Document - Syrian medical volunteer held incommunicado: Suhaib Hassan Swaidan

Syrie. Détention au secret d'un secouriste bénévole syrien

AU 156/13, MDE 24/033/2013 – Syrie 21 juin 2013

ACTION URGENTE

DÉTENTION AU SECRET D'UN SECOURISTE BÉNÉVOLE SYRIEN

Suhaib Hassan Swaidan, un étudiant syrien, a été arrêté le 23 mai alors qu'il travaillait comme bénévole avec une équipe d'ambulanciers du Croissant-Rouge arabe syrien. Il est détenu au secret depuis lors. Son frère Abdullah Hassan Swaidan, arrêté le 9 mai, est lui aussi en détention au secret depuis son arrestation. On ignore où se trouvent actuellement les deux hommes.

D'après des contacts locaux, Suhaib Swaidan, étudiant en économie de 21 ans, a été arrêté dans la ville où il résidait, Homs, dans l'ouest de la Syrie, lorsque l'ambulance où il travaillait a été stoppée à un contrôle de l'armée syrienne. Ces contacts ont dit à Amnesty International que les soldats qui ont arrêté Suhaib Swaidan n'ont avancé aucun motif pour justifier l'arrestation et n'ont présenté aucun document écrit.

Un ancien détenu a raconté plus tard qu'il avait vu Suhaib Swaidan en détention à la section du renseignement militaire de Homs et que visiblement son état psychique était mauvais. Suhaib Swaidan avait apparemment été interrogé au sujet d'une contrebande d'armes qui se ferait à l'aide d'une ambulance. Les contacts ont dit à Amnesty International qu'un proche parent de Suhaib Swaidan s'était rendu à la section du renseignement militaire, où on lui avait dit que cet homme, ainsi que son frère Abdullah Swaidan, disparu sur la route de Damas le 9 mai, étaient détenus parce qu'ils étaient accusés d'avoir manifesté et d'avoir détruit des feux de signalisation routiers. Ce proche parent n'a pu entrer en contact avec aucun des deux frères.

Amnesty International a appris que leur famille n'a aucune nouvelle d'eux depuis lors, et personne ne sait avec certitude où ils se trouvent. D'après les personnes sur place qui sont en contact avec Amnesty International, les charges qui pèseraient sur les deux hommes ne sont pas crédibles. En outre, à leur connaissance, ni l'un ni l'autre n'aurait participé dernièrement à des manifestations ni démoli des feux de signalisation.

DANS LES APPELS QUE VOUS FEREZ PARVENIR LE PLUS RAPIDEMENT POSSIBLE AUX DESTINATAIRES MENTIONNÉS CI-APRÈS (en arabe, en anglais ou dans votre propre langue) :

engagez les autorités syriennes à révéler où sont détenus les deux hommes, et à leur permettre de recevoir sans délai la visite de leurs proches et d’avocats, et de bénéficier de tous les soins médicaux qui pourraient leur être nécessaires ;

exhortez les autorités à prendre les mesures nécessaires pour qu’ils soient protégés contre toute forme de torture et d’autres mauvais traitements ;

demandez-leur d’expliquer quel est le statut de Suhaib et Abdullah Swaidan au regard de la loi et appelez-les à les libérer, à moins qu’ils ne soient inculpés d’une infraction dûment reconnue par le droit international et jugés dans le respect des normes internationales d’équité des procès.

VEUILLEZ ENVOYER VOS APPELS AVANT LE 2 AOÛT 2013 À :

Président

Bashar al-Assad

Fax: +963 11 332 3410 (merci de vous montrer persévérant)

(dites « fax » si quelqu'un décroche ; le fax est le seul moyen de communication fiable, n'envoyez pas de lettres SVP).

Formule d’appel : Your Excellency, / Monsieur le Président,

Ministre de la Défense

‘Imad al-Fraij

Fax: +963 11 223 7842 (merci de vous montrer persévérant)

+963 11 666 2460 (merci de vous montrer persévérant)

(dites « fax » si quelqu’un décroche)

Formule d’appel : Your Excellency, / Monsieur le Ministre,

Ministre des Affaires étrangères

Walid al-Mu’allim

Ministry of Foreign Affairs

al-Rashid Street

Damascus, Syrie

Fax: +963 11 214 6253 (merci de vous montrer persévérant)

Formule d’appel : Your Excellence, / Monsieur le Ministre,�

Veuillez également adresser des copies aux représentants diplomatiques de la Syrie et de la Russie dans votre pays. (Adresse(s) à compléter) :

nom(s), adresse(s), n° de fax, adresse électronique, formule de politesse

Veuillez également adresser des copies au Représentant permanent de la Syrie aux Nations unies :

His Excellency Bashar Ja’afari, Ph.D., Ambassador Extraordinary and Plenipotentiary, 820 Second Avenue, 15th Floor, New York, NY 10017, États-Unis ; Fax : +1212 983 4439 ; Courriel : exesec.syria@gmail.com +1212 983 4439; E-mail: exesec.syria@gmail.com

Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci.

