Rapport 2013
La situation des droits humains dans le monde

22 juillet 2008

Libération d’un journaliste tunisien

Libération d’un journaliste tunisien
Un journaliste tunisien a recouvré la liberté huit mois après son arrestation.

Slim Boukhdir a été remis en liberté lundi 21 juillet. Il a simplement été informé que le ministère de la Justice avait décidé de lui accorder une libération conditionnelle, sans plus d’explications.

Sa libération est apparemment liée à sa « bonne conduite ». On l’a averti que s’il était reconnu coupable d’une infraction similaire à celle pour laquelle il a été condamné, il devrait purger le reste de sa peine.

Slim Boukhdir avait été arrêté le 26 novembre 2007 et inculpé d’« outrage à fonctionnaire dans l’exercice de ses fonctions », d’« atteinte aux bonnes mœurs » et de « refus de présenter ses papiers d’identité ». Le 4 décembre, il avait été condamné à un an de prison au terme d’un procès inéquitable à Sfax, auquel avait assisté Amnesty International. L’organisation de défense des droits humains considérait Slim Boukhdir comme un prisonnier d’opinion et s’était mobilisée pour sa libération.

Amnesty International avait décrit cette condamnation comme un nouveau témoignage « de la volonté des autorités de réduire au silence ceux qui les critiquent » et avait déclaré que cette décision semblait destinée à « signifier aux médias indépendants qu'aucune critique de la politique gouvernementale ou des actions du président Ben Ali ou de ses proches ne sera tolérée ».

Slim Boukhdir travaillait essentiellement pour des médias arabophones comme le quotidien Al Quds Al-Araby, basé à Londres, et le site Al-Arabiya.net. En mai 2007, il avait reçu des menaces de mort téléphoniques anonymes (provenant selon lui d’agents de sécurité) à la suite d'une interview qu'il avait donnée à la chaîne de télévision par satellite Al-Hiwar, basée à Londres. Au cours de cette interview, il avait déclaré qu’un membre de la famille du président Ben Ali devrait assumer ses responsabilités après une bousculade lors d’un concert qu’il avait organisé, au cours de laquelle sept personnes avaient trouvé la mort.

Tout en saluant la libération de Slim Boukhdir, Amnesty International a appelé les autorités tunisiennes à laisser les journalistes travailler en toute liberté, sans subir de harcèlement ni d’ingérence et sans craindre un emprisonnement. Les pouvoirs publics doivent protéger la liberté d’expression conformément aux obligations internationales qui incombent à la Tunisie.

Pour en savoir plus :

Tunisie. Amnesty International condamne la confirmation de la peine d'emprisonnement à l'encontre du journaliste Slim Boukhdir (déclaration publique, 22 janvier 2008)
Tunisie. Amnesty International déplore la peine de prison infligée au journaliste Slim Boukhdir (déclaration publique, 4 décembre 2007)

Thème

Liberté d'expression 
Torture et mauvais traitements 

Pays

Tunisie 

Région ou pays

Moyen-Orient et Afrique du Nord 

@amnestyonline sur Twitter

Nouvelles

10 juillet 2014

Amnesty International rend publics les noms de certaines des personnes soupçonnées d’avoir ordonné ou commis les atrocités qui se déroulent actuellement en République... Pour en savoir plus »

05 juin 2014

Les manifestants descendant dans la rue au Brésil durant la Coupe du monde risquent d’être victimes de violences policières et militaires aveugles, les autorités renforçant les... Pour en savoir plus »

03 juin 2014

Dans la deuxième partie de cette série en deux volets, deux personnes dont le nom figurait sur la liste des « personnes les plus recherchées » en Chine pour leur rôle dans le... Pour en savoir plus »

11 juillet 2014

Sasha, militant pro-ukrainien âgé de 19 ans, a été enlevé par des séparatistes à Louhansk et frappé à maintes reprises pendant 24 heures.

Pour en savoir plus »
07 juillet 2014

La condamnation à 15 ans de prison d’un éminent avocat saoudien, défenseur des droits humains, est un nouveau coup porté au militantisme pacifique et à la liberté d’... Pour en savoir plus »