Rapport 2013
La situation des droits humains dans le monde

16 août 2011

Nouvelles actions de protestation en perspective contre le gouvernement au Malawi

Nouvelles actions de protestation en perspective contre le gouvernement au Malawi

Les Malawiens participant aux actions de protestation nationales prévues pour mercredi 17 août risquent d'être tués ou blessés, à moins que les autorités n'interdisent l'utilisation de balles réelles contre les manifestants antigouvernementaux, a déclaré Amnesty International mardi 16 août.

Ces manifestations doivent se dérouler alors que les militants et les autres voix dissidentes sont de plus en plus souvent la cible de manœuvres de harcèlement ou d'intimidation au Malawi. En juillet, au moins 18 personnes ont été tuées et des dizaines d'autres blessées lorsque la police a ouvert le feu sur les manifestants dans plusieurs villes malawiennes.

« Les autorités doivent permettre aux citoyens d'exprimer leurs opinions sans craindre de faire l'objet de représailles violentes ou d'arrestations arbitraires », a déclaré Michelle Kagari, directrice adjointe du programme Afrique d'Amnesty International.

« La police doit s'abstenir de recourir à une force excessive. Aux termes des normes des Nations unies relatives au maintien de l'ordre, les armes à feu doivent uniquement être utilisées lorsqu'il n'y a aucun autre moyen de se protéger contre une menace de mort ou une blessure grave. »

Si certaines des manifestations de juillet ont basculé dans la violence, la plupart des manifestants n'étaient pas armés.

Près de 500 personnes, dont des défenseurs des droits humains, ont été arrêtées.

Les manifestations ont réuni étudiants, militants en faveur des droits humains et groupes religieux autour d'un ensemble de thèmes tels que les lois répressives, la mauvaise gouvernance et la pénurie d'essence.

Le gouvernement malawien a multiplié les manœuvres de harcèlement et d'intimidation visant les critiques et les dissidents ces derniers mois, étouffant la liberté d'expression et instaurant un climat de peur. Lors des manifestations de juillet, la police a délibérément pris pour cible au moins huit journalistes, les frappant à coups de crosse de pistolet.

Les autorités s'en sont également prises à des défenseurs des droits humains. Certains ont reçu des menaces de mort, tandis que d'autres ont été forcés à entrer dans la clandestinité. Les menaces dirigées contre les militants semblent avoir été alimentées et perpétuées par les critiques constantes faites en public par de hauts responsables gouvernementaux.

Récemment, le président Bingu wa Mutharika a déclaré au sujet des actions de protestation de juillet qu'il s'agissait de l'« œuvre de Satan » et a menacé de « débusquer les organisateurs », ce qui a incité plusieurs éminents défenseurs des droits humains à se cacher.

Amnesty International exhorte une nouvelle fois les autorités malawiennes à ouvrir immédiatement une enquête impartiale et approfondie sur le recours à la force meurtrière lors des manifestations de juillet.

« L'ouverture de cette enquête n'a que trop tardé », a ajouté Michelle Kagari.

« En attendant, nous demandons aux autorités malawiennes de faire preuve de retenue et de respecter le droit des citoyens à la liberté d'expression, d'association et de réunion. Si les Malawiens souhaitent exercer leur droit de manifester pacifiquement, ils doivent être autorisés à le faire en toute sécurité. »

Pour en savoir plus :

Malawi must investigate protest killings (nouvelle, 21 juillet 2011)
Flambée de violence lors des manifestations anti-gouvernementales qui ont eu lieu au Malawi (nouvelle, 20 juillet 2011)

Thème

Militants 
Liberté d'expression 
Application des lois 
Torture et mauvais traitements 

Pays

Malawi 

Région ou pays

Afrique 

@amnestyonline sur Twitter

Nouvelles

15 septembre 2014

La nouvelle mission de maintien de la paix des Nations unies en République centrafricaine doit être déployée de toute urgence dans son intégralité pour être en mesure d’assurer... Pour en savoir plus »

04 septembre 2014

Depuis plusieurs années, Amnesty International enquête et recueille des éléments de preuve sur la torture au Mexique. Voici quelques-uns des faits les plus troublants. 

Pour en savoir plus »
11 août 2014

Les familles de milliers de civils afghans tués par les forces américaines et de l’OTAN en Afghanistan ont été privées de justice, écrit Amnesty International dans un nouveau... Pour en savoir plus »

02 septembre 2014

Les poursuites engagées par les autorités turques contre des personnes les ayant critiquées sur Twitter mettent en évidence la profonde hypocrisie du pays hôte du Forum sur la... Pour en savoir plus »

03 septembre 2014

La décapitation du journaliste américain Steven Sotloff par des militants de l’État islamique est le dernier en date d’une série de crimes de guerre perpétrés par le groupe... Pour en savoir plus »