Document - Iran: Brother of prominent filmmaker arrested

Iran. Le frère d'un célèbre réalisateur arrêté

AU 339/12, MDE 13/069/2012 - Iran 27 novembre 2012 27 novembre 2012

ACTION URGENTE

IRAN. LE FRÈRE D'UN CÉLÈBRE RÉALISATEUR ARRÊTÉ

Behrouz Ghobadi, le frère du réalisateur iranien internationalement reconnu Bahman Ghobadi, a été appréhendé le 4 novembre dernier par des hommes en civil qui semblent travailler pour le ministère du Renseignement. Il serait incarcéré dans un centre de détention de ce ministère, ce qui l'expose au risque de subir des actes de torture ou d'autres mauvais traitements.

Behrouz Ghobadi, qui vient d'avoir un petit garçon et qui appartient à la minorité kurde d'Iran, a été interpellé tôt dans la matinée du 4 novembre 2012. Il se rendait en taxi de Sanandaj, la capitale de la province du Kordestan (nord-ouest du pays), à l'aéroport de Téhéran. Des hommes en civil, qui semblent l'avoir suivi, ont immobilisé le véhicule et arrêté cet homme à une quinzaine de kilomètres de Sanandaj. Les autorités judiciaires affirment qu'un mandat d'arrêt visait Behrouz Ghobadi, mais d'après certaines sources, les raisons de son interpellation n'ont pas été communiquées à sa famille ou à son avocat.

On pense que cet homme est incarcéré dans un centre de détention du ministère du Renseignement à Sanandaj car il serait soupçonné d'avoir commis des « infractions » liées à la sécurité nationale, bien qu'on ignore quelles sont exactement les charges retenues contre lui. Sa famille et son avocat n'ont pas été autorisés à lui rendre visite malgré leurs nombreuses requêtes. Les proches de Behrouz Ghobadi affirment qu'il n'est affilié à aucun parti politique. Celui-ci gère une boutique dans le Kurdistan irakien et travaille en tant que directeur de production pour certains films réalisés par son frère. Il a lui-même tourné quelques films.

Amnesty International s'inquiète beaucoup pour la santé de Behrouz Ghobadi car cet homme souffre de plusieurs problèmes de santé chroniques, notamment d'asthme et d'un trouble cardiaque, ce qui nécessite une attention médicale et des traitements.

DANS LES APPELS QUE VOUS FEREZ PARVENIR LE PLUS VITE POSSIBLE AUX DESTINATAIRES MENTIONNÉS CI-APRÈS, en persan, en arabe, en anglais ou dans votre propre langue :

appelez les autorités à veiller à ce que Behrouz Ghobadi soit protégé de tout acte de torture et de tout autre mauvais traitement, et qu'il puisse bénéficier de tous les soins médicaux nécessaires ;

exhortez-les à permettre à cet homme de recevoir sans délai et de façon régulière la visite de sa famille et de l'avocat de son choix ;

soulignez que si celui-ci a été arrêté uniquement en raison de ses activités cinématographiques ou de celles de son frère, il est un prisonnier d'opinion et doit donc être relâché immédiatement et sans condition.

ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 8 DÉCEMBRE 2012 À :

Guide suprême de la République islamique d'Iran

Ayatollah Sayed Ali Khamenei

The Office of the Supreme Leader

Islamic Republic Street – End of Shahid Keshvar Doust Street, Tehran, Iran

Courriel : info_leader@leader.ir

Twitter : #Iran leader @khamenei_ir

Formule d'appel : Your Excellency, / Excellence,

Responsable du pouvoir judiciaire

Ayatollah Sadegh Larijani

[Care of] Public Relations Office

Number 4, 2 Azizi Street intersection

Vali Asr Ave, above Pasteur Street intersection, Tehran, Iran

Courriel : info@dadiran.ir (Objet : FAO Ayatollah Larijani) ou info_leader@leader.ir

Formule d'appel : Your Excellency, / Monsieur le Ministre,

Copies à :

Secrétaire général du Haut conseil des droits humains

Mohammad Javad Larijani

High Council for Human Rights

[Care of] Office of the Head of the Judiciary

Pasteur St., Vali Asr Ave. south of Serah-e Jomhouri, Tehran 1316814737, Iran

Courriel : info@humanrights-iran.ir (Objet : FAO Mohammad Javad Larijani)

Formule d'appel : Your Excellency, / Monsieur,

Veuillez également adresser des copies aux représentants diplomatiques de l'Iran dans votre pays (adresse/s à compléter) :

nom(s), adresse(s), n° de fax, courriel, formule de politesse

Vérifiez auprès de votre section s'il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci.

