Rapport 2013
La situation des droits humains dans le monde

7 novembre 2008

Un blogueur malaisien remis en liberté sur décision de justice

Un blogueur malaisien remis en liberté sur décision de justice
Un tribunal malaisien a ordonné la remise en liberté du blogueur Raja Petra Kamarudin, au motif que son arrestation, effectuée au titre de la Loi relative à la sécurité intérieure, était inconstitutionnelle.

Blogueur et rédacteur en chef du site d'information en ligne Malaysia Today, Raja Petra Kamarudin avait été appréhendé le 12 septembre dernier pour menace à la sécurité nationale et activités susceptibles de « causer des tensions au sein de la société multiraciale et multiconfessionnelle du pays ».

Plusieurs articles publiés sur Internet par le blogueur (« Malays, the Enemy of Islam », « Let's send the Altantuya murderers to hell », « I promise to be a good, non-hypocritical Muslim » et « Not all Arabs are descendents of the Prophet ») étaient considérés comme insultants envers l’islam et le prophète Mahomet, et diffamatoires envers les dirigeants malaisiens.

« Je suis vraiment content que cela soit terminé, a déclaré Raja Petra Kamarudin à propos de sa libération. Je suis très fatigué. La décision du juge prouve que ma détention n’était pas justifiée. Nous devons nous battre et obtenir l'abolition de la Loi relative à la sécurité intérieure. »

Le juge Syed Ahmad Helmy, de la haute cour de Shah Alam (État de Selangor), a estimé que le ministre des Affaires intérieures, Syed Hamid Albar, avait outrepassé ses pouvoirs en faisant arrêter Raja Petra Kamarudin.

Le gouvernement continue d’utiliser ou de menacer d’utiliser la Loi relative à la sécurité intérieure contre ceux qu’il accuse de constituer une menace pour la sécurité nationale, notamment les personnes qui critiquent le gouvernement et celles qui sont soupçonnées d’implication dans des activités « liées au terrorisme ».

Ce texte autorise la police à arrêter les personnes qu’elle soupçonne d’avoir agi, ou d’être « sur le point d’agir », ou d’être « susceptibles d’agir » d’une manière mettant en péril la sécurité, les « services essentiels » ou la « vie économique » de la Malaisie (article 73-1 b).

Il prévoit qu’après les soixante premiers jours de détention « pour enquête », une personne peut être maintenue en détention sans inculpation ni jugement pendant une période de deux ans renouvelable indéfiniment. Plus de 60 personnes sont actuellement détenues sans inculpation ni jugement en vertu de la Loi relative à la sécurité intérieure.

« Amnesty International se réjouit de la remise en liberté de Raja Petra, a déclaré Donna Guest, directrice adjointe du programme Asie-Pacifique d’Amnesty International. Nous demandons au gouvernement malaisien de cesser d'utiliser cette loi comme un moyen de répression des activités dissidentes. »

Pour en savoir plus :

Malaisie. L’arrestation d’un blogueur met en évidence la persistance de la répression (déclaration publique, 12 septembre 2008)

Thème

Détention 
Liberté d'expression 
Procès et systèmes juridiques 

Pays

Malaisie 

Région ou pays

Asie - Pacifique 

@amnestyonline sur Twitter

Nouvelles

18 septembre 2014

Les policiers et les militaires nigérians torturent couramment des hommes, des femmes et des adolescents – parfois âgés de seulement 12 ans – au moyen de diverses méthodes... Pour en savoir plus »

04 septembre 2014

Depuis plusieurs années, Amnesty International enquête et recueille des éléments de preuve sur la torture au Mexique. Voici quelques-uns des faits les plus troublants. 

Pour en savoir plus »
11 août 2014

Les familles de milliers de civils afghans tués par les forces américaines et de l’OTAN en Afghanistan ont été privées de justice, écrit Amnesty International dans un nouveau... Pour en savoir plus »

02 septembre 2014

Les poursuites engagées par les autorités turques contre des personnes les ayant critiquées sur Twitter mettent en évidence la profonde hypocrisie du pays hôte du Forum sur la... Pour en savoir plus »

03 septembre 2014

La décapitation du journaliste américain Steven Sotloff par des militants de l’État islamique est le dernier en date d’une série de crimes de guerre perpétrés par le groupe... Pour en savoir plus »