Rapport 2013
La situation des droits humains dans le monde

23 décembre 2008

Cambodge : réexamen par la Cour suprême de l'affaire du meurtre d'un militant syndicaliste

Cambodge : réexamen par la Cour suprême de l'affaire du meurtre d'un militant syndicaliste
Deux hommes déclarés coupables du meurtre du militant syndicaliste Chea Vichea à l'issue d'une enquête criminelle entachée de graves irrégularités et d'un procès manifestement inéquitable vont voir leur dossier réexaminé par la Cour suprême du Cambodge le 31 décembre.

Born Samnang et Sok Sam Oeun ont été condamnés à vingt ans d'emprisonnement pour le meurtre de Chea Vichea. Or, ils ont subi pendant leur détention et leur procès de nombreuses violations des droits humains, notamment des actes de torture et d'autres mauvais traitements, et la procédure a été entachée de graves irrégularités, leur condamnation étant en particulier basée sur des éléments de preuves non fondés et irrecevables.

« La Cour suprême du Cambodge doit mettre les deux hommes hors de cause et veiller à ce qu'ils soient libérés », a déclaré Brittis Edman, qui s'occupe des recherches sur le Cambodge à Amnesty International.

L'organisation estime depuis longtemps que les vrais meurtriers sont toujours en liberté. Le Syndicat libre des travailleurs (SLT), dont Chea Vichea était le président, a également demandé à maintes reprises la libération de Born Samnang et de Sok Sam Oeun.

Born Samnang et Sok Sam Oeun avaient tous deux un alibi pour l'heure à laquelle Chea Vichea a été tué, le 22 janvier 2004. Au lieu de mener une enquête approfondie et impartiale, les policiers ont menacé et placé en détention les personnes susceptibles de fournir des alibis aux deux hommes et ont intimidé d'autres témoins.

Born Samnang a déclaré plusieurs fois que les policiers l'avaient frappé et amené par la contrainte et des promesses à faire des aveux. Malgré cela, le tribunal municipal a accepté ces aveux en tant qu'élément de preuve central, et les deux hommes ont été reconnus coupables.

Le 1er août 2005, le tribunal municipal les a condamnés tous les deux à vingt années de réclusion pour meurtre. Le 6 avril 2007, la Cour d'appel a confirmé cette décision, bien que le procureur ait reconnu qu'il n'y avait pas suffisamment de preuves.

L'organisation appelle à nouveau les autorités cambodgiennes à faire le nécessaire pour qu'une enquête impartiale et efficace soit menée sur le meurtre de Chea Vichea et pour que les responsables présumés soient déférés à la justice.

L'organisation demande également instamment aux autorités d'ouvrir une enquête approfondie, indépendante et impartiale sur la conduite de cette affaire, notamment sur les allégations de torture et d'autres mauvais traitements infligés par la police au cours des premiers interrogatoires des deux hommes, d'intimidation de témoins et d'ingérence politique dans la procédure judiciaire.

Chea Vichea a été assassiné le 22 janvier 2004 après avoir reçu plusieurs menaces de mort. Il a été abattu devant un kiosque à journaux dans le centre de Phnom Penh, selon un mode opératoire évoquant celui des tueurs à gages. Born Samnang et Sok Sam Oeun ont été arrêtés peu après et accusés de ce meurtre.

Depuis la mort de Chea Vichea, deux autres militants du SLT ont été tués à Phnom Penh. En mai 2004, Ros Sovannareth, président du SLT à l'usine Trinunggal Komara, a été assassiné. Thach Saveth a été condamné à quinze années de réclusion pour ce meurtre lors d'un procès qui a duré une heure et qui a été décrit pas des observateurs comme foncièrement inéquitable.

Le 24 février 2007, Hy Vuthy, président du SLT à l'usine Suntex, a été abattu. Personne n'a été traduit en justice pour cet homicide, et en septembre 2008, un magistrat de Phnom Penh a déclaré à la presse que le dossier avait été clos pour insuffisance de preuve.

Pays

Cambodge 

Région ou pays

Asie - Pacifique 

Thème

Application des lois 
Torture et mauvais traitements 
Procès et systèmes juridiques 

@amnestyonline sur Twitter

Nouvelles

21 août 2014

Les mineurs accusés d’être des membres de groupes armés dans le cadre du conflit qui perdure au Mali croupissent dans des prisons pour adultes, tandis que les violations des... Pour en savoir plus »

11 août 2014

Les familles de milliers de civils afghans tués par les forces américaines et de l’OTAN en Afghanistan ont été privées de justice, écrit Amnesty International dans un nouveau... Pour en savoir plus »

11 août 2014

Les familles de milliers de civils afghans tués par les forces américaines et de l’OTAN en Afghanistan ont été privées de justice, écrit Amnesty International dans un nouveau... Pour en savoir plus »

06 août 2014

Oleg Liachko, député et ancien candidat à l'élection présidentielle, place en « détention » – enlève, en réalité – et maltraite des personnes dans tout l'... Pour en savoir plus »

19 août 2014

La reprise des frappes aériennes israéliennes et des tirs de roquettes en provenance de Gaza souligne à quel point il est important de permettre aux groupes de défense des... Pour en savoir plus »