Rapport 2013
La situation des droits humains dans le monde

12 septembre 2011

Tchad : des étudiants vont être jugés à cause de tracts appelant à manifester

Tchad : des étudiants vont être jugés à cause de tracts appelant à manifester

Les autorités tchadiennes doivent immédiatement libérer deux étudiants qui sont détenus depuis quatre mois pour avoir, semble-t-il, tenté d'organiser des manifestations en faveur de réformes, a déclaré Amnesty International vendredi 9 septembre à la veille d'une nouvelle audience, qui aura lieu la semaine prochaine.

Bebkika Passoua Alexis et Nedoumbayel Nekaou ont été interpellés en mai à un arrêt de bus de N'Djamena, la capitale, parce qu'ils détenaient – semble-t-il – des documents appelant les Tchadiens à organiser des manifestations inspirées de celles qui ont eu lieu il y a quelques mois en Tunisie et en Égypte.

« S'il s'avère que ces étudiants sont détenus uniquement parce qu'ils sont soupçonnés d'avoir soutenu des manifestations pacifiques, nous les considèrerons comme des prisonniers d'opinion et ils devront être libérés immédiatement et sans condition, a indiqué Erwin van der Borght, directeur du programme Afrique d'Amnesty International.

« Les autorités tchadiennes doivent diligenter une enquête approfondie sur les allégations selon lesquelles ils ont été torturés en détention, et traduire en justice les responsables présumés de ces agissements. »

Les étudiants cités affirment que les services de sécurité tchadiens les ont torturés après leur arrestation. Ils sont actuellement détenus à la prison centrale de N'Djamena et souffriraient d'une maladie ophtalmique contagieuse et d'une grave pathologie cutanée.

Leur procès a été ajourné à trois reprises car aucun agent de la Sécurité nationale ne s'était présenté pour témoigner au tribunal. Une nouvelle date a été fixée au 15 septembre.

Les services de sécurité tchadiens auraient trouvé en la possession de Bebkika Passoua Alexis et Nedoumbayel Nekaou deux documents – Lettre à la jeunesse et Ça suffit – qui appelaient les jeunes à organiser des manifestations contre le régime du président Idriss Déby Itno. Ces documents faisaient référence aux manifestations en faveur de réformes qui ont conduit au départ des dirigeants tunisien et égyptien il y a quelques mois.

Selon le parquet de N'Djamena, les deux étudiants en question ont été inculpés de « provocation directement liée à une manifestation non armée ». Bien qu'aucune manifestation n'ait eu lieu, ils encourent jusqu'à six mois d'emprisonnement aux termes du droit tchadien si un tribunal les déclare coupables.

« Nous avons vu des copies des documents en question et nous considérons que leur contenu relève de ce qui est autorisé dans le cadre de la liberté d'expression. Il s'agit là d'une tentative manifeste des autorités de prolonger la détention de ces étudiants en s'appuyant sur ce qui semble être des accusations sous-tendues par des motifs politiques, a ajouté Erwin van der Borght.

« Les autorités tchadiennes doivent faire respecter la liberté de leurs citoyens d'exprimer leurs opinions, même si elles diffèrent de celles du gouvernement. »

Pays

Tchad 

Région ou pays

Afrique 

Thème

Liberté d'expression 
Crise Moyen-Orient et Afrique du Nord 
Prisonniers d'opinion 
Torture et mauvais traitements 

@amnestyonline sur Twitter

Nouvelles

15 janvier 2015

Dans un rapport rendu public jeudi 15 janvier, Amnesty International appelle les autorités de transition du Burkina Faso à ouvrir une enquête sur l’utilisation d’une force... Pour en savoir plus »

12 janvier 2015

Un nouveau rapport d’Amnesty International décrit le manque tragique de progrès réalisés dans la reconstruction du pays depuis le tremblement de terre de 2010, il y a cinq ans... Pour en savoir plus »

08 décembre 2014

Une démarche généreuse a transformé l’ouvrière chinoise Liu Ping en militante anticorruption acharnée. Liao Minyue, sa fille, raconte ce qui s’est passé.

 

Pour en savoir plus »
16 janvier 2015

Au moins 69 arrestations se sont succédé en France cette semaine, les prévenus comparaissant pour « apologie du terrorisme », infraction dont la définition reste vague. Le... Pour en savoir plus »

12 décembre 2014

L’avocat Mohammed al Roken a été condamné à 10 ans d’emprisonnement en juillet 2013 à la suite d’une vague de répression contre les militants politiques et les... Pour en savoir plus »