ACTION URGENTE

IRAN. LE FRÈRE D'UN CÉLÈBRE RÉALISATEUR ARRÊTÉ

COMPLÉMENT D'INFORMATION

Depuis quelques années, les travailleurs de l'industrie cinématographique iranienne sont en butte à une répression croissante. Plusieurs sont arrêtés et incarcérés en raison de leurs activités pacifiques liées à leur travail. Comme d'autres réalisateurs, Bahman Ghobadi, qui est internationalement reconnu, a quitté le pays face à la répression croissante. Amnesty International craint que l'interpellation de Behrouz Ghobadi ait un rapport avec les activités cinématographiques de son frère.

Dans son rapport daté de septembre 2012, le Rapporteur spécial sur la situation des droits humains en République islamique d'Iran a exprimé ses craintes au vu des informations communiquées par des journalistes indépendants et des employés de BBC Persian et de Radio Farda : afin de les pousser à cesser leurs activités, les forces de sécurité ont appréhendé certains de leurs proches et les ont placés en détention et interrogés, cherchant ainsi à les intimider.

Les membres de la minorité kurde d'Iran vivent principalement dans l'ouest et le nord-ouest du pays, dans la province du Kordestan et dans les provinces voisines à la frontière des régions kurdes de Turquie et d'Irak. Ils sont victimes de discrimination lorsqu'il s'agit d'exercer leurs droits religieux, économiques et culturels. Les parents se voient interdire de déclarer leurs enfants sous certains noms kurdes, et les minorités religieuses principalement ou en partie kurdes sont la cible de mesures ayant pour but de les stigmatiser et de les isoler. Les Kurdes sont également victimes de discrimination en matière d'accès à l'embauche, à un logement adéquat et aux droits politiques. Ils souffrent ainsi de la pauvreté, dont ils n'arrivent pas à se sortir, ce qui les marginalise davantage.

Les défenseurs des droits humains, les militants de la société civile et les journalistes kurdes font souvent l'objet d'arrestations et de poursuites judiciaires arbitraires. Certains militants politiques, entre autres, subissent des actes de torture et des procès d'une iniquité flagrante devant les tribunaux révolutionnaires, et sont parfois condamnés à mort.

L'Iran est partie au Pacte international relatif aux droits civils et politiques, dont l'article 27 dispose : « Dans les États où il existe des minorités ethniques, religieuses ou linguistiques, les personnes appartenant à ces minorités ne peuvent être privées du droit d'avoir, en commun avec les autres membres de leur groupe, leur propre vie culturelle, de professer et de pratiquer leur propre religion, ou d'employer leur propre langue. »

En septembre 2010, dans ses conclusions aux 18e et 19e rapports périodiques de l'Iran, le Comité pour l'élimination de la discrimination raciale a en particulier exhorté le gouvernement iranien à « prendre les mesures nécessaires pour parvenir à assurer une protection efficace des communautés notamment arabe, azérie, baloutche et kurde, et de certaines communautés de non-ressortissants [...] dans divers domaines, en particulier dans l'emploi, le logement, la santé, l'éducation et la liberté d'expression et de religion ».

Pour en savoir plus sur les atteintes aux droits humains visant la minorité kurde en Iran, veuillez consulter le document Iran: Human rights abuses against the Kurdish minority,

http://www.amnesty.org/en/library/asset/MDE13/088/2008/en/d140767b-5e45-11dd-a592-c739f9b70de8/mde130882008eng.pdf

Noms : Behrouz Ghobadi, Bahman Ghobadi

Genre : hommes

AU 339/12, MDE 13/069/2012, 27 novembre 2012

image1.png image2.png image3.png image4.png