Rapport 2013
La situation des droits humains dans le monde

2 juin 2010

Un couple de Malawiens risque d'être en butte à de nouveaux actes de harcèlement

Un couple de Malawiens risque d'être en butte à de nouveaux actes de harcèlement

D'après Amnesty International, un couple de Malawiens qui s'est vu accorder la grâce présidentielle après avoir été condamné pour « outrage aux bonnes mœurs » et « actes contre nature » pourrait subir de nouveaux harcèlements si la loi n'est pas modifiée.

Steven Monjeza et Tiwonge Chimbalanga ont été libérés le 29 mai 2010, le président Bingu wa Mutharika les ayant graciés pour motifs humanitaires.

Cette grâce leur a été accordée à la suite d'une rencontre entre le président et le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon, en visite au Malawi. Amnesty International a adopté Steven Monjeza et Tiwonge Chimbalanga en tant que prisonniers d'opinion en janvier 2010 et a fait campagne en faveur de leur libération immédiate et inconditionnelle.

« Si nous sommes ravis que le couple ait été gracié, nous restons préoccupés par le fait que Steven et Tiwonge risquent d'être de nouveau arrêtés et harcelés en vertu des mêmes lois s'ils poursuivent leur relation. En effet, la grâce présidentielle ne s'applique qu'aux prétendus actes pour lesquels ils ont été condamnés », a expliqué Michelle Kagari, directrice adjointe du programme Afrique d'Amnesty International.

Steven Monjeza et Tiwonge Chimbalanga ont été appréhendés par la police à Blantyre le 28 décembre 2009, deux jours après leur cérémonie de fiançailles organisée dans la communauté urbaine de Chirimba, dans le sud de la ville.

Les deux hommes ont raconté qu'ils avaient été battus par les policiers en détention et avaient fait l'objet de huées et de railleries lors de leur procès.

Lorsqu'il a rendu son jugement, le magistrat Nyakwawa Usiwa-Usiwa a expliqué qu'il prononçait « une peine dissuasive afin que la population soit également protégée d'autres personnes qui pourraient être tentées de suivre leur exemple abominable ».

Les lois érigeant en infractions l'homosexualité et l'identité de genre sont prohibées par les traités qu'a ratifiés le Malawi, en particulier par le Pacte international relatif aux droits civils et politiques (PICDP) et la Charte africaine des droits de l'homme et des peuples.

« Le Malawi doit se montrer à la hauteur des obligations qui lui incombent au titre du droit international relatif aux droits humains, a indiqué Michelle Kagari. En vertu de ces traités, le Malawi est légalement tenu de respecter et de protéger les droits à la liberté de conscience et d'expression, ainsi que le droit à la vie privée, et d'éradiquer la discrimination fondée sur l'orientation sexuelle ou l'identité de genre réelle ou présumée. »

Amnesty International appelle les autorités du Malawi à prendre des mesures efficaces en vue de prévenir les actes de violence ou de discrimination et de garantir la sécurité de Steven Monjeza et Tiwonge Chimbalanga.

Pour en savoir plus :

Malawi : un couple est condamné à une peine de 14 ans de travaux forcés pour « outrage aux bonnes mœurs » (nouvelle, 20 mai 2010)
Malawi. Les autorités doivent relâcher un couple déclaré coupable d'« outrage aux bonnes mœurs » (nouvelle, 18 mai 2010)
Malawi : il faut libérer deux hommes devant être jugés pour « outrage aux bonnes mœurs » (nouvelle, 22 mars 2010)

Pays

Malawi 

Région ou pays

Afrique 

Thème

Orientation sexuelle et identité de genre  

@amnestyonline sur Twitter

Nouvelles

15 janvier 2015

Dans un rapport rendu public jeudi 15 janvier, Amnesty International appelle les autorités de transition du Burkina Faso à ouvrir une enquête sur l’utilisation d’une force... Pour en savoir plus »

12 janvier 2015

Un nouveau rapport d’Amnesty International décrit le manque tragique de progrès réalisés dans la reconstruction du pays depuis le tremblement de terre de 2010, il y a cinq ans... Pour en savoir plus »

08 décembre 2014

Une démarche généreuse a transformé l’ouvrière chinoise Liu Ping en militante anticorruption acharnée. Liao Minyue, sa fille, raconte ce qui s’est passé.

 

Pour en savoir plus »
16 janvier 2015

Au moins 69 arrestations se sont succédé en France cette semaine, les prévenus comparaissant pour « apologie du terrorisme », infraction dont la définition reste vague. Le... Pour en savoir plus »

12 décembre 2014

L’avocat Mohammed al Roken a été condamné à 10 ans d’emprisonnement en juillet 2013 à la suite d’une vague de répression contre les militants politiques et les... Pour en savoir plus »