Document - Turquie : respectez les droits des grévistes de la faim

Turquie : respectez les droits des grévistes de la faim

AMNESTY INTERNATIONAL

DÉCLARATION PUBLIQUE

AILRC-FR

EUR 44/020/2012

23 octobre 2012

Turquie : respectez les droits des grévistes de la faim

Des informations indiquant que les autorités turques ne respecteraient pas les droits des détenus en grève de la faim préoccupent Amnesty International. Des centaines de prisonniers dans des dizaines de prisons en Turquie refusent toujours de s’alimenter, certains depuis le 12 septembre. Ces grèves de la faim ont débuté pour protester contre le fait que les autorités refusent depuis longtemps d’autoriser Abdullah Öcalan, chef du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), à rencontrer ses avocats, et pour réclamer la mise en place d’un enseignement en langue kurde.

Les grévistes protestent pacifiquement ; or, les autorités turques ont l’obligation de respecter la liberté d’expression des détenus, y compris leur droit à protester de cette manière.

D’autres éléments préoccupent Amnesty International : les détenus en grève de la faim dans les prisons de Silivri et de Şakran auraient été placés en isolement cellulaire et les gardiens de la prison de Tekirdağ maltraiteraient des prisonniers parce qu’ils participent à la grève.

Certaines informations indiquent aussi que les autorités pénitentiaires auraient parfois limité la quantité d’eau potable pour les détenus, de même que les quantités de sucre, de sel, de vitamines et d’autres compléments ajoutés à l’eau consommée par les grévistes de la faim.

Amnesty International demande aux autorités turques de faire en sorte qu’aucune mesure répressive ne soit prise contre les prisonniers en grève de la faim et que l’interdiction absolue de la torture et de toute autre forme de mauvais traitements soit respectée. Les grévistes de la faim doivent pouvoir consulter des professionnels de la santé et bénéficier de tous les soins qui pourraient s’avérer nécessaires. Les autorités doivent rapidement enquêter de manière exhaustive, impartiale et efficace pour vérifier les allégations selon lesquelles des détenus des prisons de Silivri, Şakran et Tekirdağ auraient fait l’objet de mauvais traitements ou d’autres sanctions pour avoir participé aux grèves de la faim.