Document - Chine. Un pratiquant taiwanais du Fa Lun Gong relâché. Chung Ting-Pang

Chine. Un pratiquant taiwanais du Fa Lun Gong relâché

Informations complémentaires sur l’AU 201/12, ASA 17/029/2012 - Chine 21 août 2012

ACTION URGENTE CHINE. UN PRATIQUANT TAIWANAIS DU FA LUN GONG RELÂCHÉ Chung Ting-Pang, un pratiquant taiwanais du Fa Lun Gong interpellé le 18 juin dernier en Chine, a été libéré le 10 août. Le lendemain, il a été escorté jusqu’à l’aéroport de Nanchang, où il a pris un avion pour Taiwan. Il a retrouvé sa femme et ses enfants. Le 15 juin 2012, Chung Ting-Pang s’est rendu en Chine continentale pour rendre visite à des parents qui vivent à Nankang, dans la province du Jiangxi. Il a été arrêté le 18 juin à l’aéroport de Ganzhou, dans la même province, alors qu’il s’apprêtait à rentrer à Taiwan.

Cet homme a été maintenu en détention pendant 54 jours dans une pension de famille sous la garde d’agents du Bureau de la sécurité nationale de Ganzhou. Il a été interrogé plusieurs fois mais il affirme ne pas avoir subi d’actes de torture ou d’autres mauvais traitements. Néanmoins, les personnes qui l’ont questionné l’ont menacé en lui disant que s’il ne coopérait pas, une autre équipe d’enquêteurs prendraient le relais et qu’elles ne pourraient alors plus le protéger. Le premier jour de sa détention, Chung Ting-Pang a refusé de manger ou de boire. Il n’a commencé à s’alimenter qu’après avoir été autorisé à appeler chez lui. Les autorités lui ont précisé ce qu’il pouvait dire ou non à sa famille. Le 11 juillet, cet homme a rencontré un avocat. Le 26 juillet, on lui a demandé d’appeler à nouveau chez lui et de dire à sa famille qu’il était bien traité et que ses proches ne devaient pas « faire trop de vagues ».

Les autorités chargées de la sécurité nationale ont incarcéré Chung Ting-Pang car il a essayé d’intercepter le signal d’une chaîne télévisée chinoise jugée comme nuisible à la sécurité nationale et publique, et parce qu’il a distribué des informations sur le Fa Lun Gong, un mouvement spirituel, en Chine. Il a été libéré sans inculpation mais il a d’abord dû signer une déclaration dans laquelle il « avouait » avoir menacé la sécurité nationale chinoise et exprimait ses regrets.

Cet homme admet que depuis 2003, il a essayé plusieurs méthodes pour distribuer des documents concernant le Fa Lun Gong, qui est interdit dans le pays. Néanmoins, il affirme n’avoir jamais menacé la sécurité nationale chinoise. Il a expliqué avoir inventé certains éléments pendant ses interrogatoires et n’avoir signé la déclaration qu’à cause de la pression psychologique dont il faisait l’objet en étant isolé, car il se sentait menacé et il ne savait pas ce qui lui arriverait.

Un grand merci à tous ceux qui ont envoyé des appels. Aucune action complémentaire n’est requise de la part des membres du réseau Actions urgentes. Ceci est la première mise à jour de l’AU 201/12. Pour plus d’informations : http://www.amnesty.org/fr/library/info/ASA17/022/2012/fr.

Nom : Chung Ting-Pang Genre : homme

Informations complémentaires sur l’AU 201/12, ASA 17/029/2012, 21 août 2012