Rapport 2013
La situation des droits humains dans le monde

18 mai 2011

Bahreïn : des militants emprisonnés à l'issue de procès «politiques»

Bahreïn : des militants emprisonnés à l'issue de procès «politiques»

La condamnation de huit militants pour leur participation aux manifestations en faveur de la réforme qui ont débuté à Bahreïn en février est intervenue à l'issue de procès inéquitables et motivés par des considérations politiques, a déclaré Amnesty International mercredi 18 mai 2011.

Un tribunal militaire de la capitale bahreïnite, Manama, a condamné ces huit militants, dans deux affaires séparées, à des peines allant d'un à quatre ans d'emprisonnement pour « participation à des manifestations illégales et incitation à la haine contre le régime » pendant les manifestations populaires qui se sont déroulées dans le pays en février et en mars.

Parmi eux, Fadhila Mubarak Ahmad est la première femme à être condamnée à la suite de ces manifestations. Elle a écopé d'une peine de quatre ans de prison.

« Ces procès et ces condamnations prouvent une nouvelle fois à quel point les droits à la liberté d'expression et de réunion sont aujourd'hui bafoués à Bahreïn », a déclaré Malcolm Smart, directeur du programme Moyen-Orient et Afrique du Nord d'Amnesty International.

« Il semble que ces huit militants aient été condamnés à des peines de prison pour le seul exercice légitime de leur droit de manifester contre le gouvernement. Si c'est le cas et que leur condamnation n'est due qu'à leurs activités antigouvernementales pacifiques, alors ces personnes sont des prisonniers d'opinion, qui doivent être libérés immédiatement et sans condition », a ajouté Malcolm Smart.

Jafar Mohammad Ibrahim et Hussain Ali Ahmad ont été condamnés chacun à trois ans de prison, Mohammed Mulla Ahmad, Hassan Mansour Hussain et Haitham Shobar Sharaf à deux ans, et Majad Ali Mohammad et Ibrahim Salman Abdullah à un an.

Tous les huit ont été arrêtés sans mandat, n'ont pas été autorisés à recevoir des visites de leur famille pendant leur détention, et n'ont pu avoir que des contacts très limités avec leurs avocats.

« La façon dont ces procès se sont déroulés – avec des prévenus civils jugés devant un tribunal militaire dont les activités sont entourées du plus grand secret et dont l'accès a été refusé aux observateurs internationaux – est extrêmement préoccupante. Elle est révélatrice de la place de plus en plus réduite accordée aux droits humains à Bahreïn aujourd'hui », a souligné Malcolm Smart.

Dans un autre procès, un manifestant bahreïnite et défenseur des droits humains de premier plan, Abdulhadi al Khawaja, a déclaré à un tribunal militaire de Manama qu'il avait été menacé de viol par des policiers pendant sa détention au secret. Après ces allégations, il a été immédiatement expulsé de la salle d'audience.

Abdulhadi al Khawaja fait partie d'un groupe de 21 personnalités de l'opposition bahreïnite actuellement jugées pour avoir mené les manifestations de février et de mars ou y avoir participé. Sept de ces 21 hommes sont jugés par contumace.

Pendant sa détention, Abdulhadi al Khawaja aurait été menacé de viol par quatre policiers quand il a refusé de s'excuser auprès du roi du Bahreïn dans un enregistrement vidéo.

Cet homme et les 13 autres membres de l'opposition actuellement emprisonnés ne sont pas autorisés à recevoir des visites de leur famille et ne peuvent avoir que des contacts très limités avec leurs avocats.

« Les autorités bahreïnites doivent ouvrir immédiatement une enquête indépendante sur les allégations de torture formulées par Abdulhadi al Khawaja, et traduire en justice tout agent de l'État responsable de torture ou d'autres mauvais traitements, a déclaré Malcolm Smart. Le gouvernement doit respecter son obligation de protéger les détenus contre de tels actes. »

Pour en savoir plus :

Bahreïn : appel en faveur de la libération d'un ancien militaire (nouvelle, 13 mai 2011)
À Bahreïn, le procès de militants de l'opposition a été ajourné et des observateurs indépendants se sont vus refuser l'accès au tribunal (nouvelle, 12 mai 2011)
Les militants de l'opposition bahreïnites doivent être jugés équitablement (nouvelle, 11 mai 2011)
Bahreïn reconduit la loi relative à l'état d'urgence, la répression se poursuit (nouvelle, 4 mai 2011)
Les exigences de changement en Afrique du Nord et au Moyen-Orient (page spéciale)

Thème

Militants 
Détention 
Liberté d'expression 
Crise Moyen-Orient et Afrique du Nord 
Procès et systèmes juridiques 

Pays

Bahreïn 
Égypte 

Région ou pays

Moyen-Orient et Afrique du Nord 

@amnestyonline sur Twitter

Nouvelles

06 novembre 2014

La mission de maintien de la paix des Nations unies en République centrafricaine doit prendre des mesures courageuses afin de protéger les civils face aux attaques croissantes... Pour en savoir plus »

21 novembre 2014

L’arrêt pris par une cour d’appel fédérale en Louisiane jeudi 20 novembre confirmant la décision d’une juridiction inférieure d’annuler la condamnation d’Albert Woodfox, placé... Pour en savoir plus »

23 septembre 2014

Le commerce, la fabrication et l’exportation des instruments de torture par des entreprises chinoises, en plein essor, alimentent les violations des droits humains en Afrique... Pour en savoir plus »

20 octobre 2014

Des dizaines de familles se retrouveront à la rue si les autorités françaises procèdent à l’évacuation prévue cette semaine d’un campement rom installé dans une banlieue de... Pour en savoir plus »

05 novembre 2014

Les forces israéliennes ont tué des dizaines de civils palestiniens dans des attaques parfois constitutives de crimes de guerre menées contre des habitations abritant des... Pour en savoir plus »