Rapport 2013
La situation des droits humains dans le monde

16 septembre 2008

Myanmar : une militante risque d'être torturée

Myanmar : une militante risque d'être torturée
Une dirigeante d’un mouvement militant opposé au gouvernement du Myanmar risque toujours d’être torturée, après son arrestation survenue mercredi dernier.

Nilar Thein était entrée dans la clandestinité il y a plus d’un an, après avoir organisé certaines des premières manifestations antigouvernementales en août 2007. Elle a été envoyée pour interrogatoire au centre de détention d’Aung Tha Pyay, à Yangon (anciennement Rangoon, la plus grande ville du Myanmar), où elle risque d’être torturée ou soumise à d’autres formes de mauvais traitements.

Nilar Thein a été arrêtée alors qu’elle allait rendre visite à la mère d’Ant Bwe Kyaw, un autre militant détenu, dans la banlieue nord-est de Yangon. Ant Bwe Kyaw et Kyaw Min Yu, l’époux de Nilar Thein (également appelé Ko Jimmy), figuraient parmi 13 chefs de file du militantisme antigouvernemental, membres du « Groupe des étudiants de la génération 88 », qui ont été arrêtés le 22 août 2007.

Au total, 35 militants de ce groupe ont comparu devant un tribunal, dans la prison d’Insein (à Yangon), le 9 septembre. Les chefs d’inculpation étaient fondés sur des considérations politiques. Plusieurs accusations relevaient de lois sécuritaires à la formulation vague, fréquemment utilisées afin de rendre passibles de sanctions pénales des dissidents politiques non violents.

Les « Étudiants de la génération 88 » regroupent des militants opposés au gouvernement qui ont participé au soulèvement de 1988 en faveur de la démocratie et contre le régime militaire alors en place depuis vingt-six ans.

Le lendemain de l’arrestation des 13 chefs de file du groupe, Nilar Thein avait dirigé quelque 500 personnes lors d’une manifestation organisée à Yangon. Les manifestants exigeaient la libération des militants, et poursuivaient le mouvement de protestation contre la brusque hausse des prix des carburants imposée par l’État le 15 août 2007.

Lorsque les autorités se sont mises à rechercher les meneurs des manifestations, Nilar Thein a décidé de se cacher. Au vu des conditions malsaines et dangereuses de la vie dans la clandestinité, elle s’est résolue à confier sa fille en bas âge à sa famille.

Trois semaines après l'arrestation de son époux (le 22 août 2007), un bruit selon lequel celui-ci était mort en garde à vue a commencé à courir. Cette rumeur s’est révélée infondée, et il semblerait qu’elle ait été lancée par les autorités afin de forcer Nilar Thein à sortir de la clandestinité.

Tout en continuant à se cacher, Nilar Thein n’a cessé d’envoyer des appels à la communauté internationale afin que celle-ci prenne des mesures visant à mettre un terme à la situation catastrophique des droits humains et aux atteintes dont les femmes sont victimes sous le régime militaire au Myanmar.

Un an après la violente répression des manifestations antigouvernementales de septembre 2007, les responsables de l’armée ne semblent pas disposés à relâcher leurs efforts visant à étouffer toute dissidence politique. Depuis le début de l’année 2008, près de 300 personnes ont été arrêtées en raison de leurs activités politiques, pourtant menées pacifiquement.

Nilar Thein a déjà été emprisonnée à deux reprises en conséquence de sa lutte en faveur de la démocratie. En 1991, elle a été détenue pendant deux mois. En décembre 1996, elle a été arrêtée pour avoir participé aux manifestations étudiantes qui avaient eu lieu à Yangon cette année-là. Elle a été condamnée à dix ans d’emprisonnement, puis libérée en 2005.

Amnesty International appelle de toute urgence le gouvernement du Myanmar à mettre un terme aux arrestations et à libérer toutes les personnes détenues ou emprisonnés simplement parce qu’elles ont exercé, de manière pourtant pacifique, leurs droits à la liberté d'expression, de réunion et d'association, y compris les prisonniers d'opinion incarcérés depuis peu ou de longue date.

Pour en savoir plus :

Le Myanmar ne doit pas revenir en arrière (article, 8 août 2008)
Emprisonnés pour avoir donné de l’eau à des moines (nouvelle, 31 mars 2008)

Thème

Militants 
Prisonniers d'opinion 
Torture et mauvais traitements 
Procès et systèmes juridiques 

Pays

Myanmar 

Région ou pays

Asie - Pacifique 

@amnestyonline sur Twitter

Nouvelles

22 juillet 2014

Le gouvernement gambien doit abolir les lois et pratiques draconiennes à l’origine de deux décennies de violations généralisées des droits humains, a déclaré Amnesty... Pour en savoir plus »

05 juin 2014

Les manifestants descendant dans la rue au Brésil durant la Coupe du monde risquent d’être victimes de violences policières et militaires aveugles, les autorités renforçant les... Pour en savoir plus »

03 juin 2014

Dans la deuxième partie de cette série en deux volets, deux personnes dont le nom figurait sur la liste des « personnes les plus recherchées » en Chine pour leur rôle dans le... Pour en savoir plus »

11 juillet 2014

Sasha, militant pro-ukrainien âgé de 19 ans, a été enlevé par des séparatistes à Louhansk et frappé à maintes reprises pendant 24 heures.

Pour en savoir plus »
07 juillet 2014

La condamnation à 15 ans de prison d’un éminent avocat saoudien, défenseur des droits humains, est un nouveau coup porté au militantisme pacifique et à la liberté d’... Pour en savoir plus »