Rapport 2013
La situation des droits humains dans le monde

21 septembre 2011

L'Iran exécute un adolescent accusé d'avoir tué l'«homme le plus fort d'Iran»

L'Iran exécute un adolescent accusé d'avoir tué l'«homme le plus fort d'Iran»

Un garçon de 17 ans déclaré coupable d'avoir tué un athlète connu comme l'« homme le plus fort d'Iran » a été pendu en public dans la ville de Karaj, près de Téhéran, mercredi 21 septembre.

Alireza Molla-Soltani a été condamné à mort le mois dernier pour avoir poignardé Ruhollah Dadashi, un athlète populaire, le 17 juillet lors d'une dispute liée à la circulation. D'après des informations relayées par les médias locaux, l'adolescent a dit avoir paniqué et donné des coups de couteau à Ruhollah Dadashi en état de légitime défense après que celui-ci l'eut attaqué dans l'obscurité.

« L'exécution d'un adolescent de 17 ans est profondément choquante, en particulier lorsqu'elle se déroule en public, ce qui est déshumanisant pour toutes les personnes impliquées, y compris celles qui y assistent », a déclaré Hassiba Hadj Sahraoui, directrice adjointe du programme Moyen-Orient et Afrique du Nord.

« L'exécution de mineurs délinquants – quel que soit leur âge au moment de la mise à mort – est strictement interdite par certains traités internationaux auxquels l'Iran est partie. Il est grand temps que les autorités iraniennes prennent leurs obligations internationales au sérieux et cessent immédiatement d'ôter la vie à des adolescents », a-t-elle ajouté.

Alireza Molla-Soltani a été pendu vers 4 h 55 du matin sur la place Golshahr, à Karaj, où l'homicide avait eu lieu.

Un représentant de l'État s'étant exprimé par la suite a déclaré qu'Alireza Molla-Soltani avait plus de 18 ans d'après le calendrier musulman – car les années sont plus courtes – et qu'il n'y avait aucune raison de ne pas procéder à son exécution.

Amnesty International avait exhorté les autorités iraniennes à suspendre l'exécution et à réexaminer le cas d'Alireza Molla-Soltani.
L'adolescent a été arrêté un jour après que Ruhollah Dadashi l'ait semble-t-il frappé à la bouche et jeté contre une voiture alors qu'ils se disputaient.

Peu après l'arrestation d'Alireza Molla-Soltani, un procureur a demandé qu'une « résolution rapide » soit trouvée dans cette affaire. Un tribunal de Karaj a déclaré le jeune homme coupable d'« homicide volontaire » et l'a condamné le 20 août à être pendu en public au titre de « réparation ». La Cour suprême iranienne a confirmé cette sentence de mort le 11 septembre.

« Si nous reconnaissons la gravité du crime dont Alireza Molla-Soltani a été déclaré coupable, pendre un mineur pour avoir semble-t-il agi en état de légitime défense est immoral et douteux sur le plan juridique », a poursuivi Hassiba Hadj Sahraoui.

Aux termes du Pacte international relatif aux droits civils et politiques et de la Convention relative aux droits de l'enfant, deux traités internationaux auxquels l'Iran est partie, il est illégal de condamner à mort une personne qui était mineure au moment des faits qui lui sont reprochés.

L'Iran est l'un des très rares pays à continuer d'exécuter des mineurs délinquants. Deux d'entre eux ont été mis à mort dans la ville portuaire de Bandar Abbas, dans le sud du pays, en avril 2011. Amnesty International a également reçu des informations indiquant qu'un autre garçon, Hashem Hamidi, 16 ans, a été exécuté près d'Hamidiya, dans la province du Khuzestan, en avril également. Les autorités n'ont pas annoncé son exécution.

Amnesty International a enregistré plus de 400 exécutions cette année ; plus de 30 se sont déroulées en public. Au moins 96 ont été signalées depuis le début du mois. Les autorités n'ont pas confirmé toutes ces exécutions.

L'Iran affirme qu'une pendaison pour meurtre ne constitue pas une exécution mais une forme de « réparation » personnelle pour les parents proches de la victime, pour laquelle l'État n'est pas responsable.

Cette affirmation n'est pas recevable aux termes du droit international, car toute mise à mort confiée à des représentants de l'État à la suite d'une condamnation prononcée par un tribunal est une forme d'exécution.

Pour en savoir plus :

Accusé d'avoir tué l'«homme le plus fort d'Iran», un adolescent doit être pendu le 21 septembre (nouvelle, 20 septembre 2011)

Campagnes

En finir avec la peine de mort 

Thème

Peine de mort 

Pays

Iran 

Région ou pays

Moyen-Orient et Afrique du Nord 

@amnestyonline sur Twitter

Nouvelles

15 décembre 2014

Militante exemplaire, Maria Shongwe a surmonté un certain nombre d’obstacles auxquels sont confrontées de nombreuses femmes et jeunes filles en Afrique du Sud, notamment... Pour en savoir plus »

16 décembre 2014

Chelsea Manning purge une peine de 35 ans de prison pour avoir communiqué des informations confidentielles du gouvernement américain au site Internet Wikileaks. Depuis sa... Pour en savoir plus »

08 décembre 2014

Une démarche généreuse a transformé l’ouvrière chinoise Liu Ping en militante anticorruption acharnée. Liao Minyue, sa fille, raconte ce qui s’est passé.

 

Pour en savoir plus »
11 décembre 2014

Le commandant de sous-marin John Remø prenait soin de dissimuler toutes les preuves, cachant les vêtements de femme à la cave. Ce n’est qu’au bout de 30 ans que le... Pour en savoir plus »

12 décembre 2014

L’avocat Mohammed al Roken a été condamné à 10 ans d’emprisonnement en juillet 2013 à la suite d’une vague de répression contre les militants politiques et les... Pour en savoir plus »