Rapport 2013
La situation des droits humains dans le monde

27 août 2008

Iran : les pressions exercées sur les défenseurs des droits des femmes doivent cesser

Iran : les pressions exercées sur les défenseurs des droits des femmes doivent cesser
À l’occasion du second anniversaire du lancement de la Campagne pour l’égalité, le 27 août, Amnesty International appelle à nouveau les autorités iraniennes à cesser de harceler et d’emprisonner ceux qui défendent les droits des femmes et à ne plus restreindre les activités de ceux qui mènent campagne pour la suppression des lois et pratiques discriminatoires à l'égard des femmes en Iran.

La Campagne pour l'égalité est un réseau de personnes qui œuvrent pour qu'il soit mis fin à la discrimination à l’égard des femmes inscrite dans la loi. Elle informe les femmes sur leurs droits et tente de recueillir en Iran auprès du public un million de signatures pour une pétition contre les lois discriminatoires.

Après deux ans de campagne, les défenseurs des droits des femmes doivent faire face à une répression croissante alors qu’ils tentent de rallier l’ensemble de la population à leur demande d’un traitement égal, et les autorités continuent de restreindre leurs possibilités d’utiliser les espaces publics pour mener leurs activités pourtant légales et pacifiques.

Par ailleurs, certains éléments inquiétants semblent renforcer la discrimination contre les femmes en Iran. Ainsi, un nouveau projet de loi sur la protection de la famille adopté en juillet par la Commission des lois et des affaires juridiques du Parlement iranien ne combat en rien la discrimination à l'égard des femmes dans les domaines du mariage, du divorce et de la garde des enfants ; de plus, si la loi est adoptée, les hommes qui veulent prendre une deuxième épouse n’auront plus à en demander la permission à leur première épouse. Ce projet de loi, qui doit encore être approuvé au niveau du Parlement et accepté par le Conseil des gardiens, reflète une tendance très préoccupante.

Amnesty International appelle le gouvernement et le Parlement iraniens à ne pas consolider la discrimination mais au contraire à procéder à un ensemble de réformes pour mettre fin aux lois et pratiques qui continuent d’être discriminatoires à l'égard des femmes – qui représentent la moitié de la population iranienne –, et de les priver de leurs droits humains. Amnesty International exhorte également le gouvernement iranien à ratifier sans réserve la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes, et à mettre les lois et pratiques de l'Iran en conformité avec les dispositions de la Convention.

Amnesty International a réuni des informations sur les manœuvres de harcèlement exercées contre les militants de la Campagne pour l’égalité depuis son lancement. Ces militants reçoivent des appels téléphoniques menaçants de la part de personnes se présentant comme des agents du ministère du Renseignement, qui leurs conseillent de ne pas tenir les réunions prévues. On les empêche d’organiser des manifestations ou rassemblements pourtant pacifiques. Le site Internet de la Campagne pour l’égalité a été bloqué jusqu’à présent au moins 11 fois, et le filtrage s’est étendu aux sites mis en place par des antennes locales de la campagne dans plusieurs provinces.

Des militants ont été condamnés ou inculpés simplement parce qu’ils ont défendu pacifiquement les droits des femmes. Amnesty International demande que ces poursuites soient abandonnées et que les militants emprisonnés soient libérés immédiatement et sans condition.

Amir Yaghoub Ali a été condamné en mai 2008 une année d’emprisonnement pour avoir rassemblé des signatures dans le parc Daneshjou, à Téhéran, en juillet 2007. Il est actuellement en liberté dans l’attente de la décision qui sera rendue en appel au sujet de sa condamnation.

En juin 2008, Hana Abdi, qui appartient à la minorité kurde d’Iran et qui milite dans le cadre de la Campagne pour l’égalité dans la province du Kurdistan et au sein de l’ONG Azad Mehr, a été condamnée à la peine maximale de cinq ans d’emprisonnement, qu'elle doit purger en exil interne, après avoir été reconnue coupable de « rassemblement et collusion dans l’intention de porter atteinte à la sécurité nationale ». Hana Abdi a comparu en août 2008 devant le procureur qui l'a avertie que si elle transmettait des informations à l'extérieur de la prison elle serait également déclarée coupable de « propagande contre l'État ».

Zeynab Bayzeydi, une autre militante kurde des droits des femmes, a été condamnée en août 2008 à quatre années d'emprisonnement et à l'exil interne en raison de ses activités en faveur des droits des femmes. Elle a nié les accusations portées contre elle, à l'exception de celles en rapport avec l’action qu’elle mène dans la cadre de la Campagne pour l'égalité.

Ceux qui défendent les droits des femmes font état d’un climat de répression croissante et de restrictions visant à les empêcher d’utiliser l’espace public pour mener leurs activités pourtant légales et pacifiques.

Lors d’un entretien avec Amnesty international, Sussan Tahmasebi, membre fondateur de la Campagne pour l'égalité, a expliqué :

« Nous somme forcés d’organiser nos réunions, formations et séminaires chez nous, mais les forces de sécurité font tout leur possible pour nous empêcher ne serait-ce que de nous réunir dans nos propres maisons ; des réunions ont été interrompues et des militants ont été arrêtés.

« Près de 50 personnes ont été arrêtées et inculpées de vagues infractions liées à la sécurité, notamment de mise danger de la sécurité nationale ou de diffusion de propagande contre l’État. »

En cette année du dixième anniversaire de la Déclaration des Nations unies sur les défenseurs des droits de l'homme, qui affirme l’obligation de protéger ces militants contre les violences ou menaces les visant en raison de leur action, Amnesty International demande instamment aux autorités iraniennes de protéger les défenseurs des droits humains et aussi d’apprécier toute la valeur de leur travail. L’organisation demande également la libération immédiate de tous les prisonniers d'opinion, notamment des militants de la Campagne pour l'égalité actuellement incarcérés.

Pour en savoir plus :

Iran. Il faut mettre un terme aux pressions exercées sur les défenseurs des droits des femmes qui font campagne pour que cesse la discrimination (déclaration publique, 27 août 2008)

En Iran, des femmes luttent contre la répression et l’intimidation (nouvelle, 28 février 2008)

@amnestyonline sur Twitter

Nouvelles

15 septembre 2014

La nouvelle mission de maintien de la paix des Nations unies en République centrafricaine doit être déployée de toute urgence dans son intégralité pour être en mesure d’assurer... Pour en savoir plus »

04 septembre 2014

Depuis plusieurs années, Amnesty International enquête et recueille des éléments de preuve sur la torture au Mexique. Voici quelques-uns des faits les plus troublants. 

Pour en savoir plus »
11 août 2014

Les familles de milliers de civils afghans tués par les forces américaines et de l’OTAN en Afghanistan ont été privées de justice, écrit Amnesty International dans un nouveau... Pour en savoir plus »

02 septembre 2014

Les poursuites engagées par les autorités turques contre des personnes les ayant critiquées sur Twitter mettent en évidence la profonde hypocrisie du pays hôte du Forum sur la... Pour en savoir plus »

03 septembre 2014

La décapitation du journaliste américain Steven Sotloff par des militants de l’État islamique est le dernier en date d’une série de crimes de guerre perpétrés par le groupe... Pour en savoir plus »