Rapport 2013
La situation des droits humains dans le monde

24 octobre 2011

Le contrat olympique de Dow Chemical est «choquant» au regard de ses manquements face à la catastrophe de Bhopal

Le contrat olympique de Dow Chemical est «choquant» au regard de ses manquements face à la catastrophe de Bhopal

Le contrat très médiatisé du géant de l'industrie chimique Dow Chemical avec les Jeux olympiques de Londres 2012 constitue un affront pour les victimes de la fuite de gaz toxique à Bhopal, en Inde, qui, depuis 27 ans, attendent que justice leur soit rendue, a déclaré Amnesty International lundi 24 octobre.

Dow Chemical s'est vu accorder un contrat pour la construction des parois décoratives qui vont entourer le stade olympique de Londres lors des J.O. de 2012.

Depuis 2001, Dow possède la totalité des parts d'Union Carbide Corporation (UCC), société qui détenait la majorité des parts de la filiale indienne qui possédait et exploitait l'usine responsable de la catastrophe de Bhopal en 1984.

« La charte du Comité olympique concernant le financement durable prévoit d'accorder une large place aux questions environnementales, sociales et éthiques s'agissant de la fourniture de matériel pour les Jeux olympiques, a indiqué Seema Joshi, spécialiste de la responsabilité des entreprises en matière de droits humains pour Amnesty International.

« À la lumière de ces principes, il est choquant de constater que le Comité a établi un partenariat ayant un tel retentissement avec une entreprise qui refuse de prendre en charge l'une des plus grandes catastrophes du 20e siècle en termes de droits humains.
 
« Nous estimons que cette décision dénigre la souffrance des victimes de Bhopal et leur longue lutte en faveur de la justice. »

Dans une lettre ouverte au Comité organisateur des Jeux olympiques de Londres, Amnesty International lui demande d'expliquer en quoi ce contrat respecte les priorités sociales et éthiques de son Code de financement durable.

Des milliers de personnes sont mortes et plus de 100 000 continuent de souffrir de problèmes de santé en raison de la fuite toxique de Bhopal.

Vingt-sept ans après cette tragédie, le site n'a toujours pas été nettoyé et aucune enquête de fond n'a été menée sur la fuite et ses répercussions. Les survivants n'ont pas reçu d'indemnisation équitable ni bénéficié des soins médicaux dont ils ont besoin.

Les organisations de défense des victimes et de défense des droits humains mènent campagne pour que Dow Chemical prenne en charge les répercussions actuelles de la catastrophe, notamment en termes d'environnement et de santé. Cependant, l'entreprise a constamment refusé d'endosser une quelconque responsabilité pour le passif laissé par UCC à Bhopal.

Amnesty International attend désormais une réponse du Comité organisateur.

Pour en savoir plus :

United Kingdom: Procurement of goods from Dow Chemical Company (Dow) for London Olympic Stadium (lettre ouverte, 24 octobre 2011)
Les premières condamnations liées à la catastrophe de Bhopal en 1984 sont dérisoires et trop tardives (nouvelle, 7 juin 2010)
Inde : Dow Chemical ne peut échapper à sa responsabilité dans la catastrophe de Bhopal en parrainant des « Courses pour l'eau » (nouvelle, 16 avril 2010)

Thème

Entreprises et droits humains 

Pays

Inde 

Région ou pays

Asie - Pacifique 

@amnestyonline sur Twitter

Nouvelles

15 décembre 2014

Militante exemplaire, Maria Shongwe a surmonté un certain nombre d’obstacles auxquels sont confrontées de nombreuses femmes et jeunes filles en Afrique du Sud, notamment... Pour en savoir plus »

16 décembre 2014

Chelsea Manning purge une peine de 35 ans de prison pour avoir communiqué des informations confidentielles du gouvernement américain au site Internet Wikileaks. Depuis sa... Pour en savoir plus »

08 décembre 2014

Une démarche généreuse a transformé l’ouvrière chinoise Liu Ping en militante anticorruption acharnée. Liao Minyue, sa fille, raconte ce qui s’est passé.

 

Pour en savoir plus »
11 décembre 2014

Le commandant de sous-marin John Remø prenait soin de dissimuler toutes les preuves, cachant les vêtements de femme à la cave. Ce n’est qu’au bout de 30 ans que le... Pour en savoir plus »

12 décembre 2014

L’avocat Mohammed al Roken a été condamné à 10 ans d’emprisonnement en juillet 2013 à la suite d’une vague de répression contre les militants politiques et les... Pour en savoir plus »