Rapport 2013
La situation des droits humains dans le monde

15 avril 2010

Le prisonnier d'opinion libyen Jamal el Haji a été libéré

Le prisonnier d'opinion libyen Jamal el Haji a été libéré

Amnesty International se félicite de la libération d'un prisonnier d'opinion libyen, incarcéré parce qu'il s'était plaint de mauvais traitements infligés par les autorités.

Jamal el Haji a été acquitté du chef d'outrage à l'autorité judiciaire par la Cour de sûreté de l'État le 14 avril 2010, après avoir passé plus de quatre mois derrière les barreaux.

« Nous sommes réellement soulagés que Jamal el Haji, qui n'aurait jamais dû être arrêté, soit désormais rentré dans sa famille, a déclaré Hassiba Hadj Sahraoui, directrice adjointe du programme Moyen-Orient et Afrique du Nord d'Amnesty International.

« Les autorités libyennes doivent maintenant respecter son droit à exprimer librement ses opinons sur la situation des droits humains en Libye et garantir son droit de circuler librement, et notamment de quitter la Libye. »

L'écrivain, qui a aussi la nationalité danoise, aurait déjà été privé de son droit de circuler par l'Agence de sûreté intérieure, un service de renseignements, après sa libération en mars 2009.
 
Jamal el Haji a été interpellé le 9 décembre 2009, après avoir déposé plainte auprès de Mustafa Abdeljalil, secrétaire du Comité populaire général pour la Justice (équivalent du ministère de la Justice).

Dans le cadre de cette plainte, il dénonçait les atteintes aux droits humains qu'il avait subies au cours d'une précédente détention, de février 2007 à mars 2009.

Il décrivait son arrestation illégale par les membres des forces de sécurité libyennes, les mauvais traitements endurés en détention et les violations de son droit à un procès équitable.

Il critiquait également les déficiences dans l'administration de la justice, ainsi que l'incapacité des autorités libyennes à s'acquitter de leurs obligations internationales en termes de droits humains.

Son procès s'est ouvert devant la Cour de sûreté de l'État le 17 février 2010.

Amnesty International exhorte le gouvernement libyen à continuer de remédier aux violations des droits humains, après la récente remise en liberté de plusieurs personnes victimes de détention arbitraire.

Saif al Islam al Kadhafi, l'un des fils du dirigeant libyen, a joué un rôle majeur dans ces libérations, déclarant que 80 de ces prisonniers étaient maintenus en détention lors même que les tribunaux avaient abandonné toutes les poursuites intentées contre eux.

D'autres demeurent incarcérés sans aucun fondement légal. Citons notamment Mahmoud Mohamed Aboushima, détenu à la prison d'Abou Salim alors qu'une décision de la Haute cour l'a innocenté en juillet 2007 du chef d'inculpation d'appartenance à une organisation interdite.

Le 15 avril, Amnesty International a adressé une note circonstanciée aux autorités libyennes et à la Fondation Kadhafi pour le développement, dirigée par Saif al Islam al Kadhafi, détaillant ses préoccupations en matière de droits humains.

Ce document de plus d'une centaine de pages est consacré à l'administration de la justice, l'application de la peine de mort et des châtiments corporels, l'impunité pour les atteintes aux droits humains commises par le passé et la situation des réfugiés, des demandeurs d'asile et des migrants en Libye.
 
« Nous avons écrit aux autorités libyennes pour leur demander de prendre de nouvelles mesures concrètes afin de faire face aux préoccupations en matière de droits humains et de s'appuyer sur les évolutions positives récentes afin de garantir l'amélioration à long terme de la situation des droits humains », a conclu Hassiba Hadj Sahraoui.

Pays

Libye 

Région ou pays

Moyen-Orient et Afrique du Nord 

Thème

Prisonniers d'opinion 

@amnestyonline sur Twitter

Nouvelles

15 décembre 2014

Militante exemplaire, Maria Shongwe a surmonté un certain nombre d’obstacles auxquels sont confrontées de nombreuses femmes et jeunes filles en Afrique du Sud, notamment... Pour en savoir plus »

16 décembre 2014

Chelsea Manning purge une peine de 35 ans de prison pour avoir communiqué des informations confidentielles du gouvernement américain au site Internet Wikileaks. Depuis sa... Pour en savoir plus »

08 décembre 2014

Une démarche généreuse a transformé l’ouvrière chinoise Liu Ping en militante anticorruption acharnée. Liao Minyue, sa fille, raconte ce qui s’est passé.

 

Pour en savoir plus »
11 décembre 2014

Le commandant de sous-marin John Remø prenait soin de dissimuler toutes les preuves, cachant les vêtements de femme à la cave. Ce n’est qu’au bout de 30 ans que le... Pour en savoir plus »

12 décembre 2014

L’avocat Mohammed al Roken a été condamné à 10 ans d’emprisonnement en juillet 2013 à la suite d’une vague de répression contre les militants politiques et les... Pour en savoir plus »