Rapport 2013
La situation des droits humains dans le monde

23 juillet 2007

Les autorités mexicaines n’enquêtent pas sur les violences commises à Oaxaca

Les autorités mexicaines n’enquêtent pas sur les violences commises à Oaxaca

En juin 2006, dans l’État d'Oaxaca, de nombreux mouvements de protestation réclamant la démission du gouverneur ont éclaté. La ville d’Oaxaca a été paralysée pendant plusieurs mois. L’agitation politique s’est poursuivie en 2007 et elle a provoqué une crise durable en matière de sécurité publique.
La plupart des manifestations se sont déroulées dans le calme mais des affrontements violents se sont toutefois produits entre des composantes du mouvement d’opposition, les forces de sécurité et des sympathisants du gouvernement de l’État d’Oaxaca. Dix-huit personnes au moins ont trouvé la mort dans des circonstances non élucidées et un très grand nombre, y compris des mineurs, ont été arbitrairement arrêtées et détenues au secret.
De nombreux cas de torture et de mauvais traitements ainsi que de procès inéquitables ont été signalés, et les personnes cherchant à défendre et à promouvoir les droits humains ont été menacées et harcelées. Certaines de ces violations ont été commises par des policiers en civil et des hommes armés non identifiés agissant manifestement avec l’autorisation, l’appui ou l’assentiment des autorités de l'État d'Oaxaca.
Les principales victimes de ces violences ont été des enseignants, qui avaient entamé une grève en mai 2006 pour réclamer des négociations annuelles sur les salaires et les conditions de travail, et des sympathisants du mouvement de protestation.
Des hauts responsables et des employés de l’État et des institutions municipales seraient impliqués dans un grand nombre de ces atteintes aux droits humains. Les autorités fédérales ont également leur part de responsabilité: elles ont commis des violations des droits humains et se sont abstenues de prendre les dispositions nécessaires pour empêcher des violations ou pour riposter lorsque de tels agissements étaient signalés.
Les circonstances dans lesquelles des personnes sont mortes n’ont pas été élucidées, et pratiquement tous les responsables doivent encore être identifiés ou appelés à s’expliquer devant la justice. Les informations recueillies par Amnesty International indiquent que cela est principalement dû au fait que très peu de violations des droits humains ont rapidement fait l’objet d’enquêtes impartiales et exhaustives.
Les enquêtes à venir seront fortement limitées voire compromises car les lieux des crimes n’ont pas été protégés, les plaintes n’ont pas donné lieu à des investigations, tous les examens médicolégaux nécessaires n'ont pas été effectués, les témoignages disponibles n’ont pas été recueillis et la fiabilité des preuves n’a pas été vérifiée.
Bien que les autorités fédérales, étatiques et municipales aient formellement accepté de mettre en œuvre la récente recommandation de la Comisión Nacional de Derechos Humanos (CNDH, Commission nationale des droits humains) demandant que les allégations d’atteintes aux droits humains fassent l’objet d’enquêtes, rien ne prouve jusqu’à présent que ces autorités veulent mener des enquêtes efficaces et modifier les procédures et les pratiques pour empêcher que d’autres violations ne soient commises à l’avenir.
Le meilleur moyen d'empêcher d'autres violations des droits humains, c’est de ne pas laisser s'installer l'impunité. En agissant en ce sens, le gouvernement du président Felipe Calderón montrerait en outre clairement à la société mexicaine et à la communauté internationale qu’il est déterminé à protéger, garantir et respecter les droits humains. 

Pour en savoir plus :


Mexique. La seule solution pour l'Oaxaca est que la justice soit rendue (communiqué de presse, 1er août 2007)

Mexique: pour en finir avec les violations des droits humains (article, 31 juillet 2007)

Mexico: Oaxaca - clamour for justice (rapport, 31 juillet 2007, à paraître en français)

Mexique. Le projet de La Parota, une menace pour les droits et les biens des personnes (plaquette, 4 août 2007)

Mexique. Barrage de La Parota : les droits humains mis à mal (rapport, 5 août 2007)

Thème

Application des lois 

Pays

Mexique 

Région ou pays

Amériques 

@amnestyonline sur Twitter

Nouvelles

15 janvier 2015

Dans un rapport rendu public jeudi 15 janvier, Amnesty International appelle les autorités de transition du Burkina Faso à ouvrir une enquête sur l’utilisation d’une force... Pour en savoir plus »

12 janvier 2015

Un nouveau rapport d’Amnesty International décrit le manque tragique de progrès réalisés dans la reconstruction du pays depuis le tremblement de terre de 2010, il y a cinq ans... Pour en savoir plus »

26 janvier 2015

Dans un lieu de détention secret de la province de Laguna, située au sud de la capitale Manille, la Commission a découvert une roue multicolore, inspirée de la Roue de la... Pour en savoir plus »

16 janvier 2015

Au moins 69 arrestations se sont succédé en France cette semaine, les prévenus comparaissant pour « apologie du terrorisme », infraction dont la définition reste vague. Le... Pour en savoir plus »

12 décembre 2014

L’avocat Mohammed al Roken a été condamné à 10 ans d’emprisonnement en juillet 2013 à la suite d’une vague de répression contre les militants politiques et les... Pour en savoir plus »