Rapport 2013
La situation des droits humains dans le monde

16 septembre 2011

La Malaisie est sur le point d'abroger une loi utilisée pour réprimer toute dissidence

La Malaisie est sur le point d'abroger une loi utilisée pour réprimer toute dissidence

Amnesty International salue la décision de la Malaisie d'abroger une loi sur la détention préventive souvent utilisée par le gouvernement pour réprimer toute dissidence ; l'organisation considère que cela constitue une étape significative pour les droits humains dans le pays.

Le Premier ministre Najib Razak a annoncé jeudi 15 septembre que le gouvernement malaisien prévoyait d'abroger la Loi relative à la sécurité intérieure, qui permet aux autorités de placer des personnes en détention pour une durée indéterminée, sans inculpation ni jugement.

Cette loi a été utilisée pour emprisonner des dirigeants de l'opposition, des militants, des blogueurs et des étudiants critiquant le gouvernement.

« L'abrogation de la Loi relative à la sécurité intérieure par le Premier ministre Najib Razak constitue une étape importante pour la défense des droits humains en Malaisie, a déclaré Sam Zarifi, directeur du programme Asie-Pacifique d'Amnesty International. Cette loi est notoirement répressive et a servi à étouffer toute dissidence pacifique dans le pays pendant plus de 50 ans. »

« Les milliers de personnes toujours incarcérées aux termes de la législation sur la détention préventive doivent être soit inculpées d'une infraction reconnue par la loi, soit relâchées immédiatement. »

Le Premier ministre Najib Razak a affirmé que le gouvernement projetait de lever l'état d'urgence et d'abroger ou réviser d'autres lois restrictives. Il a également proposé de remplacer la Loi relative à la sécurité intérieure par deux nouvelles lois dans le but de préserver la paix et l'ordre public, et de lutter contre le terrorisme.

« Le Premier ministre doit veiller à ce que le gouvernement malaisien supprime les autres obstacles à la liberté d'expression et de réunion pacifique qui figurent dans des lois existantes, et à ce que toute nouvelle loi respecte les normes internationales relatives aux droits humains », a déclaré Sam Zarifi.

La Loi relative à la sécurité intérieure autorise la police à arrêter les personnes qu'elle soupçonne d'avoir agi, d'être sur « le point d'agir » ou d'être « susceptibles d'agir » d'une manière mettant en péril la sécurité, les « services essentiels » ou la « vie économique ».

Ces personnes peuvent être détenues jusqu'à 60 jours aux fins de l'enquête policière, après quoi cette loi autorise le ministre de l'Intérieur à émettre une ordonnance de placement en détention pour une durée de deux ans, renouvelable indéfiniment sans que les détenus ne soient jamais inculpés ni jugés.

Thème

Militants 
Détention 
Liberté d'expression 

Pays

Malaisie 

Région ou pays

Asie - Pacifique 

@amnestyonline sur Twitter

Nouvelles

15 décembre 2014

Militante exemplaire, Maria Shongwe a surmonté un certain nombre d’obstacles auxquels sont confrontées de nombreuses femmes et jeunes filles en Afrique du Sud, notamment... Pour en savoir plus »

16 décembre 2014

Chelsea Manning purge une peine de 35 ans de prison pour avoir communiqué des informations confidentielles du gouvernement américain au site Internet Wikileaks. Depuis sa... Pour en savoir plus »

08 décembre 2014

Une démarche généreuse a transformé l’ouvrière chinoise Liu Ping en militante anticorruption acharnée. Liao Minyue, sa fille, raconte ce qui s’est passé.

 

Pour en savoir plus »
11 décembre 2014

Le commandant de sous-marin John Remø prenait soin de dissimuler toutes les preuves, cachant les vêtements de femme à la cave. Ce n’est qu’au bout de 30 ans que le... Pour en savoir plus »

12 décembre 2014

L’avocat Mohammed al Roken a été condamné à 10 ans d’emprisonnement en juillet 2013 à la suite d’une vague de répression contre les militants politiques et les... Pour en savoir plus »