Rapport 2013
La situation des droits humains dans le monde

6 février 2009

Italie : des centaines de migrants en danger en cas de renvoi dans leur pays

Italie : des centaines de migrants en danger en cas de renvoi dans leur pays
Plus de 1 600 migrants actuellement détenus sur l'île italienne de Lampedusa risquent d'être renvoyés de force dans leur pays d'origine. Selon un communiqué officiel publié le 23 janvier par le ministre italien de l'Intérieur, 150 migrants qui se trouvaient à Lampedusa ont déjà été expulsés par les autorités depuis le 1er janvier.

Toutes les personnes détenues sur cette île risquent d'être renvoyées de force sans pouvoir bénéficier d'une procédure équitable d'examen de leur demande d'asile ni de la possibilité de contester leur expulsion.

Lors d'une conférence de presse qui a eu lieu le 28 janvier, le ministre de l'Intérieur a indiqué que 500 migrants tunisiens seraient expulsés au cours des deux prochains mois, conformément à un accord entre l'Italie et la Tunisie portant sur le renvoi de migrants en situation irrégulière.

Par ailleurs, le ministère italien de l'Intérieur a annoncé le 3 février que 120 migrants en situation irrégulière allaient être renvoyés immédiatement en Tunisie. Les autorités n'ont publié aucune information officielle précisant si certains des détenus avaient été ou seraient transférés dans d'autres centres d'accueil en Italie.

Le centre de détention où se trouvent les migrants a une capacité d'accueil de 850 personnes. Le 23 janvier, le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) a fait part de sa préoccupation quant aux conditions de détention dans ce lieu, et demandé aux autorités italiennes de prendre toutes les mesures nécessaires pour remédier à la situation humanitaire difficile de ces détenus.

Dans une déclaration du 9 janvier relative à la situation à Lampedusa, le HCR a indiqué : « Les personnes recherchant l'asile doivent néanmoins pouvoir débarquer dans un lieu sûr, où elles peuvent recevoir des informations sur leurs droits et bénéficier d'une véritable opportunité de déposer une demande d'asile, qui sera ensuite étudiée dans le cadre d'une procédure juste.

« Renvoyer les réfugiés dans des pays où ils ne peuvent pas bénéficier d'une protection efficace pourrait constituer une violation des obligations internationales des États membres leur interdisant tout refoulement. »

Depuis janvier, plus de 1 000 personnes de diverses nationalités sont arrivées par bateau sur l'île sicilienne de Lampedusa. Selon les chiffres du HCR, près de 75 % des 36 000 migrants arrivés en Italie par la mer en 2008 ont déposé une demande d'asile, et environ la moitié d'entre eux ont obtenu le statut de réfugié ou une autre forme de protection contre le renvoi forcé.

En janvier, le gouvernement italien a mis en place une nouvelle politique aux termes de laquelle les procédures d'identification et d'asile pour tous les migrants arrivant par la mer à Lampedusa sont traitées dans un nouveau centre de détention et d'identification situé sur l'île. Cette initiative suscite de nombreuses inquiétudes quant à l'accès à des procédures équitables et à une assistance juridique adéquate.

Amnesty International exhorte les autorités italiennes à ne renvoyer aucune personne de force dans un pays où elle risquerait d'être victime de graves atteintes aux droits humains, conformément aux obligations qui incombent à l'Italie en tant que partie à la Convention de 1951 relative au statut des réfugiés et à la Convention des Nations unies contre la torture.

« Le droit international relatif aux droits humains et aux réfugiés oblige les autorités à permettre à tous les migrants de demander asile par le biais de procédures équitables et satisfaisantes, ainsi qu'à les protéger d'un renvoi dans un pays où ils risqueraient d'être victimes de graves violations de leurs droits fondamentaux », a souligné David Diaz-Jogeix, directeur adjoint du programme Europe et Asie centrale d'Amnesty International.

Pour en savoir plus :

Italie. Lampedusa, l'île des promesses oubliées de l'Europe (article, 6 juillet 2005)

Pays

Italie 

Région ou pays

Europe et Asie centrale 

Thème

Réfugiés, personnes déplacées et migrants 
Procès et systèmes juridiques 

@amnestyonline sur Twitter

Nouvelles

24 novembre 2014

Le Groupe Forrest International, compagnie minière belge, n’a pas cessé de mentir à propos de la démolition au bulldozer de centaines d’habitations en République démocratique... Pour en savoir plus »

26 novembre 2014

En 2010, Rogelio Amaya a été arrêté par des policiers et contraint sous la torture à "avouer" un crime. Son histoire est un exemple choquant de l'usage généralisé de la torture... Pour en savoir plus »

23 septembre 2014

Le commerce, la fabrication et l’exportation des instruments de torture par des entreprises chinoises, en plein essor, alimentent les violations des droits humains en Afrique... Pour en savoir plus »

20 octobre 2014

Des dizaines de familles se retrouveront à la rue si les autorités françaises procèdent à l’évacuation prévue cette semaine d’un campement rom installé dans une banlieue de... Pour en savoir plus »

05 novembre 2014

Les forces israéliennes ont tué des dizaines de civils palestiniens dans des attaques parfois constitutives de crimes de guerre menées contre des habitations abritant des... Pour en savoir plus »