Document - Cuba. Un homme maintenu en détention, ses parents harcelés

Cuba. Un homme maintenu en détention, ses parents harcelés

Action complémentaire sur l'AU 92/12, AMR 25/025/2012 - Cuba 26 octobre 2012 26 octobre 2012

ACTION URGENTE

CUBA. UN HOMME MAINTENU EN DÉTENTION, SES PARENTS HARCELÉS

Le prisonnier d'opinion Antonio Michel Lima Cruz a été libéré de prison à Cuba le 24 octobre dernier. En revanche, son frère Marcos Máiquel Lima Cruz, également prisonnier d'opinion, doit encore purger au moins 10 mois d'emprisonnement. Leurs parents continuent d'être victimes de harcèlement.

Le 24 octobre 2012, Antonio Michel Lima Cruz a été libéré de la prison de La Ladrillera, dans la province de Holguín (est de Cuba), après avoir purgé la totalité de sa peine. Son frère et lui ont été interpellés le 25 décembre 2010 chez eux à Holguín, après avoir passé des chansons d'un groupe de hip-hop cubain dont les paroles dénoncent l'absence de liberté d'expression à Cuba. Ils ont également dansé dans la rue, devant leur maison, en arborant le drapeau cubain. Antonio Michel Lima Cruz et Marcos Máiquel Lima Cruz ont été condamnés respectivement à deux et trois ans d'emprisonnement pour « outrage aux symboles de la patrie » et « troubles à l'ordre public ». On pense que leur incarcération était motivée par des considérations politiques, faisant d'eux des prisonniers d'opinion.

Leurs parents, Marco Antonio Lima Dalmao et Adisnidia Cruz Segreo, sont constamment victimes de manœuvres de harcèlement, comprenant des placements en détention arbitraire de courte durée, en raison des activités pacifiques qu'ils mènent en tant que détracteurs du gouvernement. Le 11 août dernier, une dizaine de policiers et une dizaine d'agents du Département de la Sûreté de l'État sont entrés de force chez eux sans mandat. Ils ont appréhendé le couple et confisqué certains de leurs effets personnels, notamment leurs ordinateurs portables et leurs téléphones mobiles. Lors de l'arrestation, Marcos Antonio Lima Dalmao, qui a plusieurs fois souffert de troubles cardiaques par le passé, a commencé à avoir mal à la poitrine. Il a été conduit à l'hôpital avant d'être rapidement transféré vers le siège du Département de la Sûreté de l'État (« Pedernales ») de la province de Holguín. Sa femme et lui ont été détenus sans inculpation jusqu'au 15 août.

Le 28 septembre, alors que Marco Antonio Lima Dalmao se rendait à une réunion avec d'autres détracteurs du gouvernement, deux inconnus l'ont violemment agressé, lui brisant le poignet à deux endroits, avant de s'enfuir lorsque des passants sont intervenus. Tout de suite après cet incident, Marco Antonio Lima Dalmao s'est rendu compte qu'une personne à moto le filmait de l'autre côté de la rue. Cet homme pense que les autorités essayaient d'obtenir des images prouvant son implication dans un affrontement violent afin de les utiliser contre lui.

DANS LES APPELS QUE VOUS FEREZ PARVENIR LE PLUS VITE POSSIBLE AUX DESTINATAIRES MENTIONNÉS CI-APRÈS, en espagnol ou dans votre propre langue :

appelez les autorités à libérer Marcos Máiquel Lima Cruz immédiatement et sans condition car il s'agit d'un prisonnier d'opinion, détenu uniquement pour avoir exercé pacifiquement son droit à la liberté d'expression ;

priez-les instamment de cesser sans délai de harceler Marco Antonio Lima Dalmao et Adisnidia Cruz Segreo, ainsi que tout autre citoyen exerçant pacifiquement son droit à la liberté d'expression et d'association.

ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 7 DÉCEMBRE 2012 À :

Chef de l'État et du gouvernement

Raúl Castro Ruz

Presidente de la República de Cuba

La Habana, Cuba

Fax : +53 7 83 33 085 (via le ministère des Affaires étrangères) / +1 212 779 1697 (via la Mission de Cuba auprès de l'ONU)

Courriel : cuba@un.int (via la Mission de Cuba auprès de l'ONU)

Formule d'appel : Estimado Sr Presidente, / Monsieur le Président,

Procureur général

Darío Delgado Cura

Fiscal General de la República

Fiscalía General de la República, Amistad 552, e/Monte y Estrella

Centro Habana, La Habana, Cuba

Formule d'appel : Estimado Sr Fiscal General, / Monsieur le Procureur général,

Copies à :

Ministre de l'Intérieur

General Abelardo Coloma Ibarra

Ministro del Interior y Prisiones

Ministerio del Interior

Plaza de la Revolución

La Habana, Cuba

Fax : +1 212 779 1697 (via la Mission de Cuba auprès de l'ONU)

Courriel : correominint@mn.mn.co.cu

Formule d'appel : Estimado Sr Secretario, / Monsieur le Ministre,

Veuillez également adresser des copies aux représentants diplomatiques de Cuba dans votre pays (adresse/s à compléter) :

nom(s), adresse(s), n° de fax, courriel, formule de politesse

Vérifiez auprès de votre section s'il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Ceci est la première mise à jour de l'AU 92/12. Pour plus d'informations : http://amnesty.org/fr/library/info/AMR25/011/2012/fr.

ACTION URGENTE

CUBA. UN HOMME MAINTENU EN DÉTENTION, SES PARENTS HARCELÉS

COMPLÉMENT D'INFORMATION

Antonio Michel Lima Cruz devait être remis en liberté le 25 décembre 2012, mais il a bénéficié d'une libération anticipée grâce à un dispositif qui accorde aux prisonniers une réduction de peine de deux mois chaque année pour « bonne conduite », applicable au bout d'un an de prison. Cela signifie que Marcos Máiquel Lima Cruz pourrait être relâché le 25 août 2013.

Antonio Michel Lima Cruz était incarcéré à la prison de La Ladrillera, dans la province de Holguín, où son frère se trouve toujours. Après sa libération, cet homme a confié à Amnesty International qu'il continue de souffrir de problèmes de prostate, qui ont commencé pendant les six mois où son frère et lui étaient en détention provisoire à Pedernales. Aucun médecin ne l'avait alors examiné. Il affirme que pendant qu'il purgeait sa peine à La Ladrillera, il n'a pas bénéficié de soins médicaux suffisants, et le traitement qu'on lui avait prescrit n'était pas efficace, ce qui l'obligeait à dépendre des médicaments envoyés par sa famille et ses sympathisants.

Antonio Michel et Marcos Máiquel Lima Cruz sont membres du Conseil cubain des rapporteurs des droits humains, un collectif national d'associations, et du Mouvement Impact de la jeunesse républicaine. À l'instar de tous les groupes considérés comme opposés au gouvernement, ces deux organisations ne sont pas reconnues officiellement. Les deux frères sont journalistes indépendants ; ensemble, ils ont fondé Candonga, un journal en ligne fermé par les autorités cubaines en 2009.

Marco Antonio Lima Dalmao est le coordinateur de l'Union patriotique de Cuba pour la province de Holguín. Il s'agit d'un collectif d'organisations dissidentes qui opère dans la province de Santiago de Cuba et aux alentours, et qui cherche à obtenir des réformes démocratiques de façon non violente. Adisnidia Cruz Segreo est membre des Dames en blanc, un mouvement qui fait campagne pour la libération des prisonniers politiques et la levée des restrictions pesant sur les libertés civiles et politiques fondamentales à Cuba. Tous deux sont fréquemment placés en détention de façon arbitraire pour de courtes durées. Le 21 octobre dernier, Adisnidia Cruz Segreo a été détenue sans inculpation pendant plusieurs heures, l'empêchant ainsi d'assister à la messe avec d'autres Dames en blanc. Marco Antonio Lima Dalmao a été placé en détention pour la dernière fois le 13 octobre 2012 après avoir été arrêté dans la rue. Il a été détenu pendant cinq heures avant d'être libéré sans inculpation.

Noms : Antonio Michel Lima Cruz (h), Marco Marcos Máiquel Lima Cruz (h), Marco Antonio Lima Dalmao (h) et Adisnidia Cruz Segreo (f)

Action complémentaire sur l'AU 92/12, AMR 25/025/2012, 26 octobre 2012

image1.png image2.png