Document - United Arab Emirates: Tajikistani man facing extradition and torture: Umarali Kuvvatov

Émirats arabes unis. Un Tadjik risque l'extradition et la torture

AU 7/13, MDE 25/001/2013, Émirats arabes unis 11 janvier 2013

ACTION URGENTE

UN TADJIK RISQUE L'EXTRADITION ET LA TORTURE

L'homme d'affaires tadjik Oumarali Kouvvatov pourrait être extradé vers le Tadjikistan par les autorités des Émirats arabes unis. Il risquerait alors d'être victime de torture et d'autres mauvais traitements.

L'homme d'affaires Oumarali Kouvvatov a été arrêté à Doubaï le 23 ou le 24 décembre 2012, alors qu'il était en transit entre Moscou et Bruxelles. Le Tadjikistan a en effet demandé son extradition pour des accusations d'activités frauduleuses. On ignore où il a été placé en détention aux Émirats arabes unis. Il n'aurait pas encore été inculpé.

Oumarali Kouvvatov, avec des dirigeants d'entreprises, des opposants politiques et des militants tadjiks, a cofondé le mouvement d'opposition Groupe 24, qui dénonce publiquement la corruption généralisée que connait le pays sous la présidence d'Emomali Rakhmon. Le groupe a récemment réclamé la démission du président et s'est interrogé sur la possibilité que l'élection présidentielle prochaine soit démocratique et équitable. Il a également dénoncé la gestion par le président Rakhmon du conflit militaire dans la région autonome du Haut-Badakhchan, durant l'été 2012. Ce conflit, bien que de courte durée, a fait des dizaines de morts. Oumarali Kouvvatov serait un ancien conseiller de la fille du président.

Il affirme que les charges retenues contre lui sont motivées par des raisons politiques, parce qu'il ose critiquer la gouvernance du président Emomali Rakhmon. En septembre, une déclaration a été postée sur le site Internet du ministère de la Santé du Tadjikistan, affirmant qu'Oumarali Kouvvatov souffrait de troubles mentaux.

Amnesty International estime qu'en cas de renvoi forcé au Tadjikistan, cet homme risquerait de voir ses droits humains gravement bafoués. Il pourrait notamment être détenu au secret, subir des actes de torture et d'autres mauvais traitements, ou encore être jugé de manière inique. Si les autorités des Émirats arabes unis décident de l'extrader, elles bafoueront l'obligation qui leur incombe au titre du droit international de respecter l'interdiction absolue de la torture et des autres mauvais traitements.

DANS LES APPELS QUE VOUS FEREZ PARVENIR LE PLUS VITE POSSIBLE AUX DESTINATAIRES MENTIONNÉS CI-APRÈS, en anglais, en arabe ou dans votre propre langue :

faites remarquer que si Oumarali Kouvvatov est renvoyé de force au Tadjikistan, il risque de subir des actes de torture et autres mauvais traitements, de voir ses droits humains bafoués et d'être jugé de manière inique ;

appelez les autorités des Émirats arabes unis à ne pas renvoyer Oumarali Kouvvatov au Tadjikistan, en leur rappelant qu'elles bafoueraient alors l'obligation qui leur incombe au titre du droit international de respecter l'interdiction absolue de la torture, car il pourrait subir à son retour de graves atteintes aux droits humains.

ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 22 FÉVRIER 2013 À :

Sheikh Mohammed bin Rashid Al Maktoum

Vice-président, Premier ministre et émir de Doubaï :

POBox 212000, Doubaï, Émirats arabes unis

Fax : +971 4 330 4044

Courriel : moca@uae.gov.ae, contactus@moca.gov.ae

Twitter : @HHShkMohd #UAE must not return Umarali Kuvvatov to Tajikistan where he may face torture or ill treatment

Formule d'appel : His Highness, / Votre Altesse,

Dr Mohammed Anwar Gargash

Ministre des Affaires étrangères :

POB 1, Abou Dhabi, Émirats arabes unis

Fax : +9712 222 2000 (c'est aussi une ligne téléphonique; une fois la connexion établie, envoyez le fax)

Formulaire de contact : http://www.mofa.gov.ae/mofa_english/portal/b4f51785-6321-4955-9b37-f96de077f4a1.aspx (faire défiler et remplir)

Twitter: @AnwarGargash #UAE must not return Umarali Kuvvatov to Tajikistan where he may face torture or ill treatment

Formule d'appel : Your Excellency, / Monsieur le Ministre,

Veuillez également adresser des copies aux représentants diplomatiques des Émirats arabes unis dans votre pays. (adresse(s) à compléter) :

Nom(s), adresse(s), n° de fax ; courriel ; formule d'appel.

Vérifiez auprès de votre section s'il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci.

ACTION URGENTE

UN RESSORTISSANT TADJIK RISQUE L'EXTRADITION ET LA TORTURE

COMPLÉMENT D'INFORMATION

En 2007, les Émirats arabes unis ont conclu un accord d'extradition avec le Tadjikistan. En 2009, Abdourassoul Mirzoïev a été renvoyé de force au Tadjikistan par les autorités des Émirats arabes unis. Il purge actuellement une peine de 30 années de prison. Abdourassoul Mirzoïev est le frère d'un ancien haut responsable du gouvernement, le général Ghaffor Mirzoïev, qui a été condamné à la détention à perpétuité en 2006 à l'issue d'un procès au cours duquel il a été jugé pour diverses infractions, notamment à caractère politique.

En 2009 également, le Tadjikistan a demandé aux Émirats arabes unis d'extrader un résident tadjik, Khoja Karimov, ancien député et ancien officier du Front populaire. On ignore s'il a été renvoyé au Tadjikistan ou s'il se trouve toujours aux Émirats arabes unis. En juin 2012, le gouvernement tadjik continuait de solliciter son arrestation.

Amnesty International a recueilli des informations sur de nombreux cas de personnes renvoyées de force au Tadjikistan à la demande des autorités de ce pays, qui ont ensuite été torturées et condamnées à des peines d'emprisonnement à l'issue de procès iniques. Pour en savoir plus sur le recours généralisé à la torture au Tadjikistan, notamment sur des cas de personnes renvoyées de force dans ce pays, veuillez consulter le rapport d'Amnesty International intitulé Shattered Lives: Torture and Other Ill-Treatment in Tajikistan, EUR 60/004/2012, publié en tadjik, en anglais et en russe (juillet 2012) : www.amnesty.org/en/library/info/EUR60/004/2012/en

Nom : Oumarali Kouvvatov

Genre : h

AU 7/13, MDE 25/001/2013, 11 janvier 2013