Rapport 2013
La situation des droits humains dans le monde

15 avril 2011

Prochaine remise en liberté sous caution du militant indien des droits humains Binayak Sen

Prochaine remise en liberté sous caution du militant indien des droits humains Binayak Sen

La Cour suprême indienne a décidé le 15 avril de remettre en liberté le défenseur des droits humains Binayak Sen, détenu depuis 100 jours. Condamné à la détention à perpétuité sur la base d'accusations de sédition et de complot portées contre lui pour des raisons politiques, ce médecin âgé de 61 ans est incarcéré dans la prison de Raipur, dans l'État de Chhattisgarh (centre de l'Inde), depuis le 24 décembre 2010. Un tribunal de district l'a déclaré coupable de collaboration avec des maoïstes armés appartenant à une organisation interdite. Amnesty International le considère comme un prisonnier d'opinion.

« La décision de libérer sous caution Binayak Sen est extrêmement encourageante, a déclaré Sam Zarifi, directeur du programme Asie-Pacifique d'Amnesty International. Ce défenseur des droits humains reconnu au niveau international n'a jamais été inculpé d'un quelconque acte de violence. Nous nous réjouissons que la justice prononce sa remise en liberté.

« Nous espérons toutefois que les tribunaux vont annuler la condamnation frappant Binayak Sen. Nous réaffirmons que les charges pour lesquelles il a été condamné ne reposent sur rien et ont été motivées par des considérations politiques. »

Selon son épouse, Ilina Sen, le défenseur des droits humains devrait être remis en liberté le 18 avril, lorsque l'arrêt du tribunal confirmant la décision de la Cour suprême aura été émis.

Ilina Sen a adressé ses remerciements à Amnesty International et à d'autres organisations de défense des droits humains qui se sont mobilisées en faveur de la remise en liberté de son époux.

Binayak Sen avait déjà été incarcéré à la prison de Raipur durant deux ans, avant d'être remis en liberté sous caution en mai 2009 sur décision de la Cour suprême. Il avait ensuite été condamné et écroué. Il a fait appel de sa condamnation devant la haute cour du Chhattisgarh.

Amnesty International estime que Binayak Sen a été condamné en vertu de lois inacceptables car beaucoup trop vagues, qui ne sont absolument pas conformes aux normes internationales en matière de poursuites pénales.

Binayak Sen est l'un des premiers à avoir œuvré pour rendre les soins de santé accessibles aux communautés marginalisées et adivasis (indigènes) du centre de l'Inde, où des affrontements opposent les forces de sécurité et les maoïstes armés depuis six ans.

Il a également dénoncé à plusieurs reprises les violations des droits humains dans la région.

Pour en savoir plus :

Inde : la déclaration de culpabilité et la condamnation à la réclusion à vie de Binayak Sen constituent une parodie de justice (nouvelle, 25 décembre 2010)

Thème

Militants 
Détention 
Procès et systèmes juridiques 

Pays

Inde 

Région ou pays

Asie - Pacifique 

@amnestyonline sur Twitter

Nouvelles

18 septembre 2014

Les policiers et les militaires nigérians torturent couramment des hommes, des femmes et des adolescents – parfois âgés de seulement 12 ans – au moyen de diverses méthodes... Pour en savoir plus »

04 septembre 2014

Depuis plusieurs années, Amnesty International enquête et recueille des éléments de preuve sur la torture au Mexique. Voici quelques-uns des faits les plus troublants. 

Pour en savoir plus »
11 août 2014

Les familles de milliers de civils afghans tués par les forces américaines et de l’OTAN en Afghanistan ont été privées de justice, écrit Amnesty International dans un nouveau... Pour en savoir plus »

02 septembre 2014

Les poursuites engagées par les autorités turques contre des personnes les ayant critiquées sur Twitter mettent en évidence la profonde hypocrisie du pays hôte du Forum sur la... Pour en savoir plus »

03 septembre 2014

La décapitation du journaliste américain Steven Sotloff par des militants de l’État islamique est le dernier en date d’une série de crimes de guerre perpétrés par le groupe... Pour en savoir plus »