Rapport 2013
La situation des droits humains dans le monde

6 juillet 2011

Un militant angolais en détention arbitraire en République démocratique du Congo

Un militant angolais en détention arbitraire en République démocratique du Congo

Un défenseur angolais des droits humains détenu arbitrairement sans inculpation en République démocratique du Congo (RDC) depuis plus de deux semaines doit être immédiatement libéré, a déclaré Amnesty International mercredi 6 juillet.

Agostinho Chicaia, écologiste et ancien président de Mpalabanda, une organisation angolaise de défense des droits humains interdite par les autorités, a été arrêté à Kinshasa le 20 juin, en relation semble-t-il avec une attaque ayant visé l'équipe togolaise de football l'an dernier.

Les autorités congolaises ont déclaré à Amnesty International qu'elles le maintenaient en détention en vertu d'un mandat d'arrêt international visant 25 personnes recherchées par le gouvernement angolais pour infractions liées au terrorisme.

« Agostinho Chicaia est désormais détenu arbitrairement sans inculpation depuis plus de deux semaines. La police congolaise de l'immigration a assuré à Amnesty International qu'il serait relâché si les autorités angolaises le lui demandaient. Les autorités angolaises doivent intervenir immédiatement pour obtenir sa libération », a déclaré Muluka-Anne Miti, spécialiste de l'Angola à Amnesty International.

Agostinho Chicaia, qui vit à Pointe-Noire (République du Congo) depuis 2009, a été appréhendé en RDC par des membres de la police congolaise de l'immigration à l'aéroport international de N'djili, à Kinshasa. Il se rendait à Harare via Kinshasa afin d'y assister à une conférence sur des questions environnementales.

Les informations reçues par Amnesty International indiquent que le mandat d'arrêt international en question a semble-t-il été émis en 2010 et n'est plus valable car il concerne une infraction qui a été annulée par les autorités angolaises en décembre 2010.

Les mandats d'arrêt décernés seraient en relation avec une attaque contre l'équipe togolaise de football à Cabinda en janvier 2010, qui a fait deux morts et plusieurs blessés.

Les autorités congolaises déclarent que le consulat angolais ne leur a pas indiqué que la liste des personnes à arrêter n'était plus valide.

L'épouse d'Agostinho Chicaia a déclaré à Amnesty International qu'il est obligé de dormir dans une cour extérieure car les conditions de détention dans sa cellule sont épouvantables.

Elle a ajouté qu'un représentant du Consulat angolais avait rendu visite à son mari au centre de détention le 29 juin.

« Ils ont dit qu'ils ne peuvent rien faire avant que Luanda ne réponde. Ils ont promis d'aider, une fois que les autorités angolaises les auront notifiés. Je crois que c'est au niveau de l'Angola qu'il y a un problème. Les Congolais affirment que c'est à l'Angola de décider. Ils ont envoyé une lettre aux autorités angolaises, mais elles ne répondent pas », a-t-elle expliqué à Amnesty International.

Pour en savoir plus :

Des prisonniers politiques maintenus en détention en vertu d'une loi caduque en Angola (nouvelle, 17 janvier 2011)
RD Congo : un défenseur des droits humains a été enlevé et soumis à des mauvais traitements (déclaration conjointe, 8 septembre 2010)

Thème

Militants 
Détention 

Pays

Angola 
République démocratique du Congo 

Région ou pays

Afrique 

@amnestyonline sur Twitter

Nouvelles

18 septembre 2014

Les policiers et les militaires nigérians torturent couramment des hommes, des femmes et des adolescents – parfois âgés de seulement 12 ans – au moyen de diverses méthodes... Pour en savoir plus »

25 septembre 2014

La loi sur l’avortement au Salvador est l’une des plus restrictives au monde. L’avortement est totalement interdit, dans toutes les circonstances, et de lourdes peines de... Pour en savoir plus »

23 septembre 2014

Le commerce, la fabrication et l’exportation des instruments de torture par des entreprises chinoises, en plein essor, alimentent les violations des droits humains en Afrique... Pour en savoir plus »

30 septembre 2014

Un an après les naufrages de Lampedusa qui ont fait plus de 500 morts, un nouveau rapport d’Amnesty International souligne à quel point la honteuse passivité de certains... Pour en savoir plus »

03 septembre 2014

La décapitation du journaliste américain Steven Sotloff par des militants de l’État islamique est le dernier en date d’une série de crimes de guerre perpétrés par le groupe... Pour en savoir plus »