Document - Chine. Condamnation du neveu de Chen Guangcheng

Chine. Condamnation du neveu de Chen Guangcheng

Informations complémentaires sur l’AU 280/12, ASA 17/008/2013 – Chine 8 février 2013

ACTION URGENTE

CONDAMNATION DU NEVEU DE CHEN GUANGCHENG

Chen Kegui, neveu du défenseur chinois des droits humains Chen Guangcheng, a été condamné à trois ans et trois mois d’emprisonnement en novembre dernier. Le 31 janvier, sa famille a pu lui rendre visite pour la première fois depuis le début de sa détention.

Chen Kegui a été placé en détention le 30 avril 2012. Craignant pour sa sécurité, il avait pris la fuite à la suite d’un raid violent mené le 26 avril par les autorités locales au domicile familial. L’opération a eu lieu quelques jours seulement après que l’oncle de Chen Kegui, le défenseur des droits humains Chen Guangcheng, s’est échappé alors qu’il était assigné à résidence illégalement. Elle était conduite par une vingtaine de personnes en civil qui n’ont pas justifié de leur identité ni produit d’autorisation de perquisition. 

�D’après les personnes présentes, Chen Kegui a saisi un couteau pour se défendre et a blessé plusieurs intrus avant de s’enfuir. Le 9 mai, sa famille a été avisée qu’il avait été arrêté parce qu’il était soupçonné d’« homicide volontaire ». Cependant, en octobre, lorsque la police a soumis l’affaire au ministère public, l’infraction a été requalifiée en « blessures volontaires ». Chen Kegui a été condamné en novembre par le tribunal du comté de Yinan, à Linyi (province de Shandong). Il n’a pas pu consulter l’avocat de son choix et ses proches n’ont pas été cités comme témoins ni autorisés à assister au procès.

Le 31 janvier 2013, le père, la mère et l’épouse de Chen Kegui ont pu lui rendre visite pour la première fois depuis son placement en détention. Son père, Chen Guangfu, a expliqué qu’ils avaient pu le voir 30 minutes seulement à la prison de Linyi, derrière une vitre et sous la surveillance de deux agents pénitentiaires. Selon lui, Chen Kegui semblait en bonne santé mais il était agité et avait « un sentiment d’injustice ».

�Après sa sortie de prison en septembre 2010, l’avocat spécialiste des droits humains Chen Guangcheng a été assigné à résidence illégalement avec sa famille proche jusqu’à son évasion, en avril 2012. Cet homme poursuit actuellement des études aux États-Unis, où il vit avec sa femme Yuan Weijing et leurs enfants.

Amnesty International continuera de suivre la situation de Chen Kegui et interviendra de nouveau si nécessaire.

Un grand merci à tous ceux qui ont envoyé des appels. Aucune action complémentaire n’est requise de la part des membres du réseau Actions urgentes.

Ceci est la seconde mise à jour de l’AU 280/12. Pour en savoir plus : https://www.amnesty.org/fr/library/info/ASA17/040/2012/fr.

Nom : Chen Kegui

Genre : homme

Informations complémentaires sur l’AU 280/12, ASA 17/008/2013, 8 février 2013

image1.png image2.png