité des forces syriennes

Amnesty International a dévoilé vendredi 23 septembre de nouvelles preuves de l'extrême brutalité à laquelle sont confrontés les manifestants syriens et leurs familles.

Le corps mutilé de Zainab al Hosni, 18 ans, originaire de Homs, a été retrouvé le 13 septembre par sa famille dans des circonstances horribles. Elle serait la première femme morte en détention dans le cadre du soulèvement qui ébranle la Syrie.

Sa mère s'est rendue à la morgue pour identifier le corps de son fils Mohammad, le frère de Zainab, militant qui avait été arrêté et semble-t-il torturé et tué en détention. C'est alors qu'elle a vu le corps de sa fille Zainab : elle avait été décapitée, écorchée et avait eu les bras tranchés.

« On sait désormais que Zainab était en garde à vue lorsqu'elle est décédée. Il s'agit de l'un des cas de mort en détention les plus choquants que l'on ait constaté jusqu'à présent, a indiqué Philip Luther, directeur adjoint du programme Afrique du Nord et Moyen-Orient d'Amnesty International.

« Au cours des derniers mois, nous avons recensé d'autres cas de manifestants dont les dépouilles ont été remises à leurs familles dans un état de mutilation, mais celui-ci est particulièrement monstrueux. »

Les homicides de Zainab et Mohammad portent à 103 le nombre total de morts en détention signalées depuis que des manifestations massives ont débuté en Syrie au mois de mars.

Amnesty International a enregistré 15 nouveaux cas de morts en détention depuis qu'elle a publié le 31 août son rapport intitulé Deadly detention: Deaths in custody amid popular protest in Syria. Les corps des victimes portaient des signes de coups, de blessures par balles et de coups de couteau.

Zainab al Hosni a été enlevée le 27 juillet par des hommes en civil qui seraient des membres des forces de sécurité, semble-t-il pour faire pression sur son frère militant, Mohammad Deeb al Hosni, afin qu'il se rende aux autorités.

Celui-ci, âgé de 27 ans, organisait des manifestations à Homs depuis le début du soulèvement. Après l'arrestation de Zainab en juillet, ses geôliers auraient dit à son frère par téléphone qu'elle ne serait remise en liberté que s'il cessait ses activités contre le régime.

Il a finalement été interpellé le 10 septembre et conduit dans les locaux de la section de la Sécurité politique de Homs.

Trois jours plus tard, le 13 septembre, leur mère a été convoquée par les forces de sécurité pour récupérer la dépouille de Mohammad dans un hôpital militaire. Son corps présentait des traces de torture, notamment des contusions dans le dos et des brûlures de cigarettes à divers endroits. On lui avait tiré dans le bras droit et la jambe droite, et trois balles dans la poitrine.

C'est par hasard que leur mère a reconnu le corps mutilé de Zainab dans le même hôpital militaire. Cependant, la famille n'a pas été autorisée à emmener sa dépouille avant le 17 septembre.

Selon certaines informations, la mère de Zainab et Mohammad aurait été contrainte de signer un document indiquant que ses enfants avaient été kidnappés et tués par une bande armée.

« Aucun signe n'indique que les tortures et les homicides déclinent en Syrie, a déploré Philip Luther.

« Le nombre croissant d'informations faisant état de personnes qui meurent derrière les barreaux ne fait qu'apporter la preuve que des crimes contre l'humanité sont commis et doit inciter le Conseil de sécurité de l'ONU à saisir la Cour pénale internationale de la situation en Syrie. »

Amnesty International a recensé les noms de plus de 2 200 personnes dont la mort a été signalée depuis le début des manifestations en faveur de réformes. Des milliers d'autres ont été arrêtées, dont beaucoup sont détenues au secret dans des lieux inconnus, au risque d'être torturées ou tuées.

Pour en savoir plus :

Les inquiétudes se font plus vives pour les militants syriens face au nombre croissant de morts en détention (nouvelle, 13 septembre 2011)
Syria: Deadly detention: Deaths in custody amid popular protest in Syria (rapport, 30 août 2011)
Révélations concernant la forte augmentation du nombre de morts en détention en Syrie (nouvelle, 30 août 2011)
Eyes on Syria (carte interactive, en anglais)

Thème

Crise Moyen-Orient et Afrique du Nord 
Procès et systèmes juridiques 

Pays

Syrie 

Région ou pays

Moyen-Orient et Afrique du Nord 

@amnestyonline sur Twitter

Nouvelles

15 décembre 2014

Militante exemplaire, Maria Shongwe a surmonté un certain nombre d’obstacles auxquels sont confrontées de nombreuses femmes et jeunes filles en Afrique du Sud, notamment... Pour en savoir plus »

16 décembre 2014

Chelsea Manning purge une peine de 35 ans de prison pour avoir communiqué des informations confidentielles du gouvernement américain au site Internet Wikileaks. Depuis sa... Pour en savoir plus »

08 décembre 2014

Une démarche généreuse a transformé l’ouvrière chinoise Liu Ping en militante anticorruption acharnée. Liao Minyue, sa fille, raconte ce qui s’est passé.

 

Pour en savoir plus »
11 décembre 2014

Le commandant de sous-marin John Remø prenait soin de dissimuler toutes les preuves, cachant les vêtements de femme à la cave. Ce n’est qu’au bout de 30 ans que le... Pour en savoir plus »

12 décembre 2014

L’avocat Mohammed al Roken a été condamné à 10 ans d’emprisonnement en juillet 2013 à la suite d’une vague de répression contre les militants politiques et les... Pour en savoir plus »