Rapport 2013
La situation des droits humains dans le monde

6 janvier 2010

Mexique : libération d'un homme indigène incarcéré à l'issue d'un procès inéquitable

Mexique : libération d'un homme indigène incarcéré à l'issue d'un procès inéquitable
Amnesty International a salué la libération d'un homme indigène mexicain détenu depuis près de dix ans à la suite d'un procès inéquitable pour meurtre.

Ricardo Ucán Ceca, de l'État du Yucatán, a été libéré le 31 décembre 2009. Il était en prison depuis juin 2000.

Cet homme parle et comprend mal l'espagnol, et ne sait ni lire, ni écrire. Lors de son procès, il n'a pas bénéficié des services d'un interprète et son avocate commise d'office ne l'a pas bien défendu.

Ricardo Ucán a affirmé avoir tiré sur son voisin en situation de légitime défense, mais un tribunal de l'État l'a reconnu coupable de meurtre avec préméditation et condamné à vingt-deux ans de prison.

« La décision du gouvernement mexicain de libérer Ricardo Ucán est une reconnaissance implicite de l'injustice et de la discrimination dont cet homme avait été victime », a déclaré Kerrie Howard, directrice adjointe du programme Amériques d'Amnesty International.

La Constitution mexicaine garantit aux membres des communautés indigènes le droit à un interprète, mais Ricardo Ucán ne s'est pas vu reconnaître ce statut.

En 2008, la Commission interaméricaine des droits de l'homme a jugé cette affaire recevable et, en novembre 2009, elle a tenu une audience au cours de laquelle des organisations mexicaines de défense des droits humains ont présenté des preuves de la discrimination et de la violation du droit à un procès équitable subies par Ricardo Ucán.

Les autorités fédérales mexicaines et les autorités de l'État du Yucatán ont contesté ces preuves, mais ont accepté un règlement à l'amiable de cette affaire, qui a abouti à la libération anticipée de Ricardo Ucán.

Depuis la condamnation de cet homme, Amnesty International et des organisations locales de défense des droits humains faisaient campagne pour qu'il bénéficie d'un procès équitable et que l'injustice dont il avait été victime soit réparée.

Dans son rapport de 2007 intitulé Mexique. Des lois sans justice, Amnesty International avait présenté son cas pour illustrer la discrimination subie par les personnes indigènes dans le système judiciaire mexicain.

« La condamnation de Ricardo Ucán était une conséquence de la discrimination ; c'est une situation courante au Mexique, où les suspects autochtones sont souvent jugés dans le cadre de procès inéquitables et condamnés à des peines disproportionnées », a précisé Kerrie Howard.

Amnesty International a appelé les autorités mexicaines à veiller à ce que les magistrats du parquet, les avocats et les juges respectent les droits des personnes indigènes à un procès équitable et à la protection de la loi.

Elle a souligné en particulier que les actions en justice devaient être menées ou traduites dans une langue comprise par l'accusé, et que celui-ci devait bénéficier d'une défense efficace.

Thème

Détention 
Conditions de détention 
Procès et systèmes juridiques 

Pays

Mexique 

Région ou pays

Amériques 

@amnestyonline sur Twitter

Nouvelles

21 août 2014

Les mineurs accusés d’être des membres de groupes armés dans le cadre du conflit qui perdure au Mali croupissent dans des prisons pour adultes, tandis que les violations des... Pour en savoir plus »

11 août 2014

Les familles de milliers de civils afghans tués par les forces américaines et de l’OTAN en Afghanistan ont été privées de justice, écrit Amnesty International dans un nouveau... Pour en savoir plus »

11 août 2014

Les familles de milliers de civils afghans tués par les forces américaines et de l’OTAN en Afghanistan ont été privées de justice, écrit Amnesty International dans un nouveau... Pour en savoir plus »

21 août 2014

Après avoir fui leur pays et survécu à une traversée périlleuse de la Méditerranée, les migrants africains en Italie tombent aux mains de trafiquants

Pour en savoir plus »
29 août 2014

Le militant pacifiste Mohamed Bachir Arab est détenu au secret depuis qu'il a été arrêté par les services de renseignement syriens le 2 novembre 2011. Il fait partie des... Pour en savoir plus »