Rapport 2013
La situation des droits humains dans le monde

22 octobre 2010

Mexique : les autorités doivent enquêter sur l'embuscade tendue à des membres d'une communauté indigène

Mexique : les autorités doivent enquêter sur l'embuscade tendue à des membres d'une communauté indigène

Amnesty International exhorte les autorités mexicaines à diligenter une enquête sur l'attaque dont ont été victimes des membres de la communauté triqui dans l'État d'Oaxaca. Un homme et une femme ont en effet été abattus par un groupe armé qui entretiendrait des liens avec les autorités.

Samedi 16 octobre 2010, des hommes armés ont tendu une embuscade à cinq membres d'une association du peuple indigène triqui près du village de Tres Cruces, au cours de laquelle ils ont tué Teresa Ramirez Sánchez et Serafin Ubaldo Zurita. Deux autres hommes et une femme, dont nous préférons taire les noms pour les protéger, ont survécu à cette attaque. L'un d'entre eux est toujours à l'hôpital.

« Cet événement souligne la nécessité pour les autorités de protéger les survivants, mais aussi de prendre immédiatement des mesures afin de rétablir l'état de droit et de protéger les droits humains dans cette région troublée du sud du Mexique, a déclaré Kerrie Howard, directrice adjointe du programme Amériques d'Amnesty International.

« Les groupes armés opèrent dans la région en toute impunité depuis de nombreuses années. Les autorités doivent agir afin de restaurer la loi, en commençant par mener dans les meilleurs délais une enquête approfondie sur les assassinats de Teresa Ramirez Sánchez et Serafin Ubaldo Zurita. »

La Commission interaméricaine des droits de l'homme a invité ce mois-ci les autorités mexicaines à protéger les communautés.

Les cinq victimes de cette embuscade, tendue entre les villes de Santiago Juxtlahuaca et Yosoyuxi, étaient membres d'un groupe politique, le Mouvement indépendant d'unification et de lutte des Triquis (MULTI).

Ce mouvement, soutenu par 700 indigènes triquis, a fondé la municipalité autonome de San Juan Copala le 1er janvier 2007.

En septembre 2010, des membres armés de deux autres organisations triquis, UBISORT et MULT, se sont emparés de la municipalité autonome de San Juan Copala et ont occupé le village. Tous les habitants identifiés comme appartenant à MULTI ont fui pour s'installer dans des communes voisines, notamment Yosoyuxi.

De novembre 2009 à septembre 2010, des groupes armés ont assiégé San Juan Copala. Ils cernaient le village et faisaient feu dans les rues quotidiennement pour intimider les habitants, dont beaucoup avaient soutenu le mouvement MULTI. Pendant le siège, ils avaient coupé l'approvisionnement en nourriture, en eau et en médicaments.

Le 27 avril 2010, des hommes armés d'UBISORT ont tendu une embuscade à un convoi humanitaire près de San Juan Copala et tué deux défenseurs des droits humains. Le 7 septembre, des hommes armés ont attaqué et blessé deux femmes indigènes vivant à San Juan Copala. À ce jour, personne n'a été traduit en justice pour ces crimes.

Depuis de nombreuses années, les groupes armés, dont certains seraient liés aux autorités locales et d'État, harcèlent et tuent des Triquis en raison de leur appartenance présumée à des organisations indigènes locales. Les autorités de l'État d'Oaxaca comme les autorités fédérales n'ont pas pris les mesures qui s'imposent afin de démanteler ces groupes armés.

Pour en savoir plus :

Entretien : des parents demandent justice pour leur fils, tué par des hommes armés au Mexique (article, 25 août 2010)
Les autorités mexicaines doivent aider une communauté assiégée par un groupe armé
(nouvelle, 11 mai 2010)

Thème

Militants 
Exécutions extrajudiciaires et autres homicides illégaux 
Peuples autochtones 

Pays

Mexique 

Région ou pays

Amériques 

@amnestyonline sur Twitter

Nouvelles

15 décembre 2014

Militante exemplaire, Maria Shongwe a surmonté un certain nombre d’obstacles auxquels sont confrontées de nombreuses femmes et jeunes filles en Afrique du Sud, notamment... Pour en savoir plus »

16 décembre 2014

Chelsea Manning purge une peine de 35 ans de prison pour avoir communiqué des informations confidentielles du gouvernement américain au site Internet Wikileaks. Depuis sa... Pour en savoir plus »

08 décembre 2014

Une démarche généreuse a transformé l’ouvrière chinoise Liu Ping en militante anticorruption acharnée. Liao Minyue, sa fille, raconte ce qui s’est passé.

 

Pour en savoir plus »
11 décembre 2014

Le commandant de sous-marin John Remø prenait soin de dissimuler toutes les preuves, cachant les vêtements de femme à la cave. Ce n’est qu’au bout de 30 ans que le... Pour en savoir plus »

12 décembre 2014

L’avocat Mohammed al Roken a été condamné à 10 ans d’emprisonnement en juillet 2013 à la suite d’une vague de répression contre les militants politiques et les... Pour en savoir plus »