Rapport 2013
La situation des droits humains dans le monde

18 novembre 2010

L'Égypte doit enquêter sur les allégations de torture formulées par un blogueur libéré

L'Égypte doit enquêter sur les allégations de torture formulées par un blogueur libéré

Amnesty International invite les autorités égyptiennes à enquêter sur les allégations selon lesquelles un blogueur, remis en liberté le 17 novembre 2010 après avoir passé quatre ans derrière les barreaux, a récemment été frappé et maltraité en détention.

Karim Amer a été libéré après avoir été incarcéré pendant quatre années, pour avoir semble-t-il critiqué sur un blog le président égyptien Hosni Moubarak, les autorités religieuses d'El Azhar et l'islam.

Les avocats du blogueur ont annoncé à Amnesty International qu'il avait été relâché du centre de détention du Service de renseignement de la sûreté de l'État (SSI) de Faraana, à Alexandrie, mercredi 17 novembre, 12 jours après avoir purgé sa peine d'emprisonnement.

Selon des informations émanant du Réseau arabe pour l'information sur les droits de l'homme (ANHRI), Karim Amer a été transféré dans Alexandrie le 6 novembre de la prison de Borg el Arab (la Tour arabe) vers un centre de détention du SSI, où il a été détenu jusqu'au 17 novembre.

Maintenu en détention sans jugement, le blogueur aurait subi des coups et des violences aux mains des agents du SSI durant les 12 jours qui ont précédé sa libération.

« Si nous nous félicitons au plus haut point de la libération de Karim Amer, nous demandons toutefois aux autorités égyptiennes de diligenter une enquête approfondie et impartiale sur ces nouvelles allégations plus qu'inquiétantes faisant état de coups, de mauvais traitements et d'agissements illégaux imputables aux agents du SSI. Elles doivent également expliquer sur quels fondements légaux elles se sont appuyées pour le maintenir en détention pendant 12 jours après la date prévue de sa remise en liberté, a déclaré Malcolm Smart, directeur d'Amnesty International pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord.

« Karim Amer était un prisonnier d'opinion, incarcéré uniquement pour avoir exercé son droit à la liberté d'expression. Les autorités doivent relâcher tous les autres prisonniers d'opinion et modifier ou abroger toutes les lois qui érigent en infraction l'exercice légitime des droits fondamentaux. »

En 2007, Karim Amer, de son vrai nom Abdel Karim Nabil, a été déclaré coupable d'avoir « incité à la discorde et diffamé les musulmans sur Internet en présentant le prophète et ses compagnons comme des assassins, ce qui trouble la paix nationale », et d'avoir « insulté le président de la République par ses écrits sur Internet ».

Il a nié ces accusations et déclaré qu'il avait exprimé librement ses opinions, sans jamais avoir eu l'intention de commettre des infractions susceptibles de donner lieu à ce que de telles accusations soient portées contre lui.

À la prison de Borg el Arab, les gardiens avaient passé Karim Amer à tabac et l'avaient placé à l'isolement, au motif qu'il aurait agressé un codétenu en octobre 2007.

Pour en savoir plus :

Un blogueur égyptien est maintenu en détention alors qu'il a purgé sa peine de prison (nouvelle, 11 novembre 2010)
Egypt: Amnesty International calls on the government to lift the state emergency and to guarantee freedom of expression, association and assembly (déclaration publique, 10 juin 2010)
Égypte : les autorités doivent libérer un blogueur traduit devant un tribunal militaire (nouvelle, 5 mars 2010)

Thème

Détention 
Liberté d'expression 
Prisonniers d'opinion 
Torture et mauvais traitements 

Pays

Égypte 

Région ou pays

Moyen-Orient et Afrique du Nord 

@amnestyonline sur Twitter

Nouvelles

15 décembre 2014

Militante exemplaire, Maria Shongwe a surmonté un certain nombre d’obstacles auxquels sont confrontées de nombreuses femmes et jeunes filles en Afrique du Sud, notamment... Pour en savoir plus »

16 décembre 2014

Chelsea Manning purge une peine de 35 ans de prison pour avoir communiqué des informations confidentielles du gouvernement américain au site Internet Wikileaks. Depuis sa... Pour en savoir plus »

08 décembre 2014

Une démarche généreuse a transformé l’ouvrière chinoise Liu Ping en militante anticorruption acharnée. Liao Minyue, sa fille, raconte ce qui s’est passé.

 

Pour en savoir plus »
11 décembre 2014

Le commandant de sous-marin John Remø prenait soin de dissimuler toutes les preuves, cachant les vêtements de femme à la cave. Ce n’est qu’au bout de 30 ans que le... Pour en savoir plus »

12 décembre 2014

L’avocat Mohammed al Roken a été condamné à 10 ans d’emprisonnement en juillet 2013 à la suite d’une vague de répression contre les militants politiques et les... Pour en savoir plus »