Rapport 2013
La situation des droits humains dans le monde

17 août 2010

Amnesty International de plus en plus inquiète pour un Kurde détenu en Syrie

Amnesty International de plus en plus inquiète pour un Kurde détenu en Syrie

Amnesty International exhorte les autorités syriennes à libérer un Kurde détenu depuis près de deux ans ou à l'inculper.

Les témoignages de militants kurdes exilés laissent craindre qu‘Abdelbaqi Khalaf ne soit torturé par des agents de la Sûreté de l'État.

Ce militant politique serait transféré toutes les deux ou trois semaines de la prison centrale de Damas vers des locaux de la Sûreté de l'État, où on tente de lui faire « avouer » qu'il est à la tête de la branche politique d'une certaine organisation kurde en Syrie, ce qu'il nie.

« Nous sommes très préoccupés par les informations indiquant qu‘Abdelbaqi Khalaf a été torturé à plusieurs reprises lors d'interrogatoires par des agents de la Sûreté de l'État qui tentent de lui faire avouer quelque chose qu'il soutient être faux », a déclaré Philip Luther, directeur adjoint du programme Moyen-Orient et Afrique du Nord d'Amnesty International.

« Ces allégations doivent faire sans délai l'objet d'une enquête indépendante et impartiale, et les personnes identifiées comme responsables doivent être déférées à la justice. »

Ancien membre du Parti de l‘union populaire kurde, Abdelbaqi Khalaf a contribué à la création, dans les années 1990, d'une bibliothèque clandestine de livres en langue kurde. Ces ouvrages sont interdits en Syrie, où les Kurdes sont victimes de discrimination et où les militants kurdes de la société civile risquent d'être arrêtés arbitrairement, torturés et emprisonnés illégalement.

Abdelbaqi Khalaf n‘a pas été autorisé à consulter un avocat et sa famille a été une fois empêchée de lui rendre visite, apparemment parce qu'il avait été torturé et ne pouvait être vu dans son état.

« Abdelbaqi Khalaf doit être immédiatement autorisé à consulter l‘avocat de son choix et à recevoir tous les soins médicaux dont il pourrait avoir besoin », a ajouté Philip Luther.

Des hommes masqués ont enlevé Abdelbaqi Khalaf alors qu'il fermait son magasin de vêtements à Qamishily en septembre 2008, après qu'il eut dit à des amis qu'il pensait que des agents des forces de sécurité surveillaient ses déplacements.

Jusqu'au début de l'année 2010, il a été détenu au secret dans un lieu indéterminé, où il aurait été suspendu par les poignets et enchaîné à un mur pendant les huit premiers jours de sa détention.

Les actes de torture et autres formes de mauvais traitements sont monnaie courante dans les centres de détention et d'interrogatoire en Syrie, où quatre décès probablement dus à la torture ont été signalés au cours des deux derniers mois.

Plusieurs dizaines de Kurdes ont été placés en détention dans le cadre de l'affaire des deux agents tués à Qamishily, notamment les frères Munther, Nedal et Riad Ahmed, qui ont été arrêtés après avoir discuté avec d'autres militants kurdes de la création d'une organisation pour promouvoir leur culture par le biais de livres traitant de questions liées aux Kurdes.

Au moins deux des trois frères tenaient également une bibliothèque clandestine, sans lien avec celle soutenue par Abdelbaqi Khalaf dans les années 1990, qui prêtait des livres traitant de questions liées aux Kurdes et imprimait des ouvrages d‘auteurs kurdes ne pouvant pas être publiés ailleurs.

L'utilisation de la langue kurde et la promotion de cette culture sont fortement restreintes en Syrie, où publier et imprimer des ouvrages en kurde, tout comme enseigner cette langue, est interdit et passible de peines d'emprisonnement.

De nombreux Kurdes se voient refuser la nationalité syrienne, ce qui les prive d'accès à l'éducation, l'emploi et les soins médicaux, ainsi que d'autres droits dont jouissent les citoyens syriens. Les personnes ayant des liens avec des partis politiques kurdes ou des groupes qui dénoncent la discrimination envers les Kurdes risquent d'être arrêtées arbitrairement, torturées et emprisonnées à l'issue de procès iniques.

Thème

Militants 
Détention 
Torture et mauvais traitements 

Pays

Syrie 

Région ou pays

Moyen-Orient et Afrique du Nord 

@amnestyonline sur Twitter

Nouvelles

29 janvier 2015

Le conflit au Nigeria a coûté la vie à des milliers d’hommes, de femmes et d’enfants, dont beaucoup ont été victimes de Boko Haram. Voici ce qu’il faut savoir sur ce groupe... Pour en savoir plus »

12 janvier 2015

Un nouveau rapport d’Amnesty International décrit le manque tragique de progrès réalisés dans la reconstruction du pays depuis le tremblement de terre de 2010, il y a cinq ans... Pour en savoir plus »

26 janvier 2015

Dans un lieu de détention secret de la province de Laguna, située au sud de la capitale Manille, la Commission a découvert une roue multicolore, inspirée de la Roue de la... Pour en savoir plus »

16 janvier 2015

Au moins 69 arrestations se sont succédé en France cette semaine, les prévenus comparaissant pour « apologie du terrorisme », infraction dont la définition reste vague. Le... Pour en savoir plus »

12 décembre 2014

L’avocat Mohammed al Roken a été condamné à 10 ans d’emprisonnement en juillet 2013 à la suite d’une vague de répression contre les militants politiques et les... Pour en savoir plus »