Rapport 2013
La situation des droits humains dans le monde

6 novembre 2009

La Tunisie libère des prisonniers incarcérés dans le cadre des manifestations de Gafsa

La Tunisie libère des prisonniers incarcérés dans le cadre des manifestations de Gafsa
Amnesty International salue la remise en liberté de 68 prisonniers incarcérés depuis plus d'un an pour leur participation au mouvement populaire qui a protesté en 2008 contre le chômage et le coût élevé de la vie dans la région de Gafsa, riche en ressources.

En outre, l'organisation a engagé les autorités tunisiennes à mettre un terme à la répression croissante qui touche les journalistes indépendants, les défenseurs des droits humains et les étudiants militants au lendemain des élections présidentielle et législatives du mois d'octobre.

Ces 68 détenus ont bénéficié d'une libération conditionnelle à la faveur d'une grâce accordée par le président Zine el Abidine Ben Ali le 4 novembre pour marquer le 22e anniversaire de son accession au pouvoir, le 7 novembre 1987.

Il s'agit pour beaucoup de prisonniers d'opinion, détenus uniquement pour avoir exercé sans violence leurs droits à la liberté d'expression et de réunion.

Ceux qui violent les conditions fixées à leur remise en liberté risquent fort d'être de nouveau arrêtés et sommés de purger le restant de leur peine ou placés en résidence surveillée pendant cette même période.

Ont notamment été libérés les dirigeants syndicalistes Adnan Hajji, Bechir Laabidi, Adel Jayar et Tayeb Ben Othman, qui comptaient parmi les 38 personnes condamnées en appel, en février 2009, à des peines d'emprisonnement allant jusqu'à huit ans au terme de procès contraires aux règles d'équité les plus élémentaires.

Ils étaient accusés d'avoir pris la tête du mouvement qui a protesté à Gafsa au premier semestre 2008 contre le chômage, le coût élevé de la vie, le népotisme et les pratiques injustes de recrutement du principal employeur de la région, la Société de phosphate de Gafsa.

Ils étaient inculpés de « formation d'une bande criminelle dans l'intention de détruire des biens publics et privés » et de « rébellion armée et coups et blessures contre des représentants de l'État dans l'exercice de leurs fonctions ».

Par ailleurs, une cinquantaine de personnes soupçonnées d'avoir participé aux manifestations se sont réfugiées dans la clandestinité et ont été jugées par contumace.

Parmi elles figurent Mohieddine Cherbib, défenseur des droits humains basé en France, et Fahem Boukadous, correspondant de la chaîne tunisienne privée al-Hiwar Ettounsi. Ce dernier sera lui aussi rejugé s'il est arrêté. Il a été condamné par contumace à une peine de six ans d'emprisonnement, après avoir été déclaré coupable en appel, en février 2009, de chefs d'inculpation liés à son reportage sur les protestations.

Tout en se félicitant de ces libérations, Amnesty International a exhorté les autorités tunisiennes à élargir l'application de la grâce présidentielle afin qu'elle englobe tous ceux qui sont inculpés en raison de leur participation pacifique au mouvement de protestation de Gafsa. Elles doivent aussi annuler la condamnation à six ans de prison prononcée contre Fahem Boukadous et lever les restrictions imposées aux détenus libérés.

Enfin, l'organisation leur a demandé de rendre publiques les conclusions des investigations menées sur l'homicide de deux manifestants de Gafsa commis en 2008 par les forces de sécurité.

Pour en savoir plus :

Tunisie : report du procès en appel de syndicalistes (nouvelle, 13 janvier 2009)
Tunisie : des syndicalistes condamnés à des peines d'emprisonnement (nouvelle, 15 décembre 2008)
Tunisie : un dirigeant syndicaliste poursuivi en justice à la suite de manifestations (nouvelle, 4 décembre 2008)

Thème

Militants 
Exigeons la dignité 
Détention 
Droits économiques, sociaux et culturels 
Liberté d'expression 
Prisonniers d'opinion 
Procès et systèmes juridiques 

Pays

Tunisie 

Région ou pays

Moyen-Orient et Afrique du Nord 

Campagnes

Exigeons la dignité 

@amnestyonline sur Twitter

Nouvelles

15 septembre 2014

La nouvelle mission de maintien de la paix des Nations unies en République centrafricaine doit être déployée de toute urgence dans son intégralité pour être en mesure d’assurer... Pour en savoir plus »

04 septembre 2014

Depuis plusieurs années, Amnesty International enquête et recueille des éléments de preuve sur la torture au Mexique. Voici quelques-uns des faits les plus troublants. 

Pour en savoir plus »
11 août 2014

Les familles de milliers de civils afghans tués par les forces américaines et de l’OTAN en Afghanistan ont été privées de justice, écrit Amnesty International dans un nouveau... Pour en savoir plus »

02 septembre 2014

Les poursuites engagées par les autorités turques contre des personnes les ayant critiquées sur Twitter mettent en évidence la profonde hypocrisie du pays hôte du Forum sur la... Pour en savoir plus »

03 septembre 2014

La décapitation du journaliste américain Steven Sotloff par des militants de l’État islamique est le dernier en date d’une série de crimes de guerre perpétrés par le groupe... Pour en savoir plus »