Rapport 2013
La situation des droits humains dans le monde

23 août 2010

Le Burundi doit enquêter sur les personnes accusées d'avoir torturé des membres de l'opposition

Le Burundi doit enquêter sur les personnes accusées d'avoir torturé des membres de l'opposition

Les autorités burundaises doivent enquêter sur des allégations selon lesquelles des agents des forces de sécurité ont torturé 12 membres de l'opposition lors des élections qui se sont récemment déroulées dans le pays, a déclaré Amnesty International lundi 23 août.

Le document intitulé Burundi : « Un pas en arrière » – Torture et autres mauvais traitements aux mains du service national de renseignement burundais décrit comment ces personnes ont été giflées et ont reçu des coups, de pied et de matraque notamment, sur tout le corps.

Certaines ont dit avoir été menacées de mort et, dans un cas, une partie de l'oreille d'un détenu a été sectionnée alors qu'il était incarcéré au siège du Service national de renseignement (SNR), à Bujumbura, entre le 23 juin et le 5 juillet.

« Les informations faisant état de cas de torture au Burundi s'étaient faites plus rares ces dernières années, et la résurgence de ces sévices constitue un recul très perturbant », a déclaré Erwin van der Borght, directeur du programme Afrique d'Amnesty International.

« Il est inacceptable que des actes aussi abjects que ceux qui sont imputés à des membres des forces de sécurité restent impunis ; si l'enquête confirme que certaines personnes ont commis des actes répréhensibles, elles doivent être poursuivies. »

Les 12 personnes ont été arrêtées et la plupart inculpées d'atteintes à la sécurité en relation avec une série d'attentats à la grenade qui ont marqué la période pré-électorale. Un grand nombre de ces attaques semblaient prendre pour cible le parti au pouvoir.

Les personnes torturées étaient des membres de partis d'opposition, occupant pour certaines des fonctions dirigeantes au sein de leur formation. Lors des interrogatoires menés par le SNR, des questions ont été posées aux suspects sur la structure de leur parti, leurs collègues et leurs projets présumés visant à déstabiliser le pays sur le plan de la sécurité.

Le SNR a nié les allégations de torture. Le conseiller du SNR en matière juridique a affirmé à Amnesty International que les marques visibles sur le corps des intéressés étaient le résultat de leur opposition à leur arrestation. L'explication fournie par le SNR ne concorde pas avec les faits relatés dans Burundi : « Un pas en arrière » – Torture et autres mauvais traitements aux mains du service national de renseignement burundais.

Les autorités burundaises n'ont pas encore ouvert d'enquête, bafouant ainsi leurs obligations au titre du droit national et international. La torture a été érigée en infraction dans le Code pénal burundais de 2009.

« L'investiture du président Pierre Nkurunziza le 26 août donne au gouvernement burundais l'occasion de s'engager à en finir avec l'impunité, a ajouté Erwin van der Borght. Le président doit publiquement condamner la torture et déclarer que tous les agents de l'État, y compris les membres du SNR, commettant, ordonnant ou validant des actes de torture seront poursuivis, quel que soit leur grade. »

Amnesty International a demandé au gouvernement burundais de veiller à ce que le SNR et le reste de la fonction publique respectent à l'avenir le droit international relatif aux droits humains et le droit burundais.

Pour en savoir plus :

Burundi : « Un pas en arrière » – Torture et autres mauvais traitements aux mains du service national de renseignement burundais (document, 23 août 2010)

Pays

Burundi 

Région ou pays

Afrique 

Thème

Détention 
Torture et mauvais traitements 

@amnestyonline sur Twitter

Nouvelles

29 janvier 2015

Le conflit au Nigeria a coûté la vie à des milliers d’hommes, de femmes et d’enfants, dont beaucoup ont été victimes de Boko Haram. Voici ce qu’il faut savoir sur ce groupe... Pour en savoir plus »

12 janvier 2015

Un nouveau rapport d’Amnesty International décrit le manque tragique de progrès réalisés dans la reconstruction du pays depuis le tremblement de terre de 2010, il y a cinq ans... Pour en savoir plus »

26 janvier 2015

Dans un lieu de détention secret de la province de Laguna, située au sud de la capitale Manille, la Commission a découvert une roue multicolore, inspirée de la Roue de la... Pour en savoir plus »

16 janvier 2015

Au moins 69 arrestations se sont succédé en France cette semaine, les prévenus comparaissant pour « apologie du terrorisme », infraction dont la définition reste vague. Le... Pour en savoir plus »

12 décembre 2014

L’avocat Mohammed al Roken a été condamné à 10 ans d’emprisonnement en juillet 2013 à la suite d’une vague de répression contre les militants politiques et les... Pour en savoir plus »