Rapport 2013
La situation des droits humains dans le monde

13 novembre 2009

Brésil : un enseignant indigène porté disparu à la suite d'une violente expulsion sur des terres ancestrales

Brésil : un enseignant indigène porté disparu à la suite d'une violente expulsion sur des terres ancestrales
Les autorités du Brésil et du Paraguay doivent redoubler d'efforts pour retrouver un enseignant indigène qui a disparu depuis le 30 octobre à la suite d'une violente expulsion de militants à la frontière entre ces deux pays, a déclaré Amnesty International.

L'organisation est d'autant plus inquiète pour la vie de cet homme, Rolindo Vera, que le corps de son cousin Genivaldo Vera, également enseignant indigène, a été retrouvé couvert d'ecchymoses dans un cours d'eau situé à proximité.

Les deux hommes enseignaient la lecture et l'écriture à l'Aldeia Pirajuí – un village indigène extrêmement pauvre d'environ 3 000 habitants où la mortalité infantile est très élevée.

Ils ont été pris dans le violent conflit foncier qui a donné lieu ces derniers mois à plusieurs attaques de communautés indigènes revendiquant leurs droits fonciers.

Le 28 octobre, 25 Guaranis-Kaiowás de l'Aldeia Pirajuí se sont réinstallés sur un terrain agricole qu'ils revendiquent comme ancestral près de la ville de Paranhos, située à la frontière entre le Brésil et le Paraguay.

Le surlendemain, alors qu'ils commençaient à construire des abris, plusieurs dizaines d'hommes armés sont arrivés dans un camion et se sont mis à tirer des balles en caoutchouc. Les femmes et les enfants ont dû se réfugier dans les sous-bois.

Les membres de cette communauté disent avoir vu Genivaldo Vera être emmené par les hommes armés et son cousin Rolindo Vera prendre la fuite dans les broussailles. Le 7 novembre, le corps de Genivaldo Vera (qui n'a été identifié que le 10 novembre) a été retrouvé dans un cours d'eau situé à proximité.

Le rapport d'autopsie officiel n'a pas encore été rendu, mais sur les photos remises par la police à sa famille, on pouvait voir que son crâne avait été rasé, que son corps était couvert d'ecchymoses et qu'il portait des traces autour des poignets laissant penser qu'il avait été attaché.

Des habitants de villages indigènes situés de l'autre côté de la frontière ont signalé des mouvements suspects juste après l'expulsion, ce qui porte à croire que Rolindo Vera a peut-être été enlevé et conduit au Paraguay.

Les ONG locales sont extrêmement inquiètes pour la sécurité de cet homme et ont reproché aux autorités leur lenteur après que la communauté eut demandé l'ouverture d'une enquête pour déterminer le lieu où il se trouve.

Amnesty International a appelé les autorités à lancer immédiatement une enquête approfondie sur la violente expulsion menée sur des terres agricoles près de la ville frontalière de Paranhos, ainsi que sur la mort de Genivaldo Vera à la suite de cette opération, et à traduire en justice les responsables présumés de ces actes.

Les terres ancestrales sur lesquelles cette communauté s'est réinstallée auraient déjà dû être examinées en vue de leur délimitation, mais le lobby agricole empêche systématiquement les examens anthropologiques nécessaires pour identifier ces terrains.

Compte tenu de l'impossibilité actuelle de faire aboutir leurs revendications foncières, plusieurs communautés guaranis-kaiowás ont fini par se réinstaller sur leurs terres. Il s'en est suivi une série de violentes expulsions, souvent menées par des hommes armés.

Des sociétés de sécurité douteuses, dont beaucoup jouent le rôle de milices illégales au service de propriétaires terriens ou de l'industrie agricole, sont à l'origine de nombreuses atteintes aux droits humains dans les campagnes du Brésil et restent une menace sérieuse tant pour les populations indigènes que pour les travailleurs agricoles qui revendiquent leur droit à la terre.

Thème

Militants 
Exécutions extrajudiciaires et autres homicides illégaux 
Peuples autochtones 

Pays

Brésil 
Paraguay 

Région ou pays

Amériques 

@amnestyonline sur Twitter

Nouvelles

18 septembre 2014

Les policiers et les militaires nigérians torturent couramment des hommes, des femmes et des adolescents – parfois âgés de seulement 12 ans – au moyen de diverses méthodes... Pour en savoir plus »

04 septembre 2014

Depuis plusieurs années, Amnesty International enquête et recueille des éléments de preuve sur la torture au Mexique. Voici quelques-uns des faits les plus troublants. 

Pour en savoir plus »
11 août 2014

Les familles de milliers de civils afghans tués par les forces américaines et de l’OTAN en Afghanistan ont été privées de justice, écrit Amnesty International dans un nouveau... Pour en savoir plus »

02 septembre 2014

Les poursuites engagées par les autorités turques contre des personnes les ayant critiquées sur Twitter mettent en évidence la profonde hypocrisie du pays hôte du Forum sur la... Pour en savoir plus »

03 septembre 2014

La décapitation du journaliste américain Steven Sotloff par des militants de l’État islamique est le dernier en date d’une série de crimes de guerre perpétrés par le groupe... Pour en savoir plus »