Rapport 2013
La situation des droits humains dans le monde

19 septembre 2011

Le Cambodge doit faire cesser les expulsions forcées autour du lac Boeung Kak à Phnom Penh

Le Cambodge doit faire cesser les expulsions forcées autour du lac Boeung Kak à Phnom Penh

Les autorités cambodgiennes doivent mettre fin à une série d'expulsions forcées menées avec brutalité qui ont fait perdre leur logement à des milliers de familles à Phnom Penh, a déclaré Amnesty International lundi 19 septembre.

Environ 90 autres familles vivant aux abords du lac Boeung Kak, dans le centre de la capitale, risquent d'être expulsées très prochainement étant donné que la société d'exploitation Shukaku Inc dégage le terrain en vue de construire.

Huit habitations et entreprises ont été démolies sans préavis vendredi 16 septembre dans le village 22 par deux pelleteuses escortées par une centaine de policiers antiémeutes et d'agents de sécurité armés.

Un résident et militant de Boeung Kak, Suong Sophorn, a été frappé par des policiers à coups de matraque et de brique au point de perdre connaissance après avoir appelé les autres habitants à se donner la main pour empêcher la destruction de nouvelles habitations.

« Les autorités doivent prendre des mesures pour garantir qu'aucune autre expulsion forcée n'aura lieu aux alentours du lac Boeung Kak et que toutes les familles restant sur place seront traitées avec équité et sur un pied d'égalité, a souligné Donna Guest, directrice adjointe du programme Asie-Pacifique d'Amnesty International.

« Elles doivent également ouvrir une enquête sur le passage à tabac de Suong Sophorn et conduire les policiers soupçonnés d'en être responsables devant la justice. »

Sur quelque 4 000 familles à l'origine, seulement 779 vivent encore aux abords du lac Boeung Kak. Les autres ont fait l'objet d'une campagne de menaces et d'intimidation pour qu'elles acceptent une indemnisation insuffisante ou une réinstallation sur un site à 20 km de leur travail et de leurs sources de revenu.

Le 11 août, le Premier ministre a autorisé la cession de 12,44 hectares de terrain dans la zone d'aménagement du lac Boeung Kak aux 779 familles restantes pour qu'elles logent sur place avec un titre de propriété.

Cependant, la municipalité de Phnom Penh a exclu 96 familles dans des villages qui, selon elle, ne se trouvent pas dans ces 12,44 hectares.

Les personnes dont les habitations et les entreprises ont été démolies le 16 septembre figurent parmi elles.

Des familles vivent sous la menace d'une expulsion forcée depuis février 2007, date à laquelle la municipalité de Phnom Penh a accordé un bail de 99 ans sur cette zone à Shukaku Inc.

Pour en savoir plus :

Cambodge. Lettre ouverte de soutien aux riverains du lac Boeung Kak (déclaration publique, 12 avril 2011)

Thème

Militants 
Droits économiques, sociaux et culturels 
Pauvreté 

Pays

Cambodge 

Région ou pays

Asie - Pacifique 

@amnestyonline sur Twitter

Nouvelles

09 octobre 2014

Le président tchadien Idriss Déby a été mis en garde au sujet du projet de loi homophobe actuellement examiné par le Parlement : son adoption constituerait une violation... Pour en savoir plus »

04 octobre 2014

Les États-Unis sont quasiment le seul pays du monde à incarcérer des milliers de prisonniers en isolement cellulaire pendant de longues périodes ou pour une durée indéterminée... Pour en savoir plus »

23 septembre 2014

Le commerce, la fabrication et l’exportation des instruments de torture par des entreprises chinoises, en plein essor, alimentent les violations des droits humains en Afrique... Pour en savoir plus »

20 octobre 2014

Des dizaines de familles se retrouveront à la rue si les autorités françaises procèdent à l’évacuation prévue cette semaine d’un campement rom installé dans une banlieue de... Pour en savoir plus »

03 septembre 2014

La décapitation du journaliste américain Steven Sotloff par des militants de l’État islamique est le dernier en date d’une série de crimes de guerre perpétrés par le groupe... Pour en savoir plus »