Rapport 2013
La situation des droits humains dans le monde

6 mai 2009

Libération de 15 des défenseurs des droits humains et militants politiques qui avaient été ré-arrêtés mardi 5 mai au Zimbabwe

Libération de 15 des défenseurs des droits humains et militants politiques qui avaient été ré-arrêtés mardi 5 mai au Zimbabwe
Quinze des 18 militants politiques et défenseurs des droits humains qui avaient été ré-arrêtés mardi 5 mai au Zimbabwe ont été libérés sous caution, les trois autres sont toujours détenus.

Jestina Mukoko, la directrice de Projet de paix pour le Zimbabwe (ZPP), une des principales organisations de défense des droits humains du Zimbabwe, et 14 autres personnes ont été libérées mercredi 6 mai dans l'après-midi après avoir passé une nuit en garde à vue.

Cependant, Kisimusi Chris Dhlamini, Shadreck Andrison Manyere et Gandhi Mudzingwa n'ont pas bénéficié d'une remise en liberté sous caution, parce qu'ils auraient été trouvés en possession d'explosifs.

Amnesty International a demandé une fois encore que les personnes maintenues en détention soient jugées dans un délai raisonnable et de manière équitable, et que les charges retenues contre ceux qui étaient des prisonniers d'opinion, dont Jestina Mukoko, soient abandonnées.

Mardi 5 mai, 18 défenseurs des droits humains et militants politiques avaient été de nouveau arrêtés au Zimbabwe après avoir fait l'objet de la part de la Haute Cour d'accusations de terrorisme qui semblent, de l'avis général, forgées de toutes pièces par les autorités. Le 4 mai, le bureau du procureur général avait déposé une requête pour obtenir l'annulation de la mise en liberté sous caution des 18 accusés.

La législation du Zimbabwe prévoit que les personnes devant comparaître devant la Haute Cour doivent faire une nouvelle demande de mise en liberté sous caution.

« Ces détenus ont été victimes de disparitions forcées et d'actes de torture ou d'autres formes de mauvais traitements, a déclaré Véronique Aubert, directrice adjointe du programme Afrique d'Amnesty International. Après avoir été "découverts", autour du 23 décembre 2008, dans différents postes de police de Harare, plusieurs d'entre eux ont été privés de soins médicaux à plusieurs reprises au cours des mois qui ont suivi. »

Deux des détenus, Ghandi Mudzingwa and Kisimusi Chris Dhlamini, n'avaient été libérés sous caution qu'en avril 2009. Ils étaient sous surveillance policière à l'hôpital lorsque la mise en liberté sous caution avait été accordée et étaient restés hospitalisés au-delà de cette date pour soigner les blessures qui leur avaient été infligées lors de séances de torture. Trois jours après leur remise en liberté sous caution, des agents pénitenciers puis des agents de la section de maintien de l'ordre de la police du Zimbabwe et de l'Organisation centrale de renseignement sont retournés à l'hôpital et les ont illégalement maintenus en détention.

« Le procès de ces défenseurs des droits humains et de ces militants politiques a toutes les caractéristiques d'un procès politique fondé sur des charges similaires à celles dont faisaient l'objet les 32 membres du Mouvement pour le changement démocratique (MDC) arrêtés en mars 2007, et qui avaient été abandonnées ou avaient débouché sur des acquittements. »

« Les charges sont également similaires à celles invoquées lors du procès pour trahison, en 2002, de Morgan Tsvangirai, aujourd'hui Premier ministre, et de Welshman Ncube, ministre de l'Industrie et du Commerce dans le gouvernement de coalition, qui ont été tous deux également acquittés par les tribunaux. »

« La détention de ces militants compromet le gouvernement de coalition et remet en question l'engagement qu'il avait pris de mettre fin aux violations des droits humains dont se rendait systématiquement coupable le gouvernement précédent contre ceux qu'il soupçonnait de lui être opposés », a conclu Véronique Aubert.

Pour en savoir plus :

Les autorités zimbabwéennes continuent de persécuter des militants politiques (nouvelle, 29 avril 2009)
Zimbabwe : les militants arrêtés en décembre ont à présent tous été libérés (bonne nouvelle, 20 avril 2009)
Les atteintes aux droits humains éclipsent la commémoration de l'indépendance du Zimbabwe (nouvelle, 17 avril 2009)
Des militants zimbabwéens, dont Jestina Mukoko, libérés sous caution (nouvelle, 4 mars 2009)

Thème

Militants 
Liberté d'expression 
Procès et systèmes juridiques 

Pays

Zimbabwe 

Région ou pays

Afrique 

@amnestyonline sur Twitter

Nouvelles

06 novembre 2014

La mission de maintien de la paix des Nations unies en République centrafricaine doit prendre des mesures courageuses afin de protéger les civils face aux attaques croissantes... Pour en savoir plus »

04 octobre 2014

Les États-Unis sont quasiment le seul pays du monde à incarcérer des milliers de prisonniers en isolement cellulaire pendant de longues périodes ou pour une durée indéterminée... Pour en savoir plus »

23 septembre 2014

Le commerce, la fabrication et l’exportation des instruments de torture par des entreprises chinoises, en plein essor, alimentent les violations des droits humains en Afrique... Pour en savoir plus »

20 octobre 2014

Des dizaines de familles se retrouveront à la rue si les autorités françaises procèdent à l’évacuation prévue cette semaine d’un campement rom installé dans une banlieue de... Pour en savoir plus »

05 novembre 2014

Les forces israéliennes ont tué des dizaines de civils palestiniens dans des attaques parfois constitutives de crimes de guerre menées contre des habitations abritant des... Pour en savoir plus »