ACTION URGENTE

DÉTENTION AU SECRET D'UN SECOURISTE BÉNÉVOLE SYRIEN

INFORMATIONS COMPLÉMENTAIRES

Suhaib Swaidan a commencé en 2011 comme bénévole auprès du Croissant-Rouge arabe syrien – qui fait partie de la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge – en tant que responsable de l'un des centres de premiers secours. Il travaille aussi auprès du comité des ressources humaines de la branche de Homs. Il avait déjà été blessé lors de précédentes missions médicales, la première fois en 2011 lorsqu'il avait été frappé à la nuque par un éclat d'obus lâché à Homs par les forces gouvernementales syriennes, puis début 2012 lorsqu'une balle s'est logée dans sa cuisse au cours d'une mission de premiers secours.

Son frère, Abdullah Swaidan (27 ans), étudiant en 5e année d'architecture, a disparu alors qu'il se rendait à Damas pour faire imprimer sa thèse de fin d'études. D'après les contacts locaux d'Amnesty International, les circonstances de son arrestation étaient restées floues jusqu'à ce qu'un membre de sa famille demande des nouvelles sur son sort à la compagnie d'autobus qui l'avait transporté. Un membre du personnel de la compagnie aurait indiqué qu'il avait été arrêté à un contrôle routier sur la route de Damas.

Amnesty International a déjà recueilli des informations sur des atteintes aux droits humains commises par les forces gouvernementales ou progouvernementales à l'encontre de blessés et de professionnels de la santé. Bon nombre de victimes avaient soigné des blessés sans en informer les autorités, afin d'empêcher que leurs patients soient interpellés, voire torturés. Pour plus d’informations, veuillez consulter le rapport d’Amnesty International intitulé La santé attaquée, Le gouvernement syrien s’en prend aux blessés et au personnel soignant, MDE 24/059/2011, octobre 2011 (http://www.amnesty.org/fr/library/asset/MDE24/059/2011/en/5b93b120-af68-4ec9-ae71-30b0b1c3077d/mde240592011fr.pdf ).

Pour en savoir plus sur l'étendue de la torture et des autres formes de mauvais traitements dans les centres de détention en Syrie, voir le document « Je voulais mourir » Témoignages de survivants de la torture en Syrie, MDE 24/016/2012, mars 2012 http://www.amnesty.org/en/library/asset/MDE24/016/2012/en/5ca055c6-5396-48a9-88b8-2e548d915c6a/mde240162012fr.pdf Amnesty International a reçu les noms de plus d'un millier de personnes qui seraient mortes en détention aux mains des forces de sécurité syriennes depuis le début des troubles – dont près de 500 rien qu'en 2012. En août 2011, elle a consacré un rapport à ces pratiques : Morts en détention. Cas de mort en détention sur fond de protestations populaires en Syrie, MDE 24/035/2011, (http://www.amnesty.org/en/library/asset/MDE24/035/2011/en/82efe740-27d3-4eb2-a111-16d2a267ad1f/mde240352011fr.pdf ). Bien que la grande majorité des atteintes aux droits humains constatées par l'organisation soit imputable aux forces armées syriennes et aux milices chabiha, favorables au gouvernement, des groupes armés de l'opposition se sont eux aussi rendus coupables de tels agissements. Ils ont notamment torturé et tué des soldats et des membres des chabiha qu'ils avaient capturés, ils ont enlevé et tué des personnes qui soutenaient le gouvernement ou travaillaient avec ses agents, ou étaient soupçonnées de le faire, et pris des civils en otage pour essayer de négocier des échanges de prisonniers. Amnesty International condamne sans réserve ces pratiques et appelle les chefs de tous les groupes d'opposition armés en Syrie à annoncer publiquement que de tels actes sont interdits, et à faire tout leur possible pour veiller à ce que les forces de l’opposition cessent immédiatement d’en commettre. Voir Syria: Summary killings and other abuses by armed opposition groups (MDE 24/008/2013), 14 mars 2013, http://www.amnesty.org/en/library/info/MDE24/008/2013/en .

Nom : Suhaib Hassan Swaidan et Abdullah Hassan Swaidan

Hommes

AU 156/13, MDE 24/033/2013, 21 juin 2013

image1.png