Rapport 2013
La situation des droits humains dans le monde

4 septembre 2009

Soudan : Amnesty International demande le retrait de la loi pénalisant le port de pantalon par les femmes

Soudan : Amnesty International demande le retrait de la loi pénalisant le port de pantalon par les femmes
Alors que doit reprendre lundi 7 septembre à Khartoum le procès de Lubna Hussein, journaliste soudanaise jugée pour avoir porté un pantalon, Amnesty International a appelé le gouvernement soudanais à annuler les charges retenues contre cette femme et à abroger la loi utilisée pour justifier la condamnation de femmes à être fouettées pour avoir porté des vêtements considérés comme « indécents ».

« La manière dont cette loi a été utilisée contre des femmes est inacceptable et la peine prévue par la loi, qui peut aller jusqu'à 40 coups de fouet, est révoltante », a déclaré Tawanda Hondora, directeur adjoint du programme Afrique d'Amnesty International.

L'article 152 du Code pénal soudanais de 1991 prévoit, en résumé, qu'une personne qui commet un acte « indécent » ou porte des vêtements « indécents » peut être punie d'une peine de 40 coups de fouet au maximum, ou d'une peine d'amende, ou des deux.

« La loi est rédigée de telle façon qu'il est impossible de déterminer ce qui est décent ou indécent, a déclaré Tawanda Hondora. Cela a pour effet que régulièrement des femmes sont arrêtées, détenues, jugées, condamnées et fouettées simplement parce que des policiers n'étaient pas d'accord avec la façon dont elles étaient habillées. La loi est également discriminatoire, dans le sens où elle est utilisée de manière disproportionnée contre les femmes. »

En 2003, la Commission africaine a demandé au Soudan de modifier l'article 152, en invoquant le fait que les peines de fouet s'apparentaient à des actes de torture cautionnés par l'État ; huit femmes avaient porté plainte contre le gouvernement soudanais après avoir été arrêtées pour avoir pique-niqué en public avec des amis parmi lesquels se trouvaient des hommes. Ces femmes avaient été fouettées avec un câble et un fouet en plastique qui leur auraient laissé des cicatrices permanentes. Le gouvernement n'a rien fait pour modifier la loi depuis la décision de la Commission.

« Nul ne devrait être fouetté, a déclaré Tawanda Hondora. Il s'agit d'un traitement cruel, inhumain et dégradant qui bafoue le droit international et les normes communes de dignité humaine. »

Pour en savoir plus :

Les autorités soudanaises doivent abolir la flagellation et abroger les lois discriminatoires (appel à l'action, 24 août 2009)

Thème

Discrimination 
Torture et mauvais traitements 
Procès et systèmes juridiques 
Femmes 

Pays

Soudan 

Région ou pays

Afrique 

@amnestyonline sur Twitter

Nouvelles

15 janvier 2015

Dans un rapport rendu public jeudi 15 janvier, Amnesty International appelle les autorités de transition du Burkina Faso à ouvrir une enquête sur l’utilisation d’une force... Pour en savoir plus »

12 janvier 2015

Un nouveau rapport d’Amnesty International décrit le manque tragique de progrès réalisés dans la reconstruction du pays depuis le tremblement de terre de 2010, il y a cinq ans... Pour en savoir plus »

08 décembre 2014

Une démarche généreuse a transformé l’ouvrière chinoise Liu Ping en militante anticorruption acharnée. Liao Minyue, sa fille, raconte ce qui s’est passé.

 

Pour en savoir plus »
16 janvier 2015

Au moins 69 arrestations se sont succédé en France cette semaine, les prévenus comparaissant pour « apologie du terrorisme », infraction dont la définition reste vague. Le... Pour en savoir plus »

12 décembre 2014

L’avocat Mohammed al Roken a été condamné à 10 ans d’emprisonnement en juillet 2013 à la suite d’une vague de répression contre les militants politiques et les... Pour en savoir plus »