Rapport 2013
La situation des droits humains dans le monde

28 septembre 2010

Il faut que les autorités de la République dominicaine enquêtent sur les allégations d'enlèvement visant une unité de la police

Il faut que les autorités de la République dominicaine enquêtent sur les allégations d'enlèvement visant une unité de la police

Amnesty International a demandé aux autorités dominicaines d'enquêter sur le sort de Juan Almonte Herrera, qui a vraisemblablement été kidnappé par des policiers spécialisés dans la lutte contre les enlèvements.

Membre du Comité dominicain des droits humains, Juan Almonte Herrera se rendait le 28 septembre 2009 à son bureau à Saint-Domingue, où il travaillait comme comptable, lorsqu'un groupe d'hommes armés l'a précipité à l'intérieur d'une voiture et a pris la route. On ne l'a pas revu depuis lors.

Un an plus tard, la famille et les avocats de Juan Almonte Herrera, qui vivent dans la crainte qu'il soit détenu au secret ou qu'il ait été tué, attendent toujours de recevoir des informations sur l'état d'avancement de l'enquête sur sa disparition.

« Les autorités dominicaines doivent enquêter sur cette disparition ou révéler où il se trouve s'il est détenu par les forces de sécurité, a déclaré Chiara Ligouri, responsable des recherches sur la Caraïbe au sein d'Amnesty International. Il est extrêmement préoccupant que près d'un an après la disparition de Juan Almonte Herrera, les autorités semblent n'avoir rien fait pour savoir ce que cet homme était devenu. »

Deux heures après l'arrestation de Juan Almonte Herrera, la police avait annoncé à la télévision dominicaine qu'il faisait lui-même l'objet d'une enquête pour l'enlèvement présumé d'un jeune homme de 19 ans dans la ville de Nagua, dans l'est du pays et qu'il était considéré comme étant en fuite.

À la fin du mois d'octobre 2009, deux corps carbonisés non identifiés ont été retrouvés dans le coffre d'une voiture à Saint-Domingue. La sœur de Juan a identifié l'un des corps comme étant celui de Juan Almonte Herrera. Cependant, les tests ADN réalisés se sont révélés négatifs mais la famille a remis en question la manière dont ils ont été réalisés.

Les proches et les avocats de Juan Almonte Herrera ont indiqué qu'ils avaient été mis sous surveillance policière à partir du moment où ils avaient demandé l'ouverture d'une enquête.

Ils ont indiqué à Amnesty International qu'ils avaient été suivis par des véhicules et surveillés depuis les abords de leurs domiciles. La sœur de Juan Almonte Herrera a reçu des appels téléphoniques lui demandant de cesser d'évoquer publiquement cette affaire. Ils ont fait état de cette situation aux autorités, qui leur ont offert la protection de la police.

« Les autorités dominicaines doivent de toute urgence fournir une protection adaptée, et conforme à leurs souhaits, aux proches et avocats de Juan Almonte Herrera », a déclaré Chiara Ligouri.

Amnesty International a indiqué qu'elle était préoccupée par les informations faisant régulièrement état de violations des droits humains imputables à la police et aux forces de sécurité en République dominicaine.

Thème

Militants 
Groupes armés 
Disparitions et enlèvements 

Pays

République dominicaine 

Région ou pays

Amériques 

@amnestyonline sur Twitter

Nouvelles

15 décembre 2014

Militante exemplaire, Maria Shongwe a surmonté un certain nombre d’obstacles auxquels sont confrontées de nombreuses femmes et jeunes filles en Afrique du Sud, notamment... Pour en savoir plus »

16 décembre 2014

Chelsea Manning purge une peine de 35 ans de prison pour avoir communiqué des informations confidentielles du gouvernement américain au site Internet Wikileaks. Depuis sa... Pour en savoir plus »

08 décembre 2014

Une démarche généreuse a transformé l’ouvrière chinoise Liu Ping en militante anticorruption acharnée. Liao Minyue, sa fille, raconte ce qui s’est passé.

 

Pour en savoir plus »
11 décembre 2014

Le commandant de sous-marin John Remø prenait soin de dissimuler toutes les preuves, cachant les vêtements de femme à la cave. Ce n’est qu’au bout de 30 ans que le... Pour en savoir plus »

12 décembre 2014

L’avocat Mohammed al Roken a été condamné à 10 ans d’emprisonnement en juillet 2013 à la suite d’une vague de répression contre les militants politiques et les... Pour en savoir plus »