Document - Pakistan. Complot contre une avocate spécialiste des droits humains. Asma Jahangir

Pakistan. Complot contre une avocate spécialiste des droits humains

AU 164/12, ASA 33/008/2012 – Pakistan 7 juin 2012

ACTION URGENTE

COMPLOT CONTRE UNE AVOCATE SPÉCIALISTE DES DROITS HUMAINS

Asma Jahangir, avocate spécialiste des droits humains et militante de premier plan, craint pour sa vie car elle vient d'apprendre que les forces de sécurité pakistanaises conspiraient en vue de la tuer. Au cours de l'année écoulée, les homicides de défenseurs des droits humains se sont multipliés. Ces crimes sont souvent imputables aux Services du renseignement de l'armée pakistanaise (ISI).

Le 4 juin, la Commission des droits humains du Pakistan a attiré l'attention d'Amnesty International sur des informations faisant état d'un complot fomenté par les forces de sécurité pakistanaises pour tuer sa fondatrice, Asma Jahangir, avocate spécialiste des droits humains.

En tant que défenseure des droits humains de premier plan, celle-ci a déjà été menacée à maintes reprises. Cependant, la situation actuelle est totalement différente : les informations obtenues ne semblent pas avoir été diffusées pour intimider Asma Jahangir mais proviendraient d'une fuite au sein des forces de sécurité. C'est pourquoi Asma Jahangir pense que ces renseignements sont extrêmement crédibles et ne sort plus de chez elle.

DANS LES APPELS QUE VOUS FEREZ PARVENIR LE PLUS VITE POSSIBLE AUX DESTINATAIRES MENTIONNÉS CI-APRÈS (en anglais, en ourdou ou dans votre propre langue) :

demandez aux autorités d'assurer correctement la sécurité d'Asma Jahangir ;

priez-les instamment de diligenter une enquête approfondie sur le complot dont elle ferait l'objet, y compris sur toutes les personnes et institutions soupçonnées d'y être impliquées, notamment les ISI ;

exhortez-les à traduire en justice tous les auteurs présumés des attaques de défenseurs des droits humains dans le cadre de procédures conformes aux normes internationales d'équité des procès, et sans recourir à la peine de mort.

VEUILLEZ ENVOYER VOS APPELS AVANT LE 19 JUILLET 2012 :

Président

Asif Ali Zardari

President's Secretariat

Islamabad, Pakistan

Courriel : (via le formulaire en ligne) http://www.presidentofpakistan.gov.pk/index.php?lang=en&opc=8

Formule d'appel : Dear President, / Monsieur le Président,

Premier ministre

Syed Yusuf Raza Gilani

Prime Minister House

Islamabad

Pakistan

Fax : +92-51-9213780

+92 51 922 1596

Courriel : secretary@cabinet.gov.pk

Formule d'appel : Dear Prime Minister, / Monsieur le Premier ministre,

Chef d'état-major des armées

General Ashfaq Parvez Kayani

c/o Inter Services Pubilc Relations,

Hilal Road, Rawalpindi, 46000

Pakistan

Fax : +92-51-9271682

Formule d'appel : General Kayani, / Monsieur,

Veuillez également adresser des copies aux représentants diplomatiques du Pakistan dans votre pays (adresse(s) à compléter) :

Nom(s), adresse(s), n° de fax ; courriel ; formule d'appel.

Vérifiez auprès de votre section s'il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci.

ACTION URGENTE

COMPLOT CONTRE UNE AVOCATE SPÉCIALISTE DES DROITS HUMAINS

COMPLÉMENT D'INFORMATION

Asma Jahangir a fondé la Commission des droits humains du Pakistan, une organisation non gouvernementale. Avocate, elle plaide notamment devant la Cour suprême et préside l'Association du barreau de la Cour suprême du Pakistan. Sur le plan international, elle a été rapporteuse spéciale des Nations unies sur les exécutions extrajudiciaires, sommaires ou arbitraires de 1998 à 2004 et rapporteuse spéciale de la Commission des droits de l'homme de l'ONU sur la liberté de religion ou de conviction de 2004 à 2010.

Les ISI sont la principale unité de renseignement militaire du pays. Ces dernières années, Amnesty International a recueilli des informations sur plusieurs cas impliquant ces services et d'autres unités de renseignement, ainsi que l'armée. Le journaliste Saleem Shahzad (AU 270/11, ASA 33/015/2011) a été enlevé le 29 mai 2011 à Islamabad. Son corps, retrouvé deux jours plus tard, présentait des traces de torture. En octobre 2010, cet homme avait indiqué à des collègues que, lors d'une réunion avec des représentants des ISI chargés des médias, il s'était senti menacé parce qu'il avait évoqué dans ses articles l'infiltration d'éléments d'Al Qaïda au sein des forces armées pakistanaises.

Le 4 juin, la Commission des droits humains du Pakistan a publié une déclaration, craignant que le complot présumé ne vise pas uniquement à faire taire une personne mais l'ensemble des défenseurs des droits humains.

Nom : Asma Jahangir

Genre : femme

AU 164/12, ASA 33/008/2012, 7 juin 2012

image1